Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION, Fare Ute, immeuble SAT NUI BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49


La Nouvelle-Calédonie mise sur les potentiels économiques des micro-algues



La Nouvelle-Calédonie mise sur les potentiels économiques des micro-algues
NOUMEA, 12 juillet 2013 (AFP) - La Nouvelle-Calédonie espère au cours des prochaines années développer une filière économique autour des micro-algues, au centre d'un programme de recherche, ont indiqué vendredi ses responsables.

En mai dernier, un laboratoire d'études des micro-algues (aussi appelées phytoplancton) a été inauguré à Nouméa, afin d'y sélectionner les espèces présentant les meilleurs potentiels économiques.

Financé par un crédit (1,8 million euros) du Comité interministériel de l'Outre-mer, le programme Amical pour "Aquaculture de micro-algues en Nouvelle-Calédonie" est co-piloté par l'Ifremer et l'Adecal, Agence de développement économique de la Nouvelle-Calédonie.

"Les micro-algues sont des plantes microscopiques qui vivent dans l'eau, dans des zones où le soleil pénètre la masse d'eau. Elles ont besoin de lumière et de CO2 pour se reproduire", a déclaré à l'AFP, Liet Chim responsable scientifique d'Amical.

Compte tenu de la richesse de sa biodiversité et de l'immensité de ses lagons, la Nouvelle-Calédonie présente des atouts majeurs pour cette activité.

"Il existe environ un million d'espèces de micro-algues à l'échelle de la planète, mais on n'en a identifié que 150.000", a-t-il également indiqué.

Une fois les espèces sélectionnées, les premiers essais de production en bassins pourraient avoir lieu fin 2014.

Parfois considérés comme "l'or vert" de demain, ces micro-organismes, riches en oméga 3, offrent des champs d'application extrêmement vastes: cosmétique, alimentation animale, pharmacologie, chimie et biocarburant. En quelques années, le chiffre d'affaires de cette filière a atteint 1 milliard de dollars US.

En Nouvelle-Calédonie, l'ambition est dans un premier temps d'utiliser les micro-algues pour fabriquer des aliments destinés aux crevettes d'aquaculture et au bétail.

Une convention a en outre été signée avec une compagnie minière pour envisager le recyclage de ses émissions de CO2, captées par les micro-algues.

L'économie de la Nouvelle-Calédonie, archipel de 250.000 habitants, est très dépendante des transferts de la métropole et de l'industrie minière du nickel. La "croissance bleue" est l'une des pistes de sa diversification envisagées par les autorités locales.

Rédigé par () le Vendredi 12 Juillet 2013 à 06:35 | Lu 851 fois






1.Posté par beaulieu le 13/07/2013 12:14 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Un petit pain d'algue SVP avec quelques crevettes au whisky hum ! miam.

2.Posté par fenua le 13/07/2013 18:02 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Et pour la Polynésie? Nada? On possède des gisements de pétrole pour faire l'impasse sur cette fameuse "croissance bleue"?

Signaler un abus

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués