Tahiti Infos

L'aéro-club de Uturoa fait de l'œil aux lycéens


Raiatea, le 14 décembre 2020 – L'arrivée d'un professeur d’histoire-géographie au lycée de Uturoa, qui prépare également au Brevet d'initiation aéronautique par passion, est venue apporter un gros coup de pouce  à l'aéro-club devenu Tahiti Air Lagon.
 
Depuis que Georges Lang a repris les commandes de l'aéro-club de Raiatea, rebaptisé Tahiti Air Lagon en 2017, il a scindé la société en deux entités : une partie club associatif et une partie touristique. Dans un contexte difficile, mais grâce à une plus grande attractivité financière, il maintient son cap de fréquentation. Afin d'élargir sa clientèle, il peut s'appuyer sur la présence d'un professeur fraîchement débarqué, Stéphane Descombaz, avec lequel il espère créer des vocations parmi les lycéens : "Je suis arrivé il y a quatre mois et à cause du manque de temps je n'ai pu organiser le premier cours de BIA [brevet d'initiation aéronautique, ndlr] que le mercredi 18 novembre. Trente-huit élèves ont suivi le cours et beaucoup vont revenir m'ont-ils dit. À raison de 2 heures par quinzaine, on devrait arriver en fin d'année à 20 heures de cours, ce qui est un peu juste pour passer le brevet théorique en fin d'année. Néanmoins nous faisons le maximum pour passer à 2 heures par semaine pour approcher le seuil maxi, environ entre 30 et 40 heures, afin de permettre aux lycéens d'avoir le sésame", espère le nouveau venu.

Susciter des vocations professionnelles


Stéphane Descombaz avait déjà enseigné durant quatre ans le BIA dans un lycée en métropole, à Saint-Tropez, "et le succès a été chaque année au rendez-vous" affirme-t-il. "Le but de cette initiative est de susciter des vocations professionnelles car la demande est forte, tant dans le domaine civil que militaire. Et ce à tous les niveaux de la branche aéronautique: pilotes, hôtesses et stewards, aiguilleurs, mécaniciens, radaristes, agents d'escale, pilotes d'hélicoptères et beaucoup d'autres qualifications encore. Quand vous vous présentez dans la filière d'études avec ce BIA, il est certain que les portes s'ouvrent plus facilement. D'autant que ce diplôme ouvre également les vannes financières des structures aéronautiques qui peuvent financer par exemple les cours de pilotage."
Et pour susciter les vocations, Tahiti Air Lagon envisage, avec la participation financière du lycée, du rectorat et des parents, de faire voler tous les élèves au moins une fois, "afin qu'ils sentent les plaisirs de l'aviation". En attendant ces financements, les lycéens devraient déjà pouvoir prochainement se rendre à l'aéro-club et visiter les infrastructures de l'aéroport, "toujours dans le but de susciter l'engouement" espère le professeur, qui précise que "ce projet existait déjà au LUT, mais il se pratiquait à distance avec un professionnel à Tahiti. Là nous travaillons en direct".
Si ce programme concerne toutes les classes du secondaire, le BIA ne peut se passer qu'à partir de 13 ans. Avec cette base, les jeunes qui décrocheront leur diplôme n'auront plus qu'à prendre quelques cours théoriques dans un club pour formaliser l'étape suivante.

Rédigé par JPM le Lundi 14 Décembre 2020 à 10:09 | Lu 461 fois