Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION, Fare Ute, immeuble SAT NUI BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49


La Franc-maçonnerie n'est "pas une secte qui manipule dans l’ombre" (Alain Michon)



Alain Michon, le Grand maître de la Fédération française du Droit Humain sera en conférence publique, ce mercredi au lycée hôtelier.
Alain Michon, le Grand maître de la Fédération française du Droit Humain sera en conférence publique, ce mercredi au lycée hôtelier.
PAPEETE, 4 juin 2018 - La Franc-maçonnerie peut souvent sembler un monde fascinant avec ses mystères et ses rites ; mais, l’idée d’un groupe de pression, voire d’un "complot maçonnique", n’est jamais loin, dans l’opinion publique, à propos de cette société secrète.
En Polynésie française on compte cinq groupements distincts et autour de 500 "frères et sœurs". Il y en a 175 000 en France, rassemblés dans une vingtaine d’obédiences. Les plus connues sont le Grand Orient de France et la Grande Loge nationale française.
Monde parallèle ou terreau d’influences, Tahiti Infos tente de faire le point avec Alain Michon, Grand maître de la Fédération française du Droit Humain. À la faveur d’un bref séjour au fenua, le haut dignitaire de cette obédience maçonnique anime une conférence publique, mercredi au lycée hôtelier de Punaauia, sur le thème "Qu’est-ce qu’être un Franc-Maçon aujourd’hui ?".

Combien de membres compte votre obédience en Polynésie française ?
Une soixantaine. Il y a deux loges. Nous existons en Polynésie depuis 1986, date de la création de la première loge.

Et en France ?
Nous sommes 17 000 frères et sœurs en France. Sur cet effectif, nous avons deux tiers de sœurs et un tiers de frères. Et cette proportion ne change pas trop depuis fort longtemps.

Qu’est-ce que ça veut dire, être Franc-maçon au 21e siècle ?
Franc-maçon au Droit Humain, je peux répondre. Franc-maçon en général, c’est plus compliqué. Il y a de multiples façons de vivre la maçonnerie.

Même au point de vue de la démarche ?
La démarche maçonnique, c’est s’inscrire dans une perspective d’amélioration de soi, de travail sur soi, de constitution de son moi profond – ce que nous appelons notre temple intérieur –, pour permettre ensuite d’avoir une action vers le monde extérieur, là où on est et à notre niveau. On se constitue soi-même et par rapport aux autres, dans un espace particulier, la loge. On se développe soi-même pour ensuite porter librement ce message humaniste et fraternel. La visée est la même, je pense, pour tous les francs-maçons du monde. Qu’ils soient réguliers ou non. c’est de tendre vers une amélioration de l’humanité, un agrandissement de l’homme. Certains le manifestent en s’appuyant sur telle croyance en Dieu ; d’autres pas forcément, laissant tout ouvert, ce qui est notre cas. Mais pour tous, la visée est la même. Et cela fait qu’à certains moments, sur de grands sujets, on se retrouve.

En tant que société secrète, la Franc-maçonnerie est soupçonnée d’être un groupe d’influence. Y a-t-il un complot maçonnique ?
Je ne sais pas si on est si secrets, sinon je ne serais pas là. Je dirais plutôt que l’on est discrets. Nous ne sommes pas une secte qui manipule dans l’ombre. La démarche de vous rencontrer, ou de faire des conférences publiques, en France et ailleurs, prouve bien que l’on n’est pas secrets.

Par le bais du réseau, n'y a-t-il pas une forme d’influence possible ?
Le terme de réseau renvoie à la notion de secret et de groupe caché. Je le rejette de la même façon.

La Franc-maçonnerie n’agit pas au grand jour, quand même.
Toutes les obédiences font des interventions publiques régulières. Nous avons un site internet public, sur lequel nous publions nos positions sur ce qui se passe dans la société. Nous avons une newsletter, nous sommes sur Facebook… Quant au réseau d’influence, encore faudrait-il, pour raisonner comme ça, partir de l’a priori que tous les frères et les sœurs sont identiques et qu’ils ont tous le même positionnement dans la société. Ce n’est pas le cas. (...) Parfois, c'est vrai, on peut se retrouver autour de certaines valeurs. La dernière fois, c’était avant les élections présidentielles en France. Mis à part la Grande loge nationale française, nous nous sommes retrouvés entre grandes obédiences pour manifester une position commune contre le Front national, parce que ce parti véhicule un message qui est en opposition complète avec nos valeurs fondamentales : la tolérance, le respect… C’est quelque chose qui n’est pas possible pour un Franc-maçon. Nous avons exprimé une position commune. Cela a-t-il constitué un réseau ? J’en doute.

Les comportements de la IIIe République, c’est fini ?
Nous existons depuis 1893 ; mais ce que vous évoquez, concernant la IIIe République, regarde plus le Grand Orient de France, je crois. Je ne vais pas me faire le porte-parole du Grand Orient, mais je sais la position qui est la sienne, aujourd’hui. Nous avons organisé un certain nombre de conférences ensemble. Il dit : heureusement que tout cela est fini ; il ne faudrait pas que ça recommence.

N'y a-t-il pas un "secret maçonnique" ?
Le secret, c’est celui de l’initiation : après avoir souhaité entrer dans un groupe maçonnique sans trop savoir, avant, ce dont il s’agit, il y a une initiation qui est effectivement une démarche personnelle, une remise en question qui nous oblige à réfléchir sur nous-même. Là, oui il y a un secret ; mais il est personnel et proprement incommunicable. La démarche, qui se poursuit ensuite, dans la durée, relève également de ça. D’un autre côté, il y a une discrétion, c’est vrai. Les travaux se déroulent dans un espace préservé, à l’abri du monde. Une fois en loge, on laisse de côté tout ce que l’on est dans la société.

On entend souvent dire qu’il s’agit une démarche spirituelle. Intervenir sur la société, ça change une personne ?
Oui, certainement. Il s’agit pour nous de prendre position sur certaines choses qui se passent dans la société et qui se trouvent en opposition avec nos valeurs ou, à l’inverse, de soutenir des actions qui sont conformes.
Pour ceux qui ont des engagements publics, l’entrée en maçonnerie modifie leur comportement. Le travail qu’ils font sur eux-mêmes, au sein de la loge maçonnique, fait qu’ils ne sont plus tout à fait les mêmes dans leur pratique. Dans une loge maçonnique, il y a toutes sortes d’opinions, très différentes. Tout le monde ne pense pas de façon identique. On est donc amené à savoir gérer ça et à rester regroupés, unis. Même s’il y a des différences.


Votre obédience se caractérise par la mixité de ses membres. Qu’est-ce que justifie ce choix ?
Autour des années 1860, un certain nombre de frères se sont dit que, la maçonnerie se voulant universelle, elle ne pouvait refuser l’entrée des femmes. Ils ont donc cherché des modalités pour que les femmes puissent avoir la pleine initiation maçonnique. Le Droit Humain a été créé il y a 125 ans pour permettre l’initiation hommes-femmes, à parts égales. La création d’un ordre international est ensuite une conséquence de l’acceptation de l’idée que l’égalité homme-femme est forcément universelle. Nous sommes aujourd’hui présents dans 53 pays, à travers 23 fédérations.

En conférence publique mercredi

Alain Michon, Grand maître de la Fédération française du Droit Humain, anime une conférence publique mercredi 6 juin.

Thème "Qu’est-ce qu’être un Franc-Maçon du Droit Humain aujourd’hui ?".
Entrée libre.
Heure de la conférence : 18 heures
Lieu de la conférence : Amphithéâtre du Lycée hôtelier et du Tourisme de Tahiti à Punaauia
Contact : ass.dhpf@gmail.com
Site internet : voir ICI


Rédigé par Propos recueillis par Jean-Pierre Viatge le Lundi 4 Juin 2018 à 11:59 | Lu 4291 fois





Dans la même rubrique :
< >

Samedi 22 Septembre 2018 - 07:48 Les syndicalistes ne lâcheront rien

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués