Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie française. Tel: 40 43 49 49



Le Premier ministre de Tuvalu renversé par une motion de censure



Le Premier ministre de Tuvalu renversé par une motion de censure
FUNAFUTI, vendredi 2 août 2013 (Flash d’Océanie) – Le Parlement du petit archipel de Tuvalu (anciennes îles britanniques Ellice) a finalement mis un terme vendredi à plusieurs mois de crise politique ouverte en faisant passer une motion de censure à l’encontre du Premier ministre Willy Telavi qui avait perdu sa majorité parlementaire depuis le début 2013.
Alors qu’en milieu de semaine, le Président de l’assemblée, Kamuta Latasi, avait ordonné un ajournement de séance pour une période d’au moins six semaines, dans le but affiché d’éviter toute mise aux voix d’une motion de censure, le Gouverneur Général de l’archipel, Sir Italeli Iakoba, a ensuite pesé de tout son poids pour faire rouvrir les débats au sein de l’assemblée.
Avant cette réunion de l’assemblée, le Gouverneur Général avait pris soin d’annoncer le départ de M. Telavi et son remplacement par le chef de l’opposition, à charge ensuite pour le Parlement d’entériner cet état de faits.
M. Telavi, en réaction immédiate, avait ensuite tenté de faire passer une décision de limoger le Gouverneur Général, qui est, dans ce pays du Commonwealth, le chef de l’État et le représentant officiel de la Reine d’Angleterre.
Conformément aux équilibres actuels, cette motion a été adoptée par huit des 14 députés.
La Chambre, après le vote de cette motion et la démission effective de M. Telavi, a ensuite nommé Enele Sopoaga, chef de l’opposition, pour gérer les affaires courantes en tant que Premier ministre par intérim, en attendant une nomination plus définitive, dans les jours à venir.

En début de semaine, les tensions au sein du Parlement s’étaient encore aggravées à la suite de la décision du l’homme au perchoir de suspendre la séance.
Motif invoqué : la soudaine vacance d’un des sièges, à la suite de la démission du député et ministre de la santé, Taom Tanukale.
M. Latasi avait avancé que la Constitution ne permet pas de mettre aux voix une motion de censure si l’une des circonscriptions n’est pas représentée.
Il a donc conditionné le vote de cette motion à la tenue préalable d’élections législatives partielles pour la circonscription concernée.
M. Telavi se trouve en difficulté et son camp en situation minoritaire à la chambre depuis plusieurs mois, à la suite de l’élection, lors de partielles, d’un député apparenté à l’opposition, Elisala Pita.
La tenue de ces partielles, qui avait été différée à plusieurs reprise, avait dû avoir lieu sur ordre de la Haute Cour de l’archipel, saisi de cette affaire.
Face à cette situation, le Président du Parlement avait déjà fait usage de la suspension de séance, mais le Gouverneur Général de cet archipel l’avait ensuite contredit en ordonnant une reprise des débats le 30 juillet 2013.
M. Latasi estime avoir dûment observé l’ordre du Gouverneur Général, puisque le Parlement, normalement composé de 14 députés, s’est bien réuni le jour dit… Avant de refermer ses portes le lendemain.
Au cours de la courte séance de ce début de semaine, M. Telavi avait par ailleurs tenté de faire passer en force une motion prononçant la dissolution pure et simple du Parlement.
Sa motion n’a logiquement recueilli que cinq voix, contre huit de la part de l’opposition.
À la suite de ce nouvel ajournement, mercredi, l’opposition tuvaluane, par la voix de son porte-parole Taukelina Finikaso, parle de « crise constitutionnelle » et de « mépris de la loi » de la part du gouvernement.
Selon les derniers décomptes, l’opposition revendique huit députés, alors que le camp gouvernemental ne compte plus que cinq élus, dont quatre ailleurs ministres du gouvernement de M. Telavi et le Président de la Chambre.

Hécatombe ministérielle

Depuis décembre 2012, le ministre de l’éducation, Falesa Pitoi, manque à l’appel pour raisons de santé.
M. Pitoi avait d’abord été hospitalisé alors qu’il se trouvait en déplacement officiel à La Havane (Cuba), en janvier 2013 pour y rencontrer les premiers étudiants envoyés dans ce pays dans le cadre d’une nouvelle coopération éducative en matière d’enseignement supérieur, notamment dans la filière médecine.
Hospitalisé à l’étranger, il n’a toujours pas pu regagner son pays.
Le ministre des finances de Tuvalu, Lotoala Metia, est décédé le 21 décembre 2012 alors qu’il avait été hospitalisé en urgence à Suva (Fidji).
Juste avant son décès à Fidji, le ministre des finances Lotoala Metia avait participé à la session budgétaire du Parlement de son pays, mi-décembre 2012, afin de s’assurer de l’adoption, à l’arraché, de sa loi de finances 2013.
Un autre ministre, M. Isaia Italieli (travaux publics et ressources naturelles) était aussi décédé subitement en juillet 2011, lors d’un déplacement à Samoa.

pad

Rédigé par PAD le Vendredi 2 Août 2013 à 06:28 | Lu 288 fois





Dans la même rubrique :
< >

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués | Concours d'écriture - Salon du Livre 2019 | Concours d'écriture - Salon du Livre 2020 | Coronavirus