Tahiti Infos

"Je veux faire de Tahiti un semi paradis fiscal", déclare Franck Falletta


L'homme d'affaires Franck Falletta, tête de liste du parti Te Ara Ti'a pour les Territoriales 2013
L'homme d'affaires Franck Falletta, tête de liste du parti Te Ara Ti'a pour les Territoriales 2013
"Je crois aux forces vives de ce pays", affirme Franck Falletta dans la profession de foi du parti Te Ara Ti’a. L’homme d’affaires est le premier, en décembre dernier, à s’être annoncé en course pour les élections territoriales des 21 avril et 5 mai prochains.
"Vous savez, je suis un type très pragmatique. En politique, je m’engage par conviction pour apporter ma pierre à l’édifice et sortir le pays de ce marasme", explique le patron du groupe Tahiti Nui Travel et de la marque Casino, en Polynésie.

Que pensez-vous de la situation économique de la Polynésie française, en 2013 ?

Franck Falletta : Nous sommes dans une impasse. Toutes les entreprises ont des problèmes. Aucun programme n’a jamais été mis en œuvre pour le développement de la Polynésie française. Les politiques se sont contentées de traiter les problèmes urgents, sans jamais remédier en profondeur. Aujourd’hui tous les secteurs d’activité sont touchés : le tourisme, l’agriculture, l’aquaculture, la pêche, la perle…

Quelles solutions vous semblent urgentes à mettre en place pour remédier à cette situation ?

Franck Falletta : Je veux relancer la production, l’emploi, restaurer l’équité sociale dans ce pays, redresser les finances, rétablir les grands équilibres, engager une grande réforme fiscale qui relance l’économie, dynamiser le secteur du logement, faire valoir la justice au travail, simplifier les procédures administratives qui ralentissent notre économie, et repenser la question de l’énergie qui doit être au cœur de notre politique.
Il ne faut pas grand-chose pour redresser ce pays. Pour schématiser, il faut des entreprenants et des développeurs. Nous avons tout ça ici. Nous sommes 270 000 personnes en Polynésie française, c’est rien du tout, comparable à un gros arrondissement de Paris. Et puis on a des richesses, le tourisme, la mer, il faut les exploiter intelligemment. Bien entendu, notre priorité sera de relancer le tourisme, ce doit être le fer de lance de notre économie.
Avec 200 000 touristes nous étions heureux, il y a 5 ans. Même la CPS ne connaissait aucun problème. Notre priorité est de relancer ce secteur, pour faire rentrer de l’argent frais dans les caisses et provoquer un effet « boule de neige ».
Vous savez, je suis un type très pragmatique. En politique, je m’engage par conviction pour apporter ma pierre à l’édifice et sortir le pays de ce marasme. (…) Nous avons trente réformes majeures à faire. Nous devons les mettre en œuvre et prendre exemple sur des pays qui s’en sortent.


Justement, à propos du tourisme, vous annoncez des chiffres jamais atteints. Comment faites-vous ?

Franck Falletta : Nous avons actuellement à 160 000 touristes par an. Nous pourrions rapidement parvenir, d’ici l’an prochain à 250 000 visiteurs et dès 2015 à 350 000. Au-delà, nous n’avons pas la capacité d’accueil pour accueillir plus de monde.
Nous avons plusieurs investisseurs, prêts à travailler avec nous. Ce sont des gens de plusieurs nationalités : brésilienne, canadienne, mexicaine, européenne, japonaise… ils souhaitent investir chez nous, mais à certaines conditions. Ils attendent notamment que nous engagions une réforme en profondeur de notre fiscalité. Ils veulent avoir des avantages fiscaux et c’est normal. (…) Ils sont intéressés par la Polynésie, car c’est un pays calme dans lequel la France est présente.
Ces gens-là sont prêts à mettre de l’argent sur la table et à travailler en joint-venture avec des entreprises locales : le Pays peut redresser son économie sans emprunter un franc.
Vous savez, dans le monde il y a des pays qui connaissent une croissance phénoménale de l’ordre de 15% à 20% annuelle. C’est vers eux qu’il faut se tourner pour notre développement et pas vers ceux qui sont dans la dèche.
Si nous arrivons à transformer notre fiscalité pour créer les conditions d’un paradis fiscal, un monde fou va venir investir chez nous.


Par la création de zones franche ?

Franck Falletta : Oui, créer les conditions d’un semi paradis fiscal. Prenez Nassau, qu’a-t-elle comme ressources ? Rien. Ils ont su gérer et attirer les investisseurs. Ils ont l’Atlantis Resort, des casinos, tout ce qu’il faut. Ils ont su attirer 1,5 million de touristes par an.
Ici on augmente les impôts, les entreprises ne s’en sortent plus. L’impôt tue l’impôt. Si on veut créer des emplois, il faut les créer intelligemment.


Dans un environnement laïc, quelle relation entretenez-vous avec la religion ?

Franck Falletta : Vous savez, tout le monde a une religion. Qu’il soit bouddhiste, musulman ou chrétien. Il faut rester dans ses convictions. Nos convictions sont quelque chose d’important pour le bien social, la relation humaine.

De quelle famille politique vous sentez-vous le plus proche, dans le paysage polynésien ?

Franck Falletta : J’ai un programme. Je l’ai donné et débattu. Je ne m’occupe pas des autres. (…) Ces élections vont être très dures. Il y a des pressions et des attaques de toutes parts. A Te Ara Ti’a nous ne sommes pas mesquins, on avance.


En cas de qualification pour le second tour, aux élections territoriales, envisagez-vous la perspective d’une alliance ?

Franck Falletta : Nous en parlerons avec les membres du parti. Il nous reste 20 jours de campagne. On verra comment les gens se positionnent. Ce que l’on veut, c’est sortir le pays de ce marasme et non le pouvoir pour le pouvoir. (…) J’ai eu des entretiens avec M. Flosse, avec Teva Rohfritsch. Nous avons discuté, parce que nous sommes des hommes responsables.

"Je veux faire de Tahiti un semi paradis fiscal", déclare Franck Falletta
Tē nā’o ra o Franck Falleta : "E hina’aro vau ia riro o Pōrīnetia mai te hō’e fenua tute fāito haeha’a roa"
 
 Te parau nei ra te upo’o arata’i o te tāpura Te Ara Ti’a. "Tē ti’aturi nei au i te mau ti’a mana pūai o te fenua nei".
Teie te ti’a pōritita mātāmua o tei fa’a’ite i tōna hīna’aro e horo i roto i teie mā’itira’a e tupu i  21 nō ‘ēpera ‘e i te 5 nō mē i muri nei. Te parau nei teie fatu taiete nō te mau fare toa « Casino » ‘e nō te taiete ho’ora’a tīteti manureva « Tahiti Nui Travel » : "’Ia ‘ite mai ‘outou, ‘e ta’ata ‘āfaro vau i roto i tā’u mau paraura’a.Te horo nei au i roto i teie mā’itira’a nō te fa’ati’a fa’ahou mai ā te fenua mai i roto mai i teie mau fifi rau."

‘Eāha to ‘oe mana’o nō teie huru orara’a o tā tātou e ora nei ?

Franck Falletta : Tei roto tātou i te fifi. Nā reira ato’a te mau taiete. ‘Aitia hō’ē noa a’e tārena ‘ohipa i fa’anaho noa hia a’e. ‘Ua tāmau noa te mau ti’a pōritita i tō rātou fērurira’a ini’a i te mau ‘ohipa rū, ‘eiaha rā i te hōhonura’a o te mau pe’ape’a. I teienei mahana, o te ta’ato’ara’a o te mau tuha’a ‘ohipa o te ū nei ra i te fifi: te fārira’a rātere, te ‘ohipa fa’a’apu, te mau fa’a’āmura’a ī’a, te tautai, te poe, te mau patura’a… 

‘Eaha o tā ‘oe mau ‘ōpara’a nō te fa’ati’a fa’ahou i te fenua ?

Franck Falletta : E hīna’aro vau e hōro’a i te ‘ohipa nā te ta’ato’ara’a, Fa’ati’a fa’ahou i te tāpura faufa’a o te fenua nei, fa’atītī’aifaro i te  faito pūai o te mau tuha’a ravera’a ato’a, taui i te fa’anahora’a o te  mau pū’ohura’a tute, fa’anānea i te pae o te nohora’a, ‘ia fa’a’ohipa hia te ture i roto i te mau taiete, e fa’a’ōhie i te mau tāpapara’a parau fa’ati’a hururau, ‘eiaha ‘e mo’e hia te parau nō te ito. 
‘E ‘ere i  te mea ‘ohipa rahi nō te fa’ati’a i te fenua. Te aura’a, ‘e tītau hia i te feiā e hīna’aro e patu, nā reira ato’a i vētahi atu feiā, nā rātou e fa’amahie. Te i’ōnei teie mau ta’ata. ‘E 270 000 ana’e tātou i Pōrīnetia nei. ‘E au tātou mai te hō’ē tuha’a mātā’eina’a. Te vai ra tā tātou mau faufa’a, te fārira’a rātere, te moana…  Te toe noa ra ‘ia ta’a tātou mea nāhea ‘ia fa’a’ohipa i te reira nā roto i te hō’ē fērurira’a ātea.
O te mea pāpū,’e ha’apūai atu mātou i te pae o te fārira’a rātere, ‘ia riro te reira ‘ei faufa’a mātāmua nō te fenua nei. I terā ra tau e 200 000 rātere, te ‘oa’oa ra tātou. ‘Aitia tā tātou fare turuuta’a i fifi mai teie te huru. Te fā mātāmua : e fa’ati’a fa’ahou i te reira tuha’a. Nā na e fa’aō mai i te moni ‘āpī i roto i te ‘āfata, i reira te fenua e ti’a fa’ahou mai  ai. 
’Ia ‘ite mai ‘outou, ‘e ta’ata ‘āfaro vau i roto i tā’u mau paraura’a.Te horo nei au i roto i teie mā’itira’a nō te fa’ati’a fa’ahou mai ā te fenua mai i roto mai i teie mau fifi rau." (…) ‘Ua ineine e toru ‘ahuru mau ‘ōpuara’a o tā mātou i fa’anaho. E ti’a i’a fa’a’ohipa i taua mau ‘ōpuara’a ra, e ti’a ai. 

Te fa’ahiti ra ‘oe i te tahi ā mau nūmerara’a fāito rātere o tei ‘ore i ra’e hia a’e nei, mea nāhea tā ‘oe ? 

Franck Falletta : I teie matahiti, e 160 000 ana’e mau rātere o tei tai’o hia. Iā’u mana’o, e nehenehe e ‘ume mai te hō’ē fāito rātere 250 000. ‘Are’a ma te matahiti 2015, e ra’e roa hia i te fāito 350 000. Hau roatu, e fifi nō te mea ‘aita a rava’i te mau fare fāri’ira’a. 
Rave rahi mau ‘ona o tei ineine nō te fa’a’ohipa i tā rātou moni iō tātou nei : e peretiria ānei, Tānata ānei, Mētitana  ānei, ‘europa ānei, e tāpōne ato’a… E hīna’aro rātou e haere mai i’ōnei, te vai ra rā i tā rātou te tahi mau anira’a hou a haere mai ai.  Te tia’i ra rātou ‘ia taui hia i te mau huru fa’anahora’a tutera’a. Te hīna’aro ra rātou i te tahi mau fāna’ora’a fa’atōpara’a tute. (…) E ‘ana’anatae rahi tō rātou i te haere mai i tō tātou nei fenua, nō te orara’a hau e ‘ite hia nei, e nō te mea ato’a e mana tō te hau metua i’ōnei. 
‘Ua ineine teie mai ‘ona i te rave ‘āmui i te ‘ohipa i te mau taiete o te fenua nei ‘e nehenehe ia Pōrīnetia e fa’ati’a iā na, nā roto noa iā na iho, ma te ‘ore e tārahu i te moni. ‘Ua ‘ite ‘outou, rave rahi mau fenua o te i ha’amahuta mai i tā rātou tāpura faufa’a i ni’a i te fāito 15 tae atu i te 20 i ni’a i te hānere. Te  iō  rātou ra tātou e ti’a ia hi’o, ‘eiaha iō te mau fenua i fifi. 
Mai te peu, e ra’e hia ia tātou e ha’amau te tahi fa’anahora’a ha’amāmāra’a tute, i reira tō tātou fenua e ti’a fa’ahou mai ai.
 

Te aura’a, e ha’amau i te tahi mau vāhi terera’a tauiha’a tute ‘ore ‘ānei ?

Franck Falletta : ‘ē, ha’amau i te hō’ē fa’anahora’a teimaha ‘ore i te pae o te mau tute. ‘a hi’o na ia Nassau, ‘Eāha tā na mau faufa’a ? ‘Aita e hō’ē a’e. ‘Ua roa’a ra ia rātou i te ha’apa’o maite i  te faufa’a ‘e i te ‘ume mai i te mau ‘ona. Te iō rātou te mau hōtera rarahi Atlantis Resort, te mau fare ha’utira’a perē, e te vai atu rā. Hō’ē mirioni ti’ihapa mau rātere e tere nei i teie vāhi. 
I’ōnei rā e ha’amara’a hia i te mau tute, i fifi roa ai te mau taiete. Nā te tute e ha’apohe noa ihoa i te tute. Mai te peu, e hīna’aro tātou e fa’atupu i te ‘ohipa,e ti’a ‘ia rave i te reira nā roto i te ‘arata’ira’a pāpū. 

I roto i te hō’ē orara’a  i rāpae i te fa’aro’o, ‘eāha tō ‘oe tū’atira’a i te fa’aro’o ?

Franck Falletta : ‘Ua ‘ite ‘outou, e fa’aro’o tō te mau ta’ata ato’a. Fa’aro’o tinitō ānei, ‘ārapia ānei ‘aore ra kirititiano. ‘Ia fa’aea noa tātou i roto i te parau o tā tātou e ti’aturira’a nei. ‘E mea faufa’a i te ti’aturira’a nō te maita’i o te ta’ato’ara’a, nō te mau ‘eitauira’a te tahi i te tahi. 

‘Ia ‘oe hi’o, ‘o vai te pūpū o tā ‘oe e mana’o, mea piri ‘oe ‘iā na ?

Franck Falletta : E tārena ‘ohipa tā’u. ‘Ua vauvau atu au ‘e ‘ua tau’aparau hia ‘oia. ‘Aita vau e ha’apa’o iā vētahi ‘ē. (…) ‘E ‘ere roatu teie horora’a i te mea ‘ōhie. Te ‘aro hia mai ra vau nā te mau vāhi ato’a. I roto i teie pūpū o » Te Ara Ti’a » ‘E ‘ere roatu mātou e feiā pi’o, te haere ra mātou i mua.

Mai te peu e tāpae atu ‘outou i te piti o te hātuara’a, iā vai ‘oe e tāpiri ai ?

Franck Falletta : ‘E tau’a parau hia i te reira i roto i te tōmite. Tē toe nei e 20 mahana ‘arora’a. ‘E ‘ite atu tātou i te mana’o o te nūna’a. ‘O tā mātou e hīna’aro, ‘ia fa’amahuta mai i teie fenua, ‘eiaha ra nō te ti’ara’a. (…) ‘Ua fārerei ihoa vau iā Gaston Flosse, rāua o Teva Rohfrischt. ‘Ua tau’aparau mātou, nō te mea e mau ti’a arata’i mātou.
 
TP

Rédigé par JPV avec TP le Mercredi 3 Avril 2013 à 11:57 | Lu 4203 fois