Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION, Fare Ute, immeuble SAT NUI BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49


Le Cluster maritime rêve d'un dock de carénage high-tech



Le dock flottant de la Marine nationale à Fare Ute avec le remorqueur-ravitailleur militaire le Revi à sec (Crédit photo : J-Bellenand, Marine Nationale)
Le dock flottant de la Marine nationale à Fare Ute avec le remorqueur-ravitailleur militaire le Revi à sec (Crédit photo : J-Bellenand, Marine Nationale)
PAPEETE, le 4 avril 2017 - Les trois plus gros navires polynésiens doivent s'absenter plusieurs mois chaque année pour effectuer leur carénage à l'étranger. Le dock flottant a également une capacité limitée, exploitée à 100% aujourd'hui. Une limitation qui, selon le Cluster maritime, est le plus gros frein au développement naval de notre territoire. Mais changer cette infrastructure stratégique n'est pas si facile…

Le Cluster maritime a rencontré vendredi dernier l'entreprise néerlandaise Damen, un géant de la construction navale. Les Hollandais ont présenté leurs docks flottants de dernière génération à une vingtaine de personnalités dont des représentants du Paul Gauguin, de l'Aranui, de la Société de Navigation Polynésienne, du groupe Degage, de la Confédération des armateurs, des pilotes et des agents maritimes, du port, de la base navale et des ministères de l'Equipement et du Tourisme.

Gérard Siu, président du Cluster maritime
Gérard Siu, président du Cluster maritime
Le président du Cluster maritime, Gérard Siu, reste assez prudent sur l'objet de cette rencontre : "nous voulons rencontrer tous les acteurs de ce secteur, pour mettre à jour nos dossiers sur les docks flottants. Pour l'instant il faut 20 personnes pour opérer le dock de la Marine dont des plongeurs, et il n'a pas la capacité d'accueillir l'Aranui, le Paul Gauguin, le Wind Spirit ou les grands yachts. Un dock de nouvelle génération être opéré par une poignée de salariés qualifiés, ce qui ira plus vite et coutera moins cher. Nous regardons des designs polyvalents ou modulaires qui permettraient soit de travailler sur deux bateaux en même temps, soit de se combiner et servir un gros navire. Aujourd'hui nous assistons aussi au développement de nouvelles technologies comme les ailerons de stabilisation, pour les bateaux de plaisance ou de croisière, qui élargissent la largeur de la coque pour les anciens docks, mais peuvent être gérés par ces nouveaux docks modulaires. Les nouvelles technologies permettent aussi d'entretenir sous la coque, ce qui n'est pas possible actuellement. Enfin, le temps disponible sur le dock actuel est un blocage aujourd'hui, du coup cet investissement permettrait d'augmenter sensiblement la flotte polynésienne."

Il précise que le modèle d'affaires de l'Aranui 5, un cargo mixte innovant qui transporte des marchandises mais assure aussi un service de croisières haut de gamme vers les Marquises, est rentable et "est un modèle à privilégier pour le développement économique et touristique du Pays. Le Tuha'a Pae essaie aussi de mettre ça en place pour les Australes. Ces navires doivent être plus gros et avoir des stabilisateurs pour le confort des passagers mais ne peuvent pas se permettre d'aller à Singapour trois mois par an pour leur carénage. Le Paul Gauguin est obligé de mettre en place des croisières à l'extérieur pour organiser son carénage au lieu de rester dans nos îles. Les Wind Spirit aussi ont cette demande. Et on ne peut pas dire que 2,5 milliards c'est trop à investir pour notre développement économique !"

10 ANS DE TERGIVERSATIONS

L'idée de changer de dock flottant traine depuis plus de dix ans, et elle a repris de la vigueur en début d'année dernière. La Polynésie a besoin d'un dock pour effectuer le carénage de nos gros navires et pour l'instant le seul qui existe appartient à la Marine nationale. Arrivé en Polynésie en 1975, il a dépassé la quarantaine mais continue de mettre à sec une vingtaine de bateaux par an, pour trois-quarts des bâtiments civils.

Il montre pourtant ses limites. Sa capacité est limitée à 3000 tonnes (le nouvel Aranui pèse 11 000 tonnes, le Paul Gauguin en pèse 19 200), il nécessite une vingtaine de personnes pour être manœuvré, il n'intègre aucune nouvelle technologie… Du coup les militaires espéraient bien que le Pays, via le Port autonome, investirait dans une nouvelle infrastructure plus moderne. Un nouveau dock coûterait entre 2 et 3 milliards de francs, et un rapport remis à la direction du Port Autonome en 2013 indiquait qu'il serait économiquement rentable avec un chiffre d'affaires supérieur à 200 millions de francs par an. Et comme le note Gérard Siu : "les importateurs paient une taxe de 1,25 sur la valeur CAF de tous les produits importés pour financer les ouvrages portuaires, donc le Port a largement les moyens".

L'ARMÉE A INVESTI 900 MILLIONS DE FRANCS POUR RÉNOVER SON DOCK

Mais des changements politiques et différentes priorités d'investissement ont sans cesse repoussé le projet ces 10 dernières années, au point de le couler. Car les militaires, qui doivent entretenir leurs propres forces navales, ont finalement annoncé l'année dernière investir 900 millions de francs dans leur dock flottant pour lui permettre d'être opérationnel jusqu'à 2030. Ils ont également renouvelé dans la foulée la convention qui les lie à la CCISM et qui permet aux navires civils d'utiliser cette infrastructure. "Nous ne faisons pas supporter le coût de l'investissement que nous sommes en train de faire aux armateurs civils. On ne fait payer que la mise au sec de leurs navires. C'est une façon de participer à l’économie maritime polynésienne" nous expliquait le contre-amiral Bernard-Antoine Morio de l'Isle en mai 2016.

Et comme il n'y a de la place que pour un seul dock flottant dans la zone portuaire de Papeete, plus aucune décision ne pourra être prise avant de convaincre la Marine que le projet est vraiment sérieux, et que ça vaut la peine pour eux de revendre leur dock à peine rénové pour utiliser cette nouvelle infrastructure civile. Le cluster a bien conscience de l'embarra que sa démarche peut causer à la Marine, et Gérard Siu assure que "nous ferons une proposition à la Marine pour trouver un arrangement", sous entendu : une offre assez intéressante pour emporter l'adhésion des militaires.

Selon le cluster, le gouvernement a rouvert ce dossier il y a quelques mois à la demande des armateurs. Ils évoquent aussi la création d'un partenariat public-privé pour financer le projet, si ça permet de le sortir des eaux troubles où il se trouve…

Rédigé par Jacques Franc de Ferrière le Mardi 4 Avril 2017 à 15:18 | Lu 2419 fois







1.Posté par Luc le 04/04/2017 17:42 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Il me semblait que le tourisme était au coeur de la stratégie de développement du pays. Pourquoi faudrait il installer un nouveau dock en plein Papeete a la place de l ancien. Il serait plus logique de l installer ailleurs (Taravao).

2.Posté par Tupita le 04/04/2017 20:42 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

A mon humble avis, le meilleur emplacement stratégique et durable que l''on puisse imaginer pour ce dock flottant serait d''implanter cette structure sur Hao qui dispose d''énormes avantages potentiels techniques et logistiques portuaires et aeriens

3.Posté par K. Tetuanui le 05/04/2017 08:49 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Encore un regroupement appuyé par des élus qui pourra exclure certains…
l'intérêt de certains membres à l'intérieur de ce cluster n'est plus à démontrer,
Est-ce qu'un jour nous aurons des personnes honnêtes ???

4.Posté par TAATA POOR le 05/04/2017 09:20 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Et encore il lui faudrait une certaine rentabilité.....seulement 2 navires ne peuvent le faire actuellement à TAHITI

5.Posté par REY Ethode le 05/04/2017 16:40 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Il n'y aura jamais d'autoroute entre Tahiti et nos archipels (même Moorea)
La desserte maritime est vitale
Le carénage régulier des navires est une OBLIGATION réglementaire pour la sécurité
Dans ses missions (Délib de 1962), le Port Autonome de PPT a, entre autres, celle de fournir les équipements nécessaires au carénage de nos navires; En contre-partie de cette prestation, la Délib de 1962 octroye au Port de PPT la perception d'une taxe de péage de 1,25% sur la valeur CAF de toutes les marchandises qui arrivenr au port
Le montant de cette recette du port est de 1 milliard 400 millions par an (cf comptes du PAP)
Pour ma part, si le port ne veut pas l'utiliser cette taxe à sa juste destination,je serais d'avis de demander sa suppression

6.Posté par tamatoas le 05/04/2017 18:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

iaorana ,
merci Ethode pour cet éclairage , nous avons besoin de cet équipement pour le développement , ne pas remplacer le Dock existant serait reculer économiquement , ça va couter , mais créer de l'activité et des emplois ;

7.Posté par emere cunning le 06/04/2017 07:20 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Le port de Papeete n’est pas assez moche et pollué comme ça ? Même la plage du Taaone en fait les frais, on ne me dira pas le contraire. On embellit le port pour nos croisiéristes qui y débarquent, j’imagine un dock flottant DE TAILLE à accueillir l’Aranui et le Paul Gauguin ! Tout ça pour 200 millions de chiffres d’affaires qu'avance leur rapport ! Ces docks dernier cri et les nouvelles technologies coûtent cher, nécessitent des professionnels de haut niveau, plus notre coût du travail, etc... n’est ce pas pour cela que le carénage de gros bateaux s’opère en Asie ? Et quand ces armateurs se raviseront, ils iront encore frapper à la porte du Pays, a ma'au noa tu ai.
Nous devrions plutôt virer le dock de la Marine et les cuves ailleurs pour exploiter cet espace dans l’optique que le Pays s’est fixé, LE TOURISME. Et peut-être participer à l’investissement de la Marine pour améliorer ses capacités d’accueil.

8.Posté par emere cunning le 06/04/2017 07:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@ REY Ethode,
"sa juste destination" ! Parce que cette taxe n'est censée servir qu'à cela ?

9.Posté par REY Ethode le 06/04/2017 12:09 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@ emere
Bien sûr que la totalité de cette taxe n'est pas censée ne servir qu'à cela
néanmoins les équipements de carénage font partie de cette destination (cf délib modifiée portant création du PAP de 1962)
Le trafic du PAP est de 1 million de tonnes par an, dont 425.000 tonnes pour le trafic maritime interinsulaire ! ! !
Les touristes, c'est bien, mais nos populations des îles ce n'est pas mal non plus ! (sauf à les ignorer)
En parlant de tourisme de croisière, ne crois-tu pas que ces touristes seraient plus heureux d'escaler en baie de Vairao plutot que dans le port et la ville de Papeete ! ! !

10.Posté par emere cunning le 06/04/2017 17:19 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@ REY Ethode,
C'est justement parce que je pense à nos populations des îles qu'il me semblait plus judicieux que le Pays contribue à l'équipement et l'amélioration des capacités d'accueil du dock de la Marine. Mais bon, tu es concerné et expert en la matière (while I’m not) ; ce sont les coûts, l'encombrement ET la pollution qui me retiennent.
C'est vrai, l'arrivée dans la baie de Vaira'o plaît surement aux touristes, mais ils croisent d'aussi jolies baies au lever du soleil dans les îles et aux Marquises (just splendid, I was told). Si la presqu'île est à voir lors d'un tour de l'île, je ne les imagine pas traîner au centre ville de Tarava'o où tout est à faire pour leur accueil. Je pense aussi qu'ils n'imaginent pas de rentrer sans avoir visité Pape'ete qui est quand même la "capitale", encore que beaucoup reste à faire pour la décrasser, avant de l'embellir. Bref, on n'est pas sorti de l'auberge.

11.Posté par REY Ethode le 06/04/2017 19:05 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@ emere
Un dock est une nécessité ABSOLUE pour la desserte de nos archipels (pas d'autoroutes entre Tahiti et les îles)
Le dock de la marine est en fin de vie et surtout ne répond plus en matière de capacité aux besoins d'aujourd'hui et à venir
Le choix d'un tel équipement structurant s'évalue sur 50 ans (durée d'exploitation)
A choisir, préfèretais-tu un dock à PPT ou à Vairao ? (voire aux ISLV ou ailleurs)
Pour le développement du tourisme que je soutiens, j'opterais pour un dock à PPT et des bateaux de croisière à Vairao

12.Posté par tamatoas le 07/04/2017 08:35 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Iaorana ,

Ethode , cette discussion sur le dock mérite d'étre poursuivie car c'est vital pour la Polynésie , les commentaires de professionnels comme toi sont nécessaire pour la compréhension , car trop de gens se rangent dans le camp des " contres " par facilité . Ils sont les premiers a crier le manque de développement et d'emplois ensuite . " Les chiens aboient , la caravane passe " , qu'elle continue sa route ! Tant pis pour Emere , qu'elle change de camp .

13.Posté par emere cunning le 07/04/2017 16:24 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@ REY Ethode, tamatoas,
Si l’avis des professionnels importe dans ce type de décision, ils s'arrêtent souvent à leurs seuls intérêts et… « les chiens aboient, la caravane passe », so cool. Mais l’intérêt général prévaut, aussi il me semble qu’il faille jouer cartes sur table et débattre honnêtement des avantages/inconvénients du projet tels les points soulevés que vous n’abordez pas : pollution engendrée par l’activité, coûts réels d’un dock high-tech, encombrement du mastodonte s'il doit accueillir Paul Gauguin et Wind Spirit, engagement des armateurs ET autres problèmes s'agissant de la "capitale".
Tupita propose Hao (good idea si le projet d’écloserie avorte), j’opterai pour Raiatea, à condition que la caravane consulte les autorités (et chiens) concernées.

14.Posté par REY Ethode le 07/04/2017 18:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@ emere
Je suis pour le développement du tourisme
Je suis pour ménager nos sites touristiques
Hélas, il nous faut bien un port pour notre ravitaillement, avec toutes ses contraintes ...
Mais à un moment donné, il faut arréter de blablater et faire un CHOIX
Mon choix, je l'ai fait !
A ton tour ...

15.Posté par Ha'a titi'aifaro le 09/04/2017 16:55 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Le mettre à Raiatea ou à Hao ne ferait que déplacer la pollution, une volonté de faire les choses bien tout en préservant notre environnement accompagne ce projet primordial, et économiquement nécéssaire, un port reste un port, avec toute ces infrastructures. Je suisd'accord avec Ethode dans toutes ses explications, il faut le faire et maintenant.

16.Posté par emere cunning le 10/04/2017 10:44 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@REY Ethode,
Ton choix est fait, à mon tour ? You are joking !
Je te rappelle que les « chiens » ne choisissent pas, ils doivent se contenter d’aboyer. C’est bien le cas (though I first took it for a lol) puisque ni tamatoas ni toi ne répondez pas aux points que je soulève. Je pensais que vous aviez les éléments en mains pour être si affirmatifs et je voulais juste avancer avec l’éclairage du professionnel que tu es. Sincerely.

17.Posté par emere cunning le 10/04/2017 10:51 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@ Haatiti’aifaro,
Justement, il faut faire les choses bien, et pas dans la précipitation. Ce n’est pas raisonnable de s’engager dans une structure aussi coûteuse sans TOUT SOUPESER, sans connaître les coûts réels, sans décrocher les engagements des armateurs des deux paquebots, etc. Nos armateurs qui SEMBLENT tirer le diable par la queue ne pourront en supporter le coût s'ils ne sont pas de la partie.
Quant au choix de Hao ou Raiatea, l’espace disponible permettra justement de prendre toutes les précautions nécessaires à la préservation de notre environnement. Et je ne perds pas de vue l’intérêt des autres îliens qui se plaignent que toutes les activités intéressantes soient concentrées à Tahiti. Voilà de quoi former et donner du travail à leurs jeunes.

18.Posté par REY Ethode le 10/04/2017 16:14 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@ emere
A un moment donné, il faut prendre une décision

19.Posté par Ha'a titi'aifaro le 10/04/2017 19:00 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@ emere, d'accord avec toi Emere, que le Cluster maritime prépare un programme avec le plan financier pour les 3 options: Hao, Raiatea et PPT , voir lequel est financièrement et environnementalement viable (le coté pratique fera la différence),vu l'éloignement de ces îles surtout l'atoll de Hao. Qu'il négocie avec la Marine National avec l'appui et du "Gouvernement". je met entre guillemet parceque tu vois quoi !! Mais que çà ne prenne pas des années pour tout çà.

20.Posté par tamatoas le 11/04/2017 08:00 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

iaorana à tous ,
Ethode et consorts donnent leur opinion sur ce sujet important de développement , il y a un gouvernement , un ministre chargé de ce secteur qui doivent agir vite , car le temps nécessaire , aux enquêtes , études , appel d' offre , construction , représentent plusieurs années , le dock existant est en fin de vie !!!!

21.Posté par emere cunning le 12/04/2017 09:41 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@ REY Ethode, Haatiti’aifaro
ça ne sera jamais qu’un avis Ethode, et il ne vaut rien sans un minimum d’éclaircissements sur ce projet qui se chiffre en MILLIARDS rien qu’en études et construction. Ta décision étant prise (p 14), j’en déduis que tu disposes de ces éléments mais ne veux pas les partager. Well, libre à toi.
Je pense que le Cluster maritime aurait déjà bouclé son affaire s’il était sûr de son coup. Or, il veux, de toute évidence, que le Port ET le Pays s’engagent, voire qu’ils y aillent des deux pieds. N’est ce pas parce que son projet coûte très cher et qu’il n’en a pas les moyens, a des doutes sur sa rentabilité, n’a pas les garanties des gros armateurs, etc ? Bref ! Il me semble que ça cafouille quelque part.

22.Posté par emere cunning le 12/04/2017 09:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@ REY Ethode, Haatiti’aifaro,
En attendant, notre port est indéniablement trop petit pour accueillir, et cet imposant dock, et les deux paquebots qui y seront alors basés avec l’Aranui. J'ai lu quelque part qu'on projetait aussi de modifier (?) le quai des paquebots pour en recevoir plus ! Tout ça ne s’improvise pas et je crains que, au final, leurs armateurs repartent à Singapour retrouver LE MEILLEUR SERVICE AU MOINDRE COÛT que, malheureusement, nous sommes loin d'offrir.
Déjà, tout est à faire ici et dans les îles rien qu’en infrastructures pour la plaisance, croisières, yachting etc. Vu nos moyens financiers limités, j'ai bien peur Haatiti'aifaro que ce projet nécessite d’être encore mûri et surtout chiffré par des experts neutres.

23.Posté par Diké le 12/04/2017 14:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Merci à tous pour ces commentaires passionnants; Il y a-t-il un pilote dans l'avion qui les lit?
J'imagine 2000 croisiéristes sur la petite plage de Vairao, visitant Taravoa, son fort, son centre commercial, son belvedere, Teahupoo, sa vague. . Et à leur retour: " Ha vous revenez de Tahiti, vous avez vu Papeete, ? Non il y a un dock géant et pas de place pour les paquebots".
Je suis d'accord avec Emere. C'est un investissment gigantesque à risques multiples. Autres solutions: 1) Partager les risques avec les Calédoniens qui n'ont rien. Un dock ici, en partenariat avec les militaires, aux dimensions possibles dans le port de Papeete. Et un dock géant tel que le souhaite Ethode à Nouméa, en partage.,. Il y a la place dans la baie de la SLN.
ensuite...

24.Posté par Diké le 12/04/2017 14:33 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Suite. 2) Il y a des millions de personnes qui révent d'une croisière en Polynésie. Le touriste de croisère explose dans le monde. Toutes les infrastructures ont été mises en place ici, quais, compagnie aérienne, une poulation prête à travailler. Il y a la place et le marché pour 2 ou 3 autres Gauguin, à taille humaine et d'autres plus grands. Où sont les bateaux? Cela n'était-il pas prévu au début des années 2000? et dans ce cas plus besoin de Cluster gigantesque, l'absence d'un navire sur 3 ou 4 pour carénage serait indolore.

Signaler un abus

Dans la même rubrique :
< >

Mardi 16 Octobre 2018 - 18:16 Pe'ape'a à l'embarquement de l'Aremiti

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués