Tahiti Infos
Tahiti Infos Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie française. Tel: 40 43 49 49



La mobilisation contre l'obligation vaccinale s'essouffle



Le cortège s'est élancé à 9 heures de To'ata pour rejoindre Taraho'i.
Le cortège s'est élancé à 9 heures de To'ata pour rejoindre Taraho'i.
Tahiti, le 2 octobre 2021 - Un peu plus de 700 personnes ont marché, ce samedi, entre la place To'ata et Taraho'i pour manifester une nouvelle fois contre l'obligation vaccinale. Bien loin des 2 500 manifestants du 18 septembre. 

“Liberté, liberté, liberté”, ont scandé sans cesse les manifestants, ce samedi, entre la place To'ata et Taraho'i, à l'occasion d'une nouvelle mobilisation contre l'obligation vaccinale. Ils étaient un peu plus de 700 personnes, dont la députée Nicole Sanquer, à avoir répondu à l'appel des collectifs Nūna'a a Ti'a, Nūna'a a Pato'i, Covid a Ti'a, le collectif des Femmes de Polynésie ou encore l'association A Tamau i te Hono. Bien loin donc des 2 500 personnes qui s'étaient présentées, le 18 septembre, devant le haut-commissariat et la présidence. 

Lire aussi >> 2 500 manifestants dans la rue contre l'obligation vaccinale

Cette foule s'est élancée de To'ata à 9 heures, encadrée par des policiers municipaux de Papeete et par des agents de la DSP, pour se diriger donc vers Taraho'i. Sur les pancartes ou panneaux brandis par les manifestants on pouvait lire des messages plus ou moins virulents comme “Je n'ai pas le Covid, j'ai la rage”, “Non au pass de la honte”, “Suis pas un cobaye”, “Touchez pas à notre corps” ou encore “Vaccin = mort”. Les manifestants n'ont d'ailleurs pas manqué de bien marquer leur passage devant le haut-commissariat et la présidence en les huant abondamment.  

Théron attaque Sorain et Leroy

Les manifestants ont ensuite investi jusqu'à la mi-journée la place Taraho'i en prenant le soin de poser devant les grilles de l'assemblée leur pancarte avec le message : “Contre l'obligation vaccinale”. Cependant aucune rencontre avec les autorités n'était prévue. 

Des stands d'informations divers étaient par ailleurs installés dans le parking de Taraho'i, avec une animation “carbass” en fond sonore. Animation qui n'était d’ailleurs pas du goût de certains manifestants. “Comment le gouvernement et l'Etat vont nous prendre au sérieux si on se met à mettre de la musique et à danser. Nous ne sommes pas venus pour ça. Ce que l'on veut c'est qu'il nous entende et qu'ils retirent cette loi”, a déclaré un manifestant.  

Un micro était également ouvert pour quiconque voulait témoigner. L'occasion pour certains d'insister sur le “matraquage médiatique” pour promouvoir la vaccination. Et puis peu avant midi et avant que la foule se disperse, le docteur Théron, avec le bras gauche en écharpe, s'est présenté à Taraho'i et a également pris le micro pour dire “non à l'obligation vaccinale”. Le médecin, qui sera jugé en correctionnelle le 29 octobre,   a profité de cette tribune pour prendre à partie le haut-commissaire, Dominique Sorain, “responsable de cette hécatombe”, et le procureur de la République Hervé Leroy.

“Ils seront poursuivis tous les deux devant la cour de justice de la République”, a insisté le taote. “ls ont fait une grave obstruction à quelque chose qui est du plus haut niveau de la responsabilité de la loi qui est l'obligation d'assistance à personne en danger (…). Pendant les deux jours où j'ai été incarcéré, un de mes patients est décédé. Et pour ça Dominique Sorain et Hervé Leroy devront en répondre.”  De leur côté, les leaders et représentants des différents collectifs ont assuré qu'ils continueront à se mobiliser tant que la loi du 23 août ne sera pas retirée. A noter que des manifestations étaient également organisées dans les îles, aux Marquises et au Îles Sous-le-Vent. Ils étaient notamment 200 manifestants du côté de Taha'a. 

Rappelons que la loi sur l'obligation vaccinale est applicable depuis fin août. Un délai de deux mois a néanmoins été accordé aux nombreux professionnels qui devront s'y soumettre. Et à partir du 23 octobre, des contrôles seront diligentés par l’Agence de régulation de l’action sanitaire et sociale (Arass), épaulée par les agents de la Direction de la santé.

Rédigé par Désiré Teivao le Samedi 2 Octobre 2021 à 16:12 | Lu 2311 fois





Dans la même rubrique :
< >

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués | Concours d'écriture - Salon du Livre 2019 | Concours d'écriture - Salon du Livre 2020 | Coronavirus | Divers