Tahiti Infos

Le ministre des Outre-mer tacle la vaccination tardive au fenua


Tahiti, le 1er septembre 2021 – A l'occasion d'un déplacement à Mayotte, le ministre des Outre-mer, Sébastien Lecornu, est revenu sur la situation sanitaire en Polynésie française, mettant l'envolée épidémique sur le compte des retards pris dans la vaccination.
 
Invité mardi du journal de Mayotte la 1ère à l'occasion de son déplacement dans le département, le ministre des Outre-mer, Sébastien Lecornu, a évoqué la situation sanitaire en Polynésie française, imputant notamment la flambée épidémique actuelle au retard pris dans la vaccination au niveau local. Confirmation du changement de ton de l'Etat à l'égard du Pays ces derniers jours, le ministre n'a pas manqué d'égratigner au passage le manque de prise de conscience sur la vaccination dans les rangs des "délégations" qui l'accompagnaient lors de sa visite en mai dernier. "J'ai fait un déplacement en Polynésie française avec le Président de la République en juillet et j'ai surtout fait un déplacement seul au mois de mai. Et je me suis senti seul parfois au mois de mai, lorsque sur les plateaux de télévision ou dans les radios, j'expliquais qu'il fallait se faire vacciner. Quand j'allais au centre de vaccination de Bora Bora et qu'il y avait péniblement une dizaine de personnes qui se faisaient vacciner et que je demandais à celles et ceux qui m'accompagnaient, autour de moi, les délégations, le personnel, tous les gens que je croisais dans la rue : Est-ce que vous êtes vaccinés ? Tout le monde me fuyant du regard, en me disant : oui, peut-être, bientôt, on verra…"
 
Même discours sur la réouverture des frontières hors motifs impérieux pour les personnes vaccinées. Le ministre s'y était opposé pendant son séjour en mai en Polynésie, avant que la décision ne soit prise à Paris quatre jours après sa visite… Sur ce point, Sébastien Lecornu affirme que l'Etat a répondu à la demande "pressante" des autorités polynésiennes, mais souligne qu'encore une fois les efforts demandés dans le même temps sur la vaccination n'ont pas suivi. "J'ai ensuite essuyé beaucoup de critiques parce que nous avons maintenu des motifs impérieux, que nous avons d'ailleurs fini par lever à la demande pressante de l'ensemble des acteurs du territoire. C'était d'ailleurs légitime. On m'a même dit : Eh bien le ministre change vite d'avis. Bon d'accord, mais enfin j'ai dit que ça ne fonctionne que parce qu'on va avancer sur la vaccination. Et puis, on n'a pas avancé sur la vaccination… La Polynésie française comme les Antilles, c'est une épidémie de personnes non vaccinées. C'est la réalité."
 

Rédigé par Antoine Samoyeau le Mercredi 1 Septembre 2021 à 12:19 | Lu 3297 fois