Tahiti Infos

L’Unsa mobilise peu, un jour avant l’appel national contre la réforme des retraites


Tahiti le 14 mars 2023 - L’Unsa Fenua et l’Unsa Éducation Polynésie ont réuni une soixantaine de personnes lors d’un sit-in contre la réforme nationale des retraites, ce mardi devant le haut-commissariat. La centrale syndicale FO n’a pas participé à ce mouvement organisé à la veille de l’appel national.

L’Unsa Fenua et l’Unsa Éducation Polynésie ont entamé ce mardi la sixième journée de mobilisation contre la réforme des retraites. Une soixantaine de personnes se sont jointes à 8 heures au sit-in sur l’avenue Pouvana’a a Oopa, face au haut-commissariat. “Il faut être honnête, la mobilisation s’essouffle un peu”, a admis Diana Yeing Kow, la porte-parole de l’intersyndicale des fonctionnaires d’État affiliée à l’Unsa. Concernant le taux de gréviste dans les établissements scolaires du fenua, les chiffres ne sont pas encore disponibles. Ils devaient établis dans le courant de l’après-midi. Et à leur annonce, les chiffres parlaient d’eux même. Le 7 mars derniers, lors de la dernière mobilisation qui avait réuni les deux principales centrales syndicales du fenua, le taux de grévistes sur l'ensemble des établissements scolaires était de 45,80%. Mardi, il passe à 25,69% sur la totalité du milieu éducatif au fenua, avec des grévistes dans 40,09% dans les établissements du 1er degré et 13,25% dans le 2nd degré.

L’appel à la grève a été lancé un jour en avance sur l’appel national de mobilisation. “À chaque fois, on termine la boucle puisqu’on a un décalage de 11 heures avec la métropole. Pour une fois, on s’est dit qu’on allait démarrer la mobilisation. On va la terminer avec une nouvelle journée de grève le jeudi 16 mars. C’est un choix stratégique et consensuel de tous les syndicats d’Unsa Éducation”, a commenté Diana Yeing Kow.

Absents de ce mouvement, les syndicats de la fonction publique d’État affiliés à la CSTP FO prévoient de répondre à l’appel national de grève, ce mercredi. Un sit-in doit être organisé au monument aux morts. Les discussions entre les deux principales centrales syndicales des fonctionnaires d’État semblent être au point mort. “On n'a pas bien compris pourquoi l’Unsa a fait ça aujourd’hui. On ne comprend plus rien, entre les brassards noirs, les défilés, les sit-in… Nous on suit ce que nous disent nos centrales en France”, a taclé mardi Patrick Galenon, le secrétaire général de la CSTP FO.

Système alternatif à l’ITR

Les représentants syndicaux, affiliés Unsa, ont été une nouvelle fois reçus au haut-commissariat à 9 heures par la secrétaire générale, Cécile Zaplana. Le 7 mars dernier, lors de la dernière mobilisation contre la réforme des retraites, le haut-commissariat avait déjà rencontré les différents syndicats pour recueillir leurs doléances dans le contexte de disparition progressive de l’Indemnité temporaire de retraite (ITR). “Nos revendications restent les mêmes : on veut obtenir 75% de taux de remplacement du salaire qu’on avait lorsqu’on était actif. Entre la semaine dernière et cette semaine, ce que Cécile Zaplana nous avait dit n’a pas tellement changée. Elle a été honnête, et nous a dit qu’ils n’avaient pas encore reçu le comité interministériel du 17 février. À l’Unsa, on ne va pas attendre ce compte-rendu, on s’est déjà mis au travail pour réfléchir à notre système alternatif à l’ITR”, a déclaré Diana Yeing Kow à l’issue de l’entretien avec la représentante du haut-commissariat.

L’Unsa compte s’appuyer sur l’aide d’un cabinet d’audit privé pour affiner sa proposition de système alternatif aux indemnités temporaires de retraite. “On n’est pas des techniciens. On n'est pas des professionnels. On a besoin de cette aide”, reconnaissait mardi Thierry Barrère, le secrétaire général de la fédération Unsa Éducation. Un rendez-vous avec le bureau national de l’Unsa est aussi prévu les 21 et 22 mars prochains. “On doit aussi rencontrer le 23 mars notre secrétaire général en métropole. Il a ses réseaux. Cela va nous permettre de travailler sur les deux fronts pour trouver les meilleures propositions que nous porterons auprès du comité en Polynésie”, a aussi indiqué Thierry Barrère.

Rédigé par Guillaume Marchal le Mardi 14 Mars 2023 à 13:39 | Lu 797 fois