Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie française. Tel: 40 43 49 49



La Tetiaroa Society accueille son premier scientifique résident



Lauren Brandkamp et ses collègues de l'Université de Washington effectuent une mission scientifique à Tetiaroa
Lauren Brandkamp et ses collègues de l'Université de Washington effectuent une mission scientifique à Tetiaroa
PAPEETE, le 29 juillet 2014 - Les projets des héritiers de Marlon Brando pour l’atoll de Tetiaroa ne se limitent pas à un luxueux hôtel écoresponsable. Ils ont aussi créé la Tetiaroa Society, une initiative scientifique qui accueille les chercheurs du monde entier souhaitant étudier les sujets liés à l’interdépendance durable.

A Tetiaroa il n’y a pas que le Brando. Sur le Motu Onetahi il y a aussi une petite station de recherche gérée par la Tetiaroa Society, une ONG fondée en 2010 aux États-Unis sous la houlette des héritiers de Marlon Brando. Son but, qui respecte la vision de l’acteur américain amoureux de la nature, est de favoriser la préservation de la petite île et de développer la recherche sur « l’interdépendance durable ». Ce terme désigne le rêve d’arriver à une relation complémentaire, même « symbiotique », entre la nature et l’humanité.

Pour favoriser la recherche dans ce secteur, la Tetiaroa Society dispose d’un bâtiment pouvant héberger jusqu’à 16 scientifiques en mission, d’un petit laboratoire, et l’hôtel lui prête ses navettes pour transporter les scientifiques. Mais elle n’emploie aucun chercheur elle-même : elle prend le rôle de facilitateur des missions organisées par les grands instituts de recherche et universités du monde.

Des missions du Criobe, de l’Université de Redland, de celle de Washington et bientôt de l’Université de Polynésie française, se succèdent à Tetiaroa. « En ce moment il y a une mission de l’Université de Washington sur l’acidification des océan, demain ce sera une autre mission sur le repeuplement du lagon, le réchauffement climatique… » explique Hinano Bagnis, directrice de la Society.

Une première scientifique en résidence

Et depuis le début du mois, la Tetiaroa Society héberge sa première scientifique en résidence : Lauren Brandkamp de la « University of Washington », qui restera en mission sur l’atoll pendant 6 mois. Elle sert de correspondante locale à une équipe de quatre chercheurs universitaires menant des travaux sur l’acidification des océans. L’équipe est d’ailleurs déjà passée en Polynésie, laissant derrière elle la jeune chercheuse, qui n’en semble pas malheureuse.

« Pour nous c’est probablement un des meilleurs jobs au monde à l’heure actuelle, donc nous avons lancé un blog pour qu’elle raconte son expérience » raconte la directrice. Disponible sur le site tetiaroasociety.org ou sur leur page Facebook, ce blog relate la découverte de la faune et de la flore tropicale par cette jeune biologiste marine arrivant de Seattle, une ville où le climat et la biodiversité sont – on l’imagine – beaucoup moins favorables à l’émerveillement que le nôtre. Elle y partage ainsi sa rencontre avec un berbard l’hermite polynésien ou un coussin de belle-mère (une étoile de mer très épineuse).

Mais outre la découverte de ces curieuses espèces, elle mène aussi une recherche fondamentale sur le corail de l’atoll, les flux de courant et leur impact sur le récif, les algues… Un travail de fond qui permettra d’améliorer les connaissances sur notre environnement, menacé par les changements climatiques.

Après cette première expérience, d’autres chercheurs pourraient établir leur résidence sur l’atoll, dont des étudiants polynésiens. Plusieurs sont attendus avant la fin de l’année. Si des chercheurs ou des étudiants veulent en savoir plus ils peuvent contacter l'association sur [email protected]


Rédigé par Jacques Franc de Ferrière le Mardi 29 Juillet 2014 à 17:05 | Lu 2270 fois







1.Posté par Manu le 30/07/2014 19:31 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Comment peut on mentir aussi ouvertement que ça... Un Hôtel "écoresponsable"???
Pardon!!! Je ne vois vraiment pas ce qu'il y a d'écologique à mettre des tracteurs sur la barrière de corail pour créer une pseudo passe et faire un ponton??? Le pire c'est que maintenant ces même tracteur sont dans le lagon et sur la plage a tout écraser sur leur passage.... La création de cette passe a juste bouleversé tout l'éco-système d'un atoll avec le refroidissement de la température du lagon. De plus, énormément de poissons sont désormais contaminés par la ciguatera suite à cette destruction de corail... Ce qui n'était pas du tout le cas avant leur passage.
CET HOTEL EST UNE HONTE.

2.Posté par Tamanu le 31/07/2014 07:45 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Le projet est appréciable, ou non, selon les avis, mais la com´ qui en est faite est abusivement "verte" !!!!

Eco responsable... ??? - Aller sur la page facebook "the bandoapocalypse" ?
Tetiaroa Society est en partie financer par Dick B.
Un motu voisin serait déjà destiné à être lotie en dizaines de parcelles
Pęcheurs, voiliers, visiteurs... Ne sont pas les bienvenus et l'hôtel sera inaccessible aux locaux ($$$$....) !

3.Posté par John Devan le 31/07/2014 12:53 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

quelle imposture que ce vernis écolo-scientifique... c'est du marketing pour vendre un bel hotel à des gens qui grilleront du kérosène pour y venir. Pas très éco-responsable...
quand on voit la photo "les pieds dans l'eau" de la chercheuse, on peut s'attendre au "nobel" de climatologie et d'écologie...

4.Posté par David le 03/08/2014 11:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Quelle belle caution morale pour des gens qui se contrefoutent de l'environnement et de la vie des quelques polynésiens qui vivaient de et à Tetiaora. Ca s'appelle du green washing, ça ne marche qu'avec les gogos qui pourraient croire à cette fable trop belle pour être honnête. La seule chose qui intéresse les gestionnaires de ce pseudo éco-resort est le profit. Faudrait leur mettre sea sheperd dans les pattes.

5.Posté par David le 03/08/2014 11:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

J'ajoute également, que pour avoir plongé devant l'hôtel récemment, les fonds marins sont totalement dévastés, il n'y a plus une branche de corail vivante, les vieux pneus et autres débris y sont légion, alors l'argument écolo des promoteurs me fait doucement rigoler.

Signaler un abus

Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 29 Octobre 2020 - 19:39 "Nous sommes tous sur le pont"

Jeudi 29 Octobre 2020 - 17:36 Des fleurs pour la Toussaint

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués | Concours d'écriture - Salon du Livre 2019 | Concours d'écriture - Salon du Livre 2020 | Coronavirus