Tahiti Infos

Le Calédonien Kombouaré nouvel entraîneur du FC Nantes


Nantes, France | AFP | mercredi 10/02/2021 - Sa confiance affichée et son plaisir de retrouver le terrain n'ont pas suffi : Raymond Domenech a été limogé au bout de six semaines et va être remplacé par Antoine Kombouaré sur le banc d'un FC Nantes toujours plus à la dérive, a-t-on appris mercredi de source interne au club.

Arrivé à Nantes à 19 ans et défenseur central des Canaris pendant sept ans (1983-1990), Kombouaré doit arriver très bientôt pour relever à son tour le défi d'éviter la relégation en Ligue 2, a ajouté cette source, confirmant des informations parues dans plusieurs médias. 

Kombouaré a entraîné le PSG (2009/2011) mais aussi Guingamp (2016-2018) ou encore Dijon, qu'il a sauvé de la descente en 2019. Il n'a en revanche pas réussi à empêcher la descente de Toulouse où il a dirigé 13 matches (pour 11 défaites) entre octobre 2019 et janvier 2020.

Pour Domenech, l'ancien sélectionneur des Bleus arrivé à la surprise générale fin décembre, c'est une fin de mandat précipitée. Mercredi, c'est déjà sans lui que les Canaris, en panne de résultats, ont sombré à domicile contre Lens en 32es de finale de Coupe de France (4-2).

Ayant passé dix ans loin des bancs de touche, il avait été nommé en remplacement de Christian Gourcuff, après un mois d'intérim de l'adjoint Patrick Collot. Les Canaris n'avaient alors plus gagné depuis début novembre et pointaient à la 15e place de Ligue 1.

Sept matches de championnat plus tard, ils sont 18e et barragistes, et ils ont étiré leur série à 15 matches sans victoire. Un record pour le club qui fêtera au printemps les 20 ans de son dernier titre de championnat. 

A 69 ans, Domenech, qui n'avait plus entraîné depuis le fiasco de Knysna lors du Mondial-2010 en Afrique du Sud, établit aussi un nouveau record pour la rapidité de son limogeage, pourtant un sport national à Nantes puisqu'il était le 15e entraîneur -sans compter les intérims- depuis l'arrivée de Waldemar Kita en 2007.

Accueilli avec scepticisme, et une forte dose d'ironie puisque des supporters avaient diffusé une musique de cirque pour dénoncer le "Kita Circus" lors de son premier entraînement avec l'équipe, Domenech a toujours affiché une grande sérénité.

A l'isolement

Alliant bons mots et décontraction, il a répété à l'envi son plaisir de retrouver le terrain et sa confiance dans les qualités de ses joueurs.

Mais ces paroles n'ont pas été suivies d'effet sur le terrain: le bloc défensif qu'il appelait de ses vœux s'est souvent fissuré -- voire a pris l'eau comme mercredi face à Lens -- et les joueurs ne sont parvenus à construire du jeu que par brèves périodes, en particulier la semaine dernière à Saint-Étienne (1-1).

L'impuissance avait cependant commencé à percer dimanche après la défaite des Canaris face au leader lillois (2-1). Domenech n'était alors pas parvenu à s'expliquer comment ses joueurs avaient pu se laisser autant dominer.

"Il reste 14 matches, il faut prendre des points, c'est évident. On le sait, on le savait, ça se confirme, ça devient tendu, mais ne cédons pas à la panique", avait-il pourtant insisté.

Il avait d'ailleurs reçu l'hommage de son homologue lillois, Christophe Galtier, avec qui il avait longuement discuté, bras dessus, bras dessous, avant le match: "J'étais très content de son retour. C'est l'aîné. Je me suis aperçu qu'il est resté vraiment dans le football parce que son équipe a, par moments, du jeu très intéressant".

Ironie du sort, il avait été écarté dès mardi par un placement à l'isolement pour une semaine à la suite d'un test de Covid-19 positif, et malgré un contre-test négatif. 

Comme en décembre, Patrick Collot a donc pris la place lors de la défaite en Coupe de France mercredi. Interrogé après le match, l'adjoint a assuré n'être "au courant de rien" quand au sort de Domenech. 

Déplorant le "manque de confiance" qui pèse sur les joueurs, Collot a ajouté: "Il va falloir faire face, il nous reste plein de matches et on a encore la possibilité de sauver notre saison".

le Mercredi 10 Février 2021 à 10:34 | Lu 423 fois