Tahiti Infos

L'imam Hicham El Barkani du centre islamique de Tahiti réagit aux attentats de Paris, il habite à Saint-Denis


Hicham El Barkani, au micro des journalistes de France 24. L'imam de Tahiti logeait à proximité de l'immeuble de Saint-Denis pris d'assaut par le Raid mercredi.
Hicham El Barkani, au micro des journalistes de France 24. L'imam de Tahiti logeait à proximité de l'immeuble de Saint-Denis pris d'assaut par le Raid mercredi.
PAPEETE, le 20 novembre 2015 - Actuellement en métropole, le religieux et président du CIT a donné deux interviews, l'une à France 24 dans sa déclinaison arabe et l'autre à un journal marocain. Il raconte avoir lui-même été réveillé, en voisin, par l'assaut matinal du Raid mercredi dernier contre les islamistes retranchés dans un immeuble de Saint-Denis.

Le fondateur et président du centre islamique de Tahiti (CIT), le jeune imam Hicham El Barkani, a été interrogé par plusieurs médias français et marocains après les attentats de Paris et de Saint-Denis. Le prêcheur de 25 ans, dont l'installation en Polynésie française en 2013 et les projets de mosquée avaient été plus que froidement accueillis par la population, dénonce au micro des journalistes des "actions issues d'un groupe sectaire extrêmement minoritaire au sein de la communauté musulmane et qui n'ont aucun lien avec la religion".

Voisin de l'assaut mené mercredi par les policiers du Raid dans un immeuble de Saint-Denis : "J'habite à Saint-Denis juste à côté de l'endroit où l'on a pu voir cette personne qui s'est explosée dans cette attentat suicide", Hicham El Barkani raconte : "On a tous été réveillé par le bruit des explosions, totalement choqués par ce que nous avons pu entendre".

"L'islam n'a aucun lien avec ces actions"

"Je tiens à souligner que l'islam n'a aucun lien avec ces actions, que l'islam est une religion de paix et de miséricorde", a réagi l'imam du CIT. "Malheureusement, comme on le sait tous, les premières victimes de ces actions sont les musulmans eux-mêmes, les premières victimes des amalgames, des regards dans la rue. C'est pour ça que nous devons utiliser ces moments dans lesquels nous devons éclaircir, détailler, et dire et rappeler avec force et détermination que l'islam n'a aucun lien avec ces actions. On peut être musulman, porter une barbe, on peut être une femme musulmane et porter le hijab (le voile, Ndlr) et porter un message d'amour de miséricorde, de paix, et s'opposer fermement à ces gens".

Rédigé par Raphaël Pierre le Vendredi 20 Novembre 2015 à 15:52 | Lu 15677 fois