Tahiti Infos

La tentation Tapura de Teura


Tahiti le 25 avril – La maire de Arue et ancienne présidente du groupe Tahoera'a à l'assemblée, Teura Iriti, sème la panique dans son équipe communale en évoquant son possible ralliement au groupe Tapura à Tarahoi. L'intéressée ne dément pas, mais refuse de s'exprimer. Plusieurs de ses soutiens à Arue y sont fermement opposés.
 
Après l'euphorie de la large victoire obtenue lors de l'élection municipale partielle de janvier dernier, un premier sujet politique épineux divise l'équipe communale de la nouvelle tāvana de Arue, Teura Iriti. L'édile, ancienne présidente du groupe Tahoera'a à l'assemblée et désormais élue non-inscrite, réfléchit en effet sans trop de surprise à rejoindre le groupe Tapura à Tarahoi. Préalable assez évident à un rapprochement plus concret entre la maire de Arue et le parti majoritaire d'Édouard Fritch. Selon nos informations, Teura Iriti a d'ores et déjà commencé à consulter sa “base” : à savoir les anciens Tahoera'a de Arue, mais aussi sa majorité “Arue ia Papaoa” ou encore quelques personnalités de l'Église protestante ma'ohi de Arue. Et le moins que l'on puisse dire est que le sujet est loin de faire l'unanimité… Interrogée ce week-end, Teura Iriti reste sur la défensive et refuse de s'exprimer trop longuement sur le sujet. Pour autant, la tāvana ne dément pas, évoque son désir “d'unir les compétences, d'unir les forces” et confirme avoir “encore des réunions à faire, des concertations à faire”.
 
“Une trahison”
 
Interrogé, le représentant Tavini à l'assemblée et compagnon de route de Teura Iriti à Arue, Richard Tuheiava, dit avoir entendu la rumeur d'un tel ralliement. Mais tout en refusant de croire à sa concrétisation. “On ne va pas mettre le Tapura dehors pour qu'il revienne”, résume l'élu indépendantiste en évoquant le résultat des dernières élections municipales. Il affirme que ce sujet “sensible” n'a pas encore été évoqué au sein de la majorité de Arue, qui attendait la fin de l'élection présidentielle pour en débattre. Richard Tuheiava veut croire que sa tāvana va prendre la “bonne décision” en refusant de céder au chant des sirènes du Tapura. D'autres voix à Arue sont moins tendres avec leur tāvana. “On a travaillé pour que le Tapura ne soit plus aux commandes. Ce n'est pas elle qui va les ramener ici”, affirme un proche de Teura Iriti du côté des ex-Tahoera'a de Arue. Un autre soutien de la liste évoque “une trahison” si la maire de Arue venait à rejoindre la majorité après avoir gagné “haut la main” la mairie de Arue. “On a été choqué”, confie une troisième source proche de Teura Iriti à Arue, qui dit avoir évoqué le sujet avec sa tāvana. “Sa seule réponse a été de nous dire qu'il faut travailler ensemble pour le bien de la population”.
 
Plusieurs réunions sont prévues ce début de semaine au sein de “Arue ia Papaoa” pour évoquer ce sujet. Mais dès ce week-end, on annonçait surveiller attentivement la répartition des commissions à l'assemblée prévue ce mardi matin. Ces dernières années, la majorité d'Édouard Fritch avait usage de réserver deux présidences de commissions à l'opposition. Or il n'existe plus qu'un seul groupe d'opposition à Tarahoi depuis l'implosion du Tahoera'a. Confier une présidence de commission à l'élue non-inscrite –et surtout le joli crédit collaborateur de 530 000 Fcfp/mois qui l'accompagne– pourrait constituer un beau cadeau de bienvenue pour la maire de Arue.
 

Teura Iriti, représentante non-inscrite et maire de Arue : “Unir les compétences, unir les forces”

Allez-vous rejoindre le Tapura à l'assemblée ?

“Ce qui importe pour moi et pour notre équipe, c'est qu'il y ait cette unité. Unir nos compétences, unir nos forces. C'est ce que nous recherchons. Vous savez très bien que je suis dans une majorité composée au niveau de la commune. Nous avons démontré qu'ensemble on peut faire beaucoup de choses et je suis toujours dans cette même mouvance et cette même vision des choses. Nous restons tous de la même famille finalement. Et pour le moment, nous n'avons pris aucune décision”.
 
Vous avez tout de même évoqué cette idée avec votre majorité ?

“Quand est-ce que je l'ai annoncé, dites-moi ? Ce qui est important pour moi, comme au niveau de la majorité communale, c'est que je veux vraiment continuer à œuvrer dans ce sens d'unir les compétences, d'unir les forces. Bien sûr je suis autonomiste. Mais je pense que l'époque des metua est finie. On n'est plus dans la même époque. Et nous nous retrouvons aussi bien avec certains du Tavini, certains du Tapura et d'autres.”
 
Plutôt avec le Tapura qu'avec le Tavini à l'assemblée visiblement ?

“Vous répondez à ma place, donc je ne vais plus répondre. Aujourd'hui, j'ai encore des réunions à faire, des concertations à faire. L'essentiel pour nous, c'est de voir comment on peut continuer demain. Je suis et je reste autonomiste. Ça c'est sûr, cela a toujours été ma famille. Revenez me voir dans une semaine on en reparlera. Je n'ai pas rencontré ma majorité, je vais les voir cette semaine.”
 

​Richard Tuheiava, représentant Tavini et proche de Arue ia Papaoa : “J'espère qu'elle ne rejoindra pas le Tapura”

Teura Iriti vous-a-t-elle parlé d'un ralliement au Tapura ?

“Je l'ai entendu dire, mais apparemment sa décision n'est pas encore prise. Donc pour l'instant, je préfère ne pas alimenter la rumeur. On reste concentré sur Arue ia Papaoa et la liste. Pour l'instant, on a toujours une tête de liste qui est maire.”
 
Elle ne vous en a pas parlé directement ?

“On n'a pas eu le temps de s'exprimer là-dessus, parce que c'est un sujet qui est sensible. Donc on laisse passer la présidentielle et tant qu'elle ne prend pas l'initiative d'annoncer cela à la majorité on n'a pas envie d'alimenter plus que de raison ce qui se passe. Mais j'ai eu plein d'échos.”
 
Dans le cas où elle souhaiterait rejoindra le Tapura, quelle serait votre position ?

“On ne peut pas soutenir une couleur que nous avons nous-mêmes battue. On va rester sur la liste telle que nous l'avons créé ensemble. Mais si cela se fait, les forces représentées au sein de la majorité actuelle, on va se réunir. On va respecter son choix, mais c'est mitigé, ce n'est pas très clair. Mais tant qu'elle n'a pas décidé, je n'ai vraiment pas envie d'y croire. (…) Elle ne peut pas soutenir politiquement le gouvernement actuel et son parti. C'est sûr que je ne sais pas comment on va y arriver dans ce cas-là. On ne va pas mettre le Tapura dehors pour qu'il revienne. En tout cas j'attends ses annonces officielles ou peut-être son démenti j'espère.”
 

Rédigé par Vaite Urarii Pambrun le Mardi 26 Avril 2022 à 17:05 | Lu 3761 fois