Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION, Fare Ute, immeuble SAT NUI BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49


Le centre de détention de l’île de Manus est légal, réaffirme le PM papou



Le centre de détention de l’île de Manus est légal, réaffirme le PM papou
jà à la demande de l’Australie, avait été conçu pour héberger des immigrants clandestins interceptés par les autorités australienne alors qu‘ils se dirigeaient vers l’île continent.
Avec un autre camp extraterritorial océanien, à Nauru, il constituait ce qui a ensuite été rapidement surnommé la « Pacific Solution » (solution océanienne) en matière de réponse à la vague d’immigration illégale.
Lors de la défaite du parti conservateur du Premier ministre John Howard, aux législatives de novembre 2007, ce dispositif avait été abandonné par son successeur travailliste de l’époque, Kevin Rudd et les deux camps désaffectés.
Depuis août 2012, suite aux recommandations d’un groupe d’experts mis en place par le gouvernement de la Première ministre Julia Gillard (travaillistes, qui a succédé à M. Rudd en juin 2010), le gouvernement fédéral australien a remis en place, entre autres, cette réponse dure et résolument dissuasive à l’influx de boat-people sur les côtes nord-occidentales australiennes.
Dans le cadre de la réactivation des deux camps de Manus et de Nauru, l’Australie et les deux pays ont signé des accords, dont certains volets concernent la juridiction, ces deux camps, selon ces accords, relevant du droit local du pays hôte.
Ce dispositif a aussi suscité de vives critiques de la part des organisations de défense des droits humains, de la commission australienne des droits humains, ainsi que du Haut-commissariat de l’ONU aux réfugiés.
Tous rappellent en substance les conditions de vie et les délais d’attente auxquels ces immigrants et demandeurs d’asile (venus, pour la plupart, du Moyen Orient et du Sri Lanka) sont soumis.
Ils rappellent aussi l’Australie à ses obligations internationales, en matière de respect des conventions dont elle est signataire.
Samedi 5 janvier 2012, le gouvernement australien annonçait dans un communiqué, via son ministère de l’immigration et de la citoyenneté,
http://www.newsroom.immi.gov.au/releases/seventh-transfer-to-manus-island

que le septième « transfert d’arrivants irréguliers par voie maritime » avait eu lieu en fin de semaine dernière vers l’île de Manus.
Ce septième convoi a concerné 26 « adultes célibataires masculins, principalement des Afghans (…) accompagnés par des membres de la police fédérale australienne, des interprètes, du personnel médical et des services de l’immigration », selon les mêmes sources.
« Il n’y aura aucun avantage d’arriver sur le sol australien par bateau (…) Ces transferts continueront d’avoir lieu régulièrement dans le cadre de la politique de traitement régional des arrivées irrégulières par voie maritime », a martelé le communiqué, réitérant ainsi l’une des idées-force associées à la remise en place de cette réponse dure à l’immigration clandestine.

Le camp de Manus accueille désormais plus de cent cinquante pensionnaires, dont une trentaine de mineurs, celui de Nauru plus de quatre cents.

pad

Rédigé par PAD le Lundi 7 Janvier 2013 à 05:47 | Lu 396 fois




Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués