Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie française. Tel: 40 43 49 49



L2 à 22: la Fédération maintient ses principes et rejette l'élargissement



Paris, France | AFP | mercredi 27/05/2020 - La Fédération française de football garde son cap: fidèle aux principes de son président Noël Le Graët, la FFF a rejeté mercredi l'élargissement de la Ligue 2 à 22 équipes, désavouant les clubs professionnels et reléguant Le Mans et Orléans en National 1.

La cohérence a donc primé. Partisan assumé du maintien de promotions et relégations à tous les étages du football, amateur comme professionnel, Le Graët a convaincu le comité exécutif de la FFF d'aller à l'encontre de cette réforme, votée une semaine plus tôt à une courte majorité (57% des voix) par l'assemblée générale de la Ligue de football professionnel (LFP).

Même si cette assemblée regroupe l'ensemble des clubs professionnels français, ainsi que des représentants de toutes les familles du football, c'est bien le "Comex" de la FFF, constitué d'une petite quinzaine de dirigeants de clubs, ligues régionales et districts sous l'égide du patron de la Fédération, qui possède l'ultime pouvoir décisionnaire.

Il est en effet autorisé, selon ses règlements généraux ainsi que la convention liant la Ligue à la Fédération, à se saisir "de toutes décisions sauf en matière disciplinaire", "pour éventuellement les réformer, dès lors qu'il les jugerait contraires à l'intérêt supérieur du football ou aux statuts et règlements". Et ce, quand bien même cette même convention autorise une L2 avec jusqu'à "vingt-deux clubs au plus".

"Injuste et cruel"

"Les deux descentes réglementaires prévues pour la saison 2019-2020 sont maintenues et le championnat de Ligue 2 restera à 20 clubs pour la saison 2020-2021", martèle ainsi la FFF dans un communiqué sans appel.

Ce pouvoir "d'évocation" risque de signer la fin des espoirs du Mans et d'Orléans, respectivement 19e et 20e de deuxième division lors de l'arrêt anticipé du championnat pour cause de pandémie et qui apparaissaient comme les grands gagnants de la réforme initialement approuvée par les clubs. Pau et Dunkerque, en tête du National 1, sont pour leur part bel et bien promus en Ligue 2.

Dans un communiqué commun, les clubs manceau et orléanais ont annoncé prendre acte de ce rejet, se disant "déçus" d'une "décision injuste et cruelle".

"Pour nous, c'est clairement une double peine. Déjà, le championnat s'est arrêté et on a perdu des recettes (droits TV, spectateurs...). En plus, on va cumuler avec les difficultés d'une relégation. Il y a aura forcément des conséquences sur les structures humaines du club", s'est ému Philippe Boutron, président d'Orléans, à l'AFP.

Si l'élargissement à 22 équipes avait été validé, Le Mans et Orléans auraient fait figure d'exception dans le foot français, en étant les seuls relégables de leur division à ne pas connaître de descente à l'échelon inférieur dans l'Hexagone. 

Nouveaux recours en vue ?

Et cela n'avait pas échappé à d'autres déçus des modalités de l'arrêt des championnats, comme Toulouse ou Lyon.

Le président toulousain Olivier Sadran avait ainsi soulevé l'existence de "deux règles différentes", dans des propos rapportés par le quotidien L'Equipe. Et son homologue lyonnais Jean-Michel Aulas a soulevé "un problème d'équité" donnant "beaucoup d'arguments" en faveur des recours juridiques déposés par l'OL. De nombreux clubs amateurs ont d'ailleurs également déposé des recours pour contester leurs relégations. 

La FFF, par sa décision, semble réduire la marge de manoeuvre juridique de ces clubs mécontents. Mais elle sonne peut-être le coup d'envoi d'autres procédures, si Le Mans ou Orléans venaient à vouloir contester en justice leur relégation.

"Nous allons maintenant nous réunir avec nos conseils pour envisager les suites à donner face à cette décision", ont fait valoir les deux clubs. "De tous les recours actuels dans le football, on est les seuls à s'appuyer sur un règlement et un vote et à avoir respecté les procédures", a lancé à l'AFP Philippe Boutron.

En revanche, la question des barrages éventuels entre la L2 et le National 1, réclamés par le club de Boulogne-sur-Mer, 3e de troisième division, n'a pas été mentionnée par la FFF. La Ligue (LFP) non plus n'a pas statué à ce sujet, même si les play-offs et barrages entre Ligue 1 et Ligue 2 ont, eux, été annulés. Ce qui annonce peut-être encore d'autres recours...

le Mercredi 27 Mai 2020 à 07:06 | Lu 152 fois





Nouveau commentaire :
Twitter

800 caractères maxi autorisés.
Les dispositifs mis en œuvre pour lutter contre les contenus illicites, s'agissant des contenus publiés sur les espaces de contribution personnelle des internautes , exposés par le 10° de l'article 1er du décret du 29 octobre 2009 , autorisent toute personne à signaler la présence de tels contenus et à l'éditeur de les retirer promptement ou d'en rendre l'accès impossible". Merci de nous signaler tout contenu illicites à [email protected] D'autre part, l'équipe de Tahiti-infos ne peut être tenue pour responsable de la valeur des propos qui seront entretenus dans les commentaires. Elle attire cependant votre attention sur le fait qu'elle ne pourra tolérer aucun commentaire à caractère insultant,diffamatoire, raciste, discriminatoire, infamant, pornographique ou ne respectant pas l'éthique de la personne ou les bonnes mœurs de quelque manière qu'il soit. Tahiti Infos se réserve le droit de supprimer immédiatement ce type de message s'il devait se présenter. Tahiti Infos se réserve le droit de supprimer l'adresse d'un site internet dans un message s'il est estimé qu'il dissimule un caractère publicitaire ou s'il a été "emprunté" de manière malveillante. Merci de votre compréhension.

Signaler un abus

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués | Concours d'écriture - Salon du Livre 2019 | Coronavirus