Tahiti Infos

Hollande "prêt" à un volet outre-mer du Pacte de responsabilité


PARIS, 23 janvier 2014 (AFP) - François Hollande s'est dit "prêt", jeudi, à travailler sur un volet "outre-mer" du pacte de responsabilité qu'il vient de proposer aux entreprises, rappelant que le chômage "endémique" dans ces territoires ne serait pas combattu qu'avec des emplois publics.

"J'ai proposé le pacte de responsabilité à toutes les entreprises françaises et je suis prêt à avoir un volet spécifique pour l'outre-mer", a déclaré le président de la République, lors d'une interview sur les chaînes publiques Outre-mer 1ère et France Ô.

"La baisse des charges existe déjà en outre-mer donc si je la propose pour toutes les entreprises, cela ne fera pas d'avantage significatif pour les entreprises ultramarines. Donc, pour que les jeunes puissent avoir des possibilités d'entrer plus facilement sur le marché du travail et dans des entreprises privées, je suis prêt à adapter, avec les employeurs d'outre-mer, le Pacte de responsabilité à ces territoires", a-t-il affirmé.

Il a aussi appelé les entreprises, des PME pour la plupart confrontées à un accès difficile au crédit en raison d'un "système bancaire encore plus frileux" qu'en métropole, à se saisir du fonds de garantie de l'Agence française de développement (AFD, qui intervient outre-mer) et de la Banque publique d'investissement (BPI).

Interrogé sur la place importante des emplois publics dans les départements d'outre-mer, François Hollande a estimé que "devenir fonctionnaire" ne devait "pas être la perspective".

"On ne peut pas simplement répondre à ce chômage endémique qui frappe l'outre-mer par des emplois ou aidés ou publics", a-t-il insisté, soulignant l'ampleur du chômage (50%) qui touche les moins de 25 ans.

"Néanmoins", a reconnu le président, "il serait souhaitable que le recrutement (pour des postes publics) puisse être davantage ouvert aux ultramarins quand il s'agit de postes locaux (dans leur territoire d'origine, ndlr), que les concours soient aussi adaptés".

M. Hollande a également été interrogé sur les emplois d'avenir: 10% du total sont dévolus aux outre-mer mais les collectivités ont souvent du mal à mettre les 25% du salaire qui est à leur charge en face des 75% de l'Etat.

"Si ces 10% ne sont pas tous utilisés, on aura beau dire, on n'aura pas atteint le résultat", a reconnu M. Hollande, soulignant au passage que "10%, c'est quand même bien" pour ces territoires qui ont droit à une attention particulière du gouvernement.

M. Hollande a parlé d'"améliorer le financement de ces emplois" -- à enveloppe constante -- en augmentant la participation de l'Etat, ce qui veut dire aussi moins d'emplois. Certains de ces emplois d'avenir pourraient aussi être dirigés vers des postes d'"encadrement", afin de gérer les jeunes non diplômés en emplois d'avenir.

Rédigé par () le Jeudi 23 Janvier 2014 à 09:54 | Lu 814 fois