Tahiti Infos

Jeanne Lifont : "Voir les autres heureux"


TAHITI, le 4 mai 2022 - Elle a lancé le groupe Bon Appétit ! il y a neuf ans et, depuis trois ans a ouvert Le Swing, une salle de réception. Jeanne Lifont n’a pas une minute à elle, à peine le temps de s’enfuir de temps à autre à Moorea pour souffler. Et pourtant, elle a d’autres projets sur le point de voir le jour.

Jeanne Lifont a travaillé 30 ans dans l’aérien, à UTA d’abord, Air Tahiti ensuite puis Air Tahiti Nui finalement. Elle a obtenu deux baccalauréats qui lui paraissent aujourd’hui d’une autre époque : un bac steno et un bac action commerciale et administration. "Je ne savais pas trop quoi faire à l’époque, je n’avais pas d’idée particulière", avoue-t-elle. Elle est entrée chez Uta en tant qu’agent d’enregistrement à l’escale internationale. "On était polyvalent." Mais ses passions n’ont rien à voir avec l’aérien. Jeanne Lifont aime la cuisine "et apporter du bonheur au ventre", elle aime également "apporter du bonheur à la tête et l’esprit". Pour ça, elle a ouvert le Swing. Il s’agit d’une salle de réception cachée à Mamao. "J’aime voir les autres heureux, mais dans tout cela, moi, je suis une insignifiante personne, quelqu’un parmi tant d’autres", précise-t-elle en préambule. Elle ne cherche pas la lumière, elle œuvre dans l’ombre, surprise de l’intérêt accordé.

Répondre à l’engouement en cuisine

Avec un ami, Maxence Teura, elle a fondé il y a neuf ans le groupe Bon Appétit ! sur Facebook. Aujourd’hui, ce groupe compte 40 830 abonnés. Et ce nombre augmente quotidiennement. "Je voyais partout l’engouement que la cuisine suscitait". Il existait déjà un certain nombre de groupes aux nombreuses publications, mais nulle part "on trouvait les recettes, je pensais qu’au contraire, il fallait les montrer et les échanger".

Jeanne Lifont invite donc au partage pour répondre à "cette question qui tue et qui revient sans cesse : qu’est-ce qu’on mange ce soir ? " Elle invite par ailleurs au respect et à la bienveillance car, comme dans tous les groupes sur les réseaux sociaux, "il y a des gens qui critiquent, des polémiques". Elle modère pour éviter que cela dégénère, elle temporise les propos qui peuvent être violents. "Ceci étant dit, ces propos d’abord ne sont pas en augmentation et ils restent rares." Elle a créé un groupe d’amateurs de cuisine "où l’on voit de jolies choses et où l’on se détend. Passer à table est un plaisir". Les uns diffusent les photos de leurs réalisations, d’autres leurs conseils et bons plans, leurs idées de sorties culinaires.


Elle constate que les plats les plus simples recueillent le plus de commentaires et de like. "Notre poulet petit pois, poisson cru ou punu puatoro plaisent toujours autant, les gens s’y retrouvent." Comme pour confirmer ses propos, elle revient sur une histoire qui a marqué son groupe. Un homme s’est mis il y a quelques années à publier ses repas cuits sur des pierres "à l’ancienne". L’affaire a plu, "tout le monde s’est interrogé, était curieux, a voulu en savoir plus. On cherchait qui il était, où il était. Les like ont flambé." Il a fini par expliquer qu’il était un cueilleur d’oranges. Il partageait ses préparations pendant la cueillette. "Les gens apprécient vraiment tout ce qui rappelle le Tahiti d’hier, même si on est tous affairés et incapables de répéter les gestes d’antan."

Une salle pour tous


Depuis trois ans, Jeanne Lifont s’est lancée dans l’événementiel. Elle a ouvert le Swing. Ce projet est né un jour de mariage. Elle se rappelle avoir assisté à une célébration inconfortable dans une famille modeste. "Les mariés n’avaient pas les moyens. Ils ont fait la fête avec leurs invités dans un endroit où la chaleur était épouvantable, on n’entendait pas la musique. J’ai souhaité mettre à disposition un espace pour le plus grand nombre, un bel endroit au prix le plus bas."

Elle ouvre sa salle pour différentes cérémonies, des réunions, des concerts, des compétitions sportives. Ce week-end par exemple aura lieu une compétition IFFB Tahiti Bodybuilding et fitness. Elle peut accueillir jusqu’à 230 personnes et propose plusieurs formules. Le Swing rappelle un peu la fameuse salle Liou Fong, fermée il y a plus de 40 ans.

Ce que Jeanne Lifont préfère entre tout, ce sont les mariages car elle tisse une relation forte avec ses clients. Cela commence par une simple rencontre, une présentation de la salle, des offres avec les mariés d’abord puis la famille. "La veille de la date sacrée, les décorations arrivent, les mariés sont de plus en plus stressés, je vois la tension qui monte." Le jour J, tout le monde se retrouve, bien habillé, heureux. Puis tout s’enchaîne, la prière, les discours, l’attribution du nom, l’encerclement dans le tifaifai. "Les gens participent pleinement, c’est intense, le Swing se transforme en piste de danse." Lorsque les lumières s’allument en fin de soirée, "on se dit au revoir les larmes aux yeux", assure Jeanne Lifont. Elle précise que la relation peut se construire sur six mois ou un an. "J’ai toujours un pincement au cœur lorsque tout s’arrête."

Un emploi du temps chargé

Jeanne Lifont publie au quotidien ou presque sur son groupe, elle cuisine comme le faisait sa mère, "c’est elle qui m’a donné le goût de cet art", elle enregistre les réservations pour sa salle en semaine, parfois tard le soir où même le dimanche, elle assiste ensuite aux événements pour être disponible en cas de besoin. "Si je prends des vacances ?", reprend-elle, "non, je n’ai pas le temps. Je peux à peine m’enfuir de temps en temps à Moorea." Ce qui ne l’empêche pas d’avoir d’autres projets. "J’en profite tant que j’ai encore de l’énergie", dit-elle amusée.

Elle voudrait mettre en place des thés dansants le dimanche après-midi pour les matahiapo. "Il y aurait des pâtisseries, de l’eau, du jus, un orchestre", annonce-t-elle. Récemment, à l’occasion d’un enterrement, elle a surpris la conversation de deux femmes qui se plaignaient finalement de se retrouver seulement lors de la disparition d’un ou d’une amie. "Au thé dansant, ils pourraient se retrouver pour partager un bon moment. Je peux même accueillir les personnes à mobilité réduite, ma salle est équipée", souligne-t-elle.

Jeanne Lifont aimerait de plus organiser un salon pour tous ceux qui, n’ayant pas les moyens, vendent leurs préparations sur les réseaux. "Chacun pourrait alors venir, faire goûter ses créations et ainsi se faire connaître." Elle annonce enfin pérenniser un atelier cuisine pour les membres de son groupe Bon Appétit ! Le premier, sur le thème des chao pao et samoussa, a rencontré un franc succès. Ils étaient 180 ! Le prochain, dont la date n’est pas encore arrêtée, permettra aux participants d’apprendre à faire des Lo pe pan et des foung pan.

Contacts

FB : Bon Appétit !
FB Le Swing

Rédigé par Delphine Barrais le Mercredi 4 Mai 2022 à 20:54 | Lu 5479 fois