Tahiti Infos

Le Hura Tapairu, un recueil d’histoires et de légendes


Tahiti, le 27 novembre 2022 –Samedi soir, les six derniers groupes de la semaine en lice pour le Hura Tapairu se sont présentés sur la scène du Grand théâtre de la Maison de culture pour proposer cinq mehura, une prestation en tapairu et une autre en pahu nui. La cinquième soirée se tiendra mercredi prochain avec également six groupes au programme.
 
La première semaine du Hura Tapairu s’est achevée samedi soir avec six formations qui ont foulé la scène du Grand théâtre de la Maison de la culture. Les groupes de cette quatrième soirée ont concouru en mehura, excepté le dernier qui a présenté deux spectacles en catégories tapairu et pahu nui. Les groupes de cette soirée ont choisi de raconter une histoire ou de faire passer un message d’espoir.
 

Tamari'i Poerava no Taravao

Le premier groupe de la soirée, Tamari’i Poerava no Taravao, s'est présenté sur le thème de Maupiti avec un mehura divisé en deux parties. La chanson choisie pour raconter la légende de Urufaatiu et l’histoire d’un natif de l’île de Maupiti, appelée autrefois Maurua, a été interprétée par Gabilou.
 

Hine a uta pu

La deuxième troupe, Hine a uta pu, composée de travailleuses de Motu Uta, a choisi d’aborder le thème de la femme et de la nature – te vahine e te natura. L’objectif est de “rendre hommage à Mère nature ainsi qu’à toutes les femmes, de l’aube au crépuscule de leur vie”. Le morceau de leur mehura, interprété par Angelo Ariitai-Neuffer et Léon Roura, a été choisi pour “dépeindre la fascination que représente la nature dessinée sous les traits d’une femme”. Une métaphore relative à l’île de Huahine, dont les montagnes forment la silhouette d’une femme enceinte.
 

Te ui hou no Tautira

La troupe Te ui hou no Tautira est ensuite entrée en scène pour interpréter un mehura et a souhaité mettre en lumière les trésors de la Presqu’île et notamment de la partie cachée de Tahiti Iti, Te Pari. Le groupe a donc choisi le thème de Te Pari et de sa végétation luxuriante – Te Pari ‘e to na heeuri. Ce petit bout de la Presqu’île de la côteest était représenté par des jeunes danseuses originaires de Tautira et des jeunes de la paroisse de la commune.
 

A hura Raiatea

Puis, la deuxième partie a été assurée par des danseuses de Raiatea de la troupe A hura Raiatea qui ont proposé une performance en mehura pour raconter l’histoire de l’île Sacrée des Raromata'i, Raiatea. Le thème choisi est les enfants de l’île Sacrée – te tama no Hava’i fenua mo’a, abordé dans la chanson Fenua mo’a du groupe Ta’iora. À travers ce spectacle, plusieurs éléments emblématiques de l’île ont été évoqués, tels que la Tiare apetahi ou le marae de Taputapuatea. Vers la fin de leur prestation, elles ont formé un demi-cercle pour interpréter un court tārava. Les musiciens ont ensuite rejoint les danseuses sur la scène pour la figure finale.
 

Poti'i no Vini vini

La troupe Poti’i no Vinivini était le dernier groupe de la soirée à se présenter en mehura pour raconter l’histoire de l’entreprise ViniVini et de son fondateur, sur le thème de la pêche – tautai. L’histoire retrace la mise en œuvre d’une technique de pêche révolutionnaire par monsieur Vinivini, précurseur de la pêche durable et écologique dite “long line”.
 

Tapairu Tahiti

Enfin, le dernier groupe de la soirée, Tapairu Tahiti, s’est présenté en tapairu et en pahu nui sur le thème de la déchirure de l’âme – te varua tioioi. Un spectacle véhiculant un message d’espoir, démontrant que les épreuves de la vie peuvent être douloureuses, mais surmontables. “Lorsque les vicissitudes complexes s’annoncent, des observables se manifestent et proposent des solutions.” La compétition reprendra mercredi prochain avec également six groupes au programme.
 

Rédigé par Meleana CHE FAT le Dimanche 27 Novembre 2022 à 16:54 | Lu 1327 fois