Tahiti Infos

La piqure de rappel de Tauhiti Nena et de la PBA


Tauhiti Nena, président de la PBA, assure pouvoir compter sur un vivier de 1 100 licenciés répartis dans 40 clubs.
Tauhiti Nena, président de la PBA, assure pouvoir compter sur un vivier de 1 100 licenciés répartis dans 40 clubs.
Tahiti, le 17 octobre 2021 - Privée de délégation de service public depuis 2016, la Polynesian Boxing Association (PBA), présidée par Tauhiti Nena, poursuit néanmoins ses activités. Des tournois de boxe, organisés par la PBA, sont ainsi annoncés pour les prochains mois à Tahiti et dans les îles avec en point de mire le Challenge Maco Nena, prévu pour mai prochain. 

"Vole comme le papillon, pique comme l'abeille", avait déclaré Mohamed Ali. Et comme l'ancien triple champion du monde des poids-lourds, la Polynesian Boxing Association (PBA) et son président Tauhiti Nena, ont tenu à faire "une piqure de rappel" et à montrer qu'ils étaient "toujours là". L'ancien ministre des sports d’Oscar Temaru a en effet organisé, samedi, une conférence de presse à la salle de boxe du Tefana boxing club, à Puurai. L'occasion pour l'intéressé de présenter les équipements reçus de l'Association internationale de boxe amateur (Aiba), à laquelle la PBA est toujours affiliée.
 
Ce rendez-vous médiatique était aussi l'occasion pour Tahiti Nena, entouré de ses coachs et quelques boxeurs, de présenter le futur calendrier sportif de sa fédération. Un tournoi pour les jeunes et novices est ainsi prévu du 20 au 22 décembre à Paea. Des tournois se tiendront également dans les îles, avec une première compétition annoncée aux Îles Sous-le-Vent en février, puis en avril aux Marquises et aux Australes avant la tenue du Challenge Maco Nena, prévu pour mai prochain.

"Avec 0 franc de subvention on a toujours été les plus performants"

Samedi, le président de la PBA et vice-président de la Fédération océanienne de boxe, a tenu par ailleurs à régler quelques comptes. Déchue de sa délégation de service public (DSP) en 2016, la PBA avait ensuite échoué en janvier 2020 à récupérer une DSP qui est revenue à sa rivale, la Fédération de boxe anglaise de Polynésie française (FBAPF), présidée par Ismael Tahiata. 

Lire aussi >> La FBAPF garde sa délégation de service public
 
Une décision toujours difficile à avaler pour Tauhiti Nena. "Nous sommes les meilleurs et les plus performants", a-t-il insisté. Il s'est notamment appuyé sur la confrontation de 2019 entre la PBA et la FBAPF pour établir une sélection pour les Jeux du Pacifique, aux îles Samoa. "Sur les douze combats, dix ont été gagnés par des boxeurs licenciés à la PBA. Avec 0 franc de subvention et aucun accès aux salles du Pays, on a toujours été les plus performants."

Tauhiti Nena se dit également prêt pour une nouvelle confrontation pour les prochains Jeux du Pacifique de 2023, "mais à la sortie de cette confrontation, si l'on gagne comme la dernière fois 90% des combats, on demande au Pays de nous respecter et de nous accorder la DSP." Le président de la PBA assure par ailleurs pouvoir compter sur un vivier de 1 100 licenciés répartis dans 40 clubs. Le combat PBA et FBAPF est loin d'avoir livré son verdict.

Rédigé par Désiré Teivao le Dimanche 17 Octobre 2021 à 14:39 | Lu 1635 fois