Tahiti Infos

Le heiva des écoles devient le Taupiti ana’e


TAHITI, le 12 mai 2022 - Lancé pour la première fois en 1994 avec trois écoles de danse, le Heiva des écoles est rebaptisé Taupiti ana’e pour marquer son évolution et l’intégration de deux nouvelles spécialités, avec la musique et le chant. L’événement accueille cette année 35 écoles.

Depuis 1994, le Heiva des écoles lance, chaque année, les festivités du Heiva. Il a été créé à l’occasion des 2e jeux de la francophonie avec trois écoles, celle de Makau Foster (Tamariki Poerani) et de Moeata avec le Conservatoire artistique de Polynésie française. Depuis, l’événement a pris une grande ampleur. Cette année, il verra se succéder 35 écoles sur les scènes du Grand théâtre de la Maison de la culture et de To’atā pour celles qui comprennent un grand nombre d’élèves. Elles sont cinq. Ces jeunes troupes assureront un spectacle dans les mêmes conditions et configurations que le Heiva i Tahiti.

L’évolution de cette manifestation culturelle est remarquable. Elle ne se traduit pas seulement par une augmentation du nombre d’écoles inscrites ou du nombre d’élèves, mais aussi dans les disciplines représentées. En effet, des écoles d’instruments et des chants traditionnels (depuis 2019) sont désormais présentes. Aussi, devient-il cette année, pour sa 28e édition le Taupiti ana’e, après consultation, des écoles pour tenir compte des évolutions de l’événement.

Grande reprise

Pour tous, organisateurs, artistes, costumiers, familles, professeurs c’est un grand moment. Après deux années de pause et de contraintes, c’est la grande reprise en toute liberté. "Nous pensions compter moins d’inscrits que les années précédentes car tout le monde a beaucoup souffert, le taux de participation est au contraire très élevé, preuve que les écoles ont réussi à traverser la crise", se réjouit le ministre de la Culture, Heremoana Maamaatuaiahutapu.

Les écoles sont d’horizons divers. Une cartographie disponible sur le site de la Maison de la culture présente d’ailleurs la répartition. Certaines sont nées récemment, d’autres sont des fidèles, comme celle de Makau Foster ou de Moeata pour qui ce sera la 27e participation.

Te Mana o Vaiahu par exemple est une école née pendant le Covid, en juillet 2020. Leiana Yeou, la responsable, raconte qu’elle s’est montée pour participer au Hura Tapairu qui n’a finalement pas eu lieu en raison de la crise Covid. "On a fait le maximum pour garder le moral et travailler." Te Mana o Vaiahu a finalement assuré sa première scène tahitienne le 29 mai dernier, à l’occasion d’une grande soirée intitulée He’e Mai i te Motu Nui. "J’avais fait la promesse à mes éléments que nous présenterions un spectacle quoi qu’il arrive. Nous sommes tous très heureux d’être inscrits au Taupiti ana’e en tant qu’école !" (Lire aussi cet article.

Jimmy Lo Wing, responsable de Ukuhere, une école de ‘ukulele ouverte en 2019 est, lui aussi, très heureux de sa participation. "Il y a un véritable engouement pour les instruments", constate-t-il. C’est une première participation pour Ukuhere. Les élèves de l’école seront 36 sur scène.

Enfin, l’école de Makau Foster, fidèle et enthousiaste annonce proposer un thème sur la ville de Papeete et son marché. Les élèves de Tamariki Poerani seront 150 et danseront à To’atā.

Des histoires et des thèmes variés

Les thèmes proposés au cours du Taupiti ana’e reflètent la diversité des écoles. Ils sont aussi variés que les histoires des écoles et de leur responsable. Tahiti Choir School a choisi : No To’u Here ia ‘oe, faisant référence au proverbe qui dit “l’amour de la musique mène à la musique de l’amour”. C’est donc l’Amour qui sera chanté haut et fort ! L’amour qu’on déclare, qu’on promet. Celui qui s’avère parfois impossible. L’amour pour ses amis, sa famille, les personnes chères à notre cœur. L’amour infini, celui qu’on partage avec ceux qui ne sont plus. L’amour qui rend heureux, qui fait mal, qui unit, qui brise aussi. L’amour de soi, l’amour pour son peuple, pour son pays. L’amour pour son prochain, celui de l’humanité pour l’humanité. Celui qui sauve. L’amour qu’on cherche encore ou celui qu’on a déjà trouvé.

Rainearii a retenu "Te ‘Ōimo - Pratiques et coutumes ancestrales", les élèves de Temanutiaitau évolueront sur le thème de la mer, Te Moana, les artistes de l’école Anani ‘Ukulele School joueront la création du monde. Le spectacle qu’ils proposent cette année respectera le thème : "Poiete i te ao - Dieu créa le monde".

Mais quel que soit le thème ou la discipline, il semble que pour le Taupiti ana’e l’ensemble des participants ont en commun la même envie de se retrouver enfin sur scène… et sans restriction.

Pratique

Du jeudi 2 au samedi 11 juin au Grand théâtre et à To’atā. Début des soirées à 18 heures le week-end et à 15 heures en semaine.

Deux séances par soir sauf le jeudi 2 juin.

Tarif à partir de 500 Fcfp pour les enfants.

Ouverture de la billetterie le 13 ma au guichet de la Maison de la culture ou en ligne.

Rédigé par Delphine Barrais le Jeudi 12 Mai 2022 à 19:49 | Lu 698 fois