Tahiti Infos

Il bouscule un touriste pour lui voler son sac et s’endort sur le lieu du crime


Monsieur H. va se mettre à l'ombre... pour 18 mois
Monsieur H. va se mettre à l'ombre... pour 18 mois
PAPEETE, le 3 avril 2014 – En comparution immédiate ce mercredi les juges ont été confrontés à une affaire pour le moins exceptionnelle dans sa violence et dans sa bêtise. Un touriste français de 73 ans, le coude bandé, explique comment il s’est fait agressé en plein jour sur le front de mer de Papeete alors que sa femme était dans un magasin de tabac. Alors qu’il attendait son épouse, il a ressenti une grosse poussée qui l’a fait chuter alors que son sac en bandoulière se faisait arracher. En se relevant il aperçoit le criminel s’enfuir en direction de Faa’a. Il s’endort un peu plus loin et des enfants le pointent du doigt en lui criant dessus aux yeux de tous. La police nationale retrouvera rapidement ce « génie » criminel, reconnu par des témoins de la scène. Le sac, qui ne contenait que des lunettes de vue, ne sera pas retrouvé.

Le prévenu, monsieur H., a un casier judiciaire très chargé avec 10 condamnations pour vol et recel depuis 2006. Il assure ne presque rien se souvenir de la scène, à part d’avoir emporté le sac. Mais il présentera plusieurs fois ses excuses à sa victime, assurant que la situation dans laquelle il se retrouve était « la volonté de Dieu ». Son histoire pathétique a du mal à lui attirer de la sympathie : depuis trois jours, il cherchait à travers toute la ville sa compagne qui l’avait quitté, sans dormir. Le jour du crime il avait vidé une bouteille de rhum et fumé du paka. Mais son avocate, bien en peine de lui trouver des circonstances atténuantes, souligne que jamais il n’avait commis d’acte violent. De plus, après avoir déjà passé 5 ans au total à la prison de Nuutania, sa seule perspective de carrière reste d’être un (mauvais) voleur. Elle demande donc à ce que, au moins, la peine de prison ferme réclamée par le procureur soit au moins assortie d’une obligation de soins. Le président du tribunal sera de son avis et condamnera monsieur H. à 3 ans de prison dont la moitié avec sursis, assortis d’une mise à l’épreuve, d’une obligation de soin, de travail et de formation. En plus de 150 000 Fcfp de dommages et intérêts pour la victime.

Le « papi » qui s’était fait agressé se dit satisfait du verdict, même si il a peu d’espoirs de voir la couleur de cet argent. Ce gendarme à la retraite avait passé quatre ans à Tahiti dans les années 70, et a souligné que juste après son agression les locaux présents sur place étaient tellement choqués qu’ils se confondaient en excuse pour les actes du criminel. Il reste très attaché à notre fenua, et peut maintenant terminer ses vacances plus serein.

Rédigé par Jacques Franc de Ferrière le Jeudi 3 Avril 2014 à 17:05 | Lu 3663 fois