Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49



Le RST forcerait-il la confiance des Orange au gouvernement Valls ?



Le député Jean-Paul Tuaiva a été destinataire, samedi, d'un courrier dans lequel l'Etat tient à réaffirmer le principe de sa contribution au redressement du régime de solidarité de Polynésie française
Le député Jean-Paul Tuaiva a été destinataire, samedi, d'un courrier dans lequel l'Etat tient à réaffirmer le principe de sa contribution au redressement du régime de solidarité de Polynésie française
PAPEETE, 15 septembre 2014 – En dépit de l’engagement formel validé par le Grand conseil du Tahoera’a Huira’atira, mardi 9 septembre, les députés polynésiens pourraient accorder leur confiance au nouveau gouvernement Valls.

La question est à l’ordre du jour d’un conseil politique du parti, ce lundi soir : les députés polynésiens pourraient voter la confiance au gouvernement Valls 2, en dépit de l’engagement formel validé par le Grand conseil du Tahoera’a Huira’atira, mardi 9 septembre.

Manuel Valls soumet son gouvernement à un vote de confiance, mardi 16 septembre à Paris, et pourrait n'obtenir qu'une majorité étriquée voire exposer l'exécutif à un risque majeur si l'Assemblée nationale venait à refuser sa confiance. Quoiqu'il en soit, le score qu'obtiendra le chef du gouvernement sera bien inférieur à celui réalisé il y a cinq mois. Et dans ce contexte, le vote des trois députés polynésiens compte.

Au Tahoera'a, à l’origine de ce possible revirement de l’opinion du parti orange en faveur de la politique du gouvernement de Manuel Valls, il y un courrier cosigné samedi par le ministère des Outre-mer et celui des Affaires sociales qui "tient à réaffirmer le principe d’une contribution de l’Etat au redressement du régime de solidarité de Polynésie française". Mais la question fait débat.

L’Etat ne participe plus au financement du RST depuis 2008.

"Avec tous les éléments que nous avons aujourd'hui, un tel vote reviendrait à se tirer une balle dans le pied", convient Jean-Paul Tuaiva à propos d'un vote des parlementaires orange contraire à Manuel Valls, mardi 16 à Paris.

Samedi, c’est par un Tweet du député Tuaiva que la nouvelle a d’abord filtré sur le réseau de micro-blogging : "Scoop ! Je viens de recevoir un courrier des ministres Touraine et George Pau-Langevin engageant le retour de l’Etat dans notre RSPF".

En substance, ce courrier confirme qu’"en accord avec le Premier ministre, nous souhaitons aujourd’hui vous assurer de la volonté du gouvernement de rechercher avec les autorités de la Polynésie, les voies d’un redressement durable de ce régime. A ce titre le gouvernement tient à réaffirmer le principe d’une contribution de l’Etat au redressement du régime de solidarité de Polynésie française".

"C’est vrai que l’intention n’est pas précise", a estimé Edouard Fritch, interrogé lundi matin. "On aurait aimé qu’ils nous disent : nous revenons ! Mais néanmoins cette lettre est porteuse d’espoir. Elle prévoit une réunion entre nous le plus rapidement possible et je souhaite vraiment que ce soutien se concrétise très tôt", a-t-il dit en précisant que "la participation prévue se situe entre 2,5 et 3,5 milliards Fcfp : Cela nous libérerait de contraintes au niveau du budget et nous permettrait d’investir".

6,6 milliards Fcfp de déficit cumulé

Le retour de l'Etat au financement du RST pourrait intervenir "d’ici la fin de l’année, voire début de l’année prochaine", assure le député Jean-Paul Tuaiva. "Nous sommes très bien avec Manuel Valls, avec les conseillers de l’Outre-mer : il y a beaucoup de choses qui vont se faire. On sent qu’ils ont cette volonté d’aider la Polynésie".

Dès son élection en juin 2013 Gaston Flosse en avait appelé à la "solidarité nationale" pour le financement de ce régime offrant une couverture sociale aux plus démunis d’entre les polynésiens. Car le nombre de ressortissant du RST a, sur fond de crise économique, plus que doublé de 2008 à 2014 pour atteindre près de 80.000 bénéficiaires en août dernier.

"Nous avons de plus en plus de familles qui n’ont plus les moyens de vivre, voire pour certaines de survivre", a déploré le Président Edouard Fritch. "Et le RSPF est leur seul moyen, par les allocations familiales, les allocations vieillesses, par les soins apportées à ces personnes, de garder leur dignité".

Début 2014, l'Inspection général des affaires sociales (IGAS) avait réalisé un audit des comptes sociaux polynésiens et du système de protection sociale généralisée (PSG) dont le rapport a été remis en juin à Marisol Touraine. A la suite de quoi la ministre des Outre-mer avait annoncé la mise en place "d’un groupe de travail mais aussi d’une méthode de travail conjoint définie entre les ministères concernés et votre gouvernement pour nous permettre de progresser et de trouver des solutions".

Le budget prévisionnel 2014 du RST a été voté en déficit de 5,2 milliards Fcfp en décembre 2013 et le régime pourrait finir l’année avec un déficit cumulé de 6,6 milliards Fcfp.

En outre, l’agence de notation financière Standard & Poors avait réservé, fin 2013, une éventuelle réévaluation de la note polynésienne en 2015 à un retour pérenne de l’Etat au financement du régime de solidarité territorial.

Rédigé par JPV le Lundi 15 Septembre 2014 à 15:04 | Lu 1893 fois

Tags : RSPF






1.Posté par MATHIUS le 15/09/2014 17:09 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

voter pour la majorité socialiste lorsque qu'on est divers droite en échange de subventions, c'est de faire preuves de stupidité politique de la part de nos députés. Car, avec la crise sociale sans précédent qui s'annonce en France, le fait que ces trois députés votent la confiance au gouvernement pour obtenir des subventions, va faire que les polynésiens seront accusés de voler l'argent des français qui se serrent la ceinture. Et donc dans les années a venir, le robinet financier, envers la Polynésie, sera encore un peu plus fermé qu'aujourd'hui.
messieurs les élus du tahoeraa vous allez voir dans les mois qui viennent combien cela va coûter à la Polynésie de soutenir un homme qui a volé l'argent public.

2.Posté par umara le 15/09/2014 17:22 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Sans le vieux tout devient tellement plus facile. Que ne s'est il pas retiré tout de suite après avoir pourfendu le danger bleu, en noble chevalier.

3.Posté par eoe le 15/09/2014 18:45 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

La Polynésie est bien française et la solidarité joue ; surtout avec un gouvernement crédible ; alors qu'Oscar refusait de recevoir le ministre Lurel et se sauvait à New York...autre temps!

4.Posté par Pierre Carabasse le 15/09/2014 22:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

J'ose espérer que ce chantage est le fait d'élucubrations journalistiques. Cela serait un comble que le premier ministre français achète les voix des députés...

5.Posté par tuturu le 16/09/2014 07:40 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Jonas Contre la motion de confiance
et les deux autres n'ont pas voté à l'assemblée nationale

6.Posté par xxl le 16/09/2014 09:00 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Si c'est vrai, c'est du chantage et bien que ce ne doit pas être agréable, c'est bien de faire passer l’intérêt commun avant ses convictions.

7.Posté par Gabs le 16/09/2014 09:28 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Le Tahoera'a a toujours fait du chantage.... où est le problème ?

8.Posté par EcceHomo987 le 16/09/2014 11:38 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Arrêtez !
Vous savez lire et comprendre la langue française ou pas ?

"A ce titre le gouvernement tient à réaffirmer le principe d’une contribution de l’Etat au redressement du régime de solidarité de Polynésie française" ne signifie nullement que l'Etat français va accorder une contribution quelconque !

En 2008, l'Etat français a écrit exactement la même chose relativement au régime complémentaire des fonctionnaires d'Etat locaux (=CEPF) devant remplacer et compenser la diminution et la disparition à terme du l'ITR (Indemnité temporaire de retraite) ... Or, pas même la moindre réunion de travail sur ce sujet depuis lors !!! De la bonne vaseline pour faire passer la grosse pilule!
C'est de nouveau une promesse en l'air que nos farceurs de politiques locaux nous vendent sans vergogne ... Oui, mais pourquoi? ... ah,ah,ah ...

9.Posté par Le président de "la Polynésie française", des françaises et des français René, Georges, HOFFER le 16/09/2014 18:16 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@eoe (post 3): "La Polynésie est bien française et la solidarité joue"
C'est vrai que c'est écrit dessus, mais l'Alsace est aussi française et c'est pas écrit Alsace française, ou Nouvelle-Calédonie française. Donc, mauvaise pioche.
En fait la solidarité nationale est celle envers ses citoyens. Donc @eoe, c'est en ta qualité de français que la solidarité nationale "joue" ou en tout cas devrait "jouer", et non en fonction de ce qui est écrit sur l'endroit où tu habites: "française"; au sein de la dernière des républiques, la cinquième (article 1er de la loi orga-nique 2004-192 hoohohohoho [email protected]

10.Posté par emere cunning le 16/09/2014 20:50 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

"les polynésiens seront accusés de voler l'argent des français qui se serrent la ceinture"
Voilà qui est risible (pour rester polie) dans la bouche des mathius que les polynésiens pourraient tout aussi bien accuser de voler leur argent quand eux se serrent la ceinture.
@ Pierre Carabasse,
Oui, nous nous sommes tous posés la question : véritable engagement ou simple annonce à la veille d'un vote de confiance au gouvernement Valls II ??? Question bête très probablement comme pour l'ITR (rappelée par Eccehomo qui visiblement n'a rien compris) qui a été supprimée sans vergogne (avec la DGDE) par le "petit" président Sarko sous le règne de GTS, les champions des annonces, puisqu'ils n'ont jamais compensé comme promis.

Signaler un abus

Dans la même rubrique :
< >

Lundi 21 Octobre 2019 - 21:26 Municipales 2020 : Papeete convoitée

Lundi 21 Octobre 2019 - 19:18 "Je voulais me brûler avec la maison"

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués