Tahiti Infos

Gendarme à Hao, Vavetoua Cheung-yan vise le GIGN


Hao, le 12 juin 2022 - Après plus d’un an et demi passé à Hao, Vavetoua Cheung-yan, jeune gendarme adjoint volontaire va rejoindre la métropole pour intégrer l’école de gendarmerie de Chaumont. Tahiti Infos l'a rencontré pour recueillir ses impressions avant son départ.
 
C'était en février 2021, Tahiti Infos avait rencontré Vavetoua qui, après 13 semaines de formation au camp de gendarmerie de Faa’a, avait fraîchement intégré la brigade de gendarmerie de Hao (lire l'article : Du sang neuf à la brigade de Hao). Il avait alors partagé son ressenti par rapport à son arrivée sur l’atoll des Tuamotu, son parcours et ses attentes futures. Aujourd’hui, Vavetoua Cheung-yan a passé un petit peu plus d’un an et demi au sein de la brigade de Hao et nous l’avons rencontré une dernière fois avant qu'il ne quitte le fenua. En effet, dans le statut de gendarme adjoint volontaire (GAV) dont il dispose, il peut passer le concours de sous-officier de gendarmerie en interne au bout d’un an de contrat. Vavetoua ou 'Vave' comme on l’appelle désormais à Hao, n’a pas attendu et s’est inscrit pour le concours externe 4 mois seulement après son arrivée. Il a tiré son épingle du jeu parmi plus de 3 000 candidats "j’ai voulu tenter assez tôt", dit-il.
 
Comment as-tu vécu ton incorporation à Hao ?
 
"Ça s’est bien passé. J’ai pu voir les missions de la gendarmerie au quotidien, que ce soit au niveau judiciaire, le travail de patrouille, de contrôle routier et le contact avec la population, ça a été très enrichissant."
 
Comment s’est déroulé ton concours ?
 
"Le concours s’est déroulé en deux phases, la phase écrite en septembre 2021 et la phase orale et sportive en janvier 2022. C’est le concours externe que j’ai fait, encouragé et soutenu par mes collègues qui ont cru en moi car pour pouvoir accéder au concours interne il faut attendre un an de GAV..."
 
Quel rôle ont eu tes collègues justement ici à la brigade ?
 
"Ils m’ont beaucoup aidé au niveau connaissance de la gendarmerie, de la vie au sein d’une brigade, pour les démarches à faire pour le concours et ils m’ont préparé sur les épreuves du concours en me faisant des tests, des entraînements écrits et des oraux blancs avec l’aide aussi de mes supérieurs de Tahiti, tout ça afin de me mettre dans de bonnes conditions. Ils m’ont également briefé sur ce qui m’attend lors de ma formation. J’ai appris que j’étais reçu le 17 mars dernier, en même temps j’avais déjà mis toutes les chances de mon côté, et donc je pars à l’école de gendarmerie de Chaumont. Départ le 14 juillet de Papeete pour une arrivée le 16 en métropole et pour une incorporation à l’école de gendarmerie le 18."
 
Pourquoi intégrer l’école de gendarmerie ?
 
"Pour l’instant, avec le statut de GAV, c’est un peu comme si j’avais un pied dedans et un pied dehors. Mon ambition est vraiment de devenir gendarme de carrière puis la gendarmerie mobile dans un premier temps et pour la suite j’ai toujours la même optique finale à savoir intégrer, à terme, le GIGN."
 
Quelles sont tes appréhensions ?
 
"C’est surtout l’éloignement de la famille et la vie en communauté car nous serons environ 100 à 120 élèves officiers. Il y a aussi la superficie, car la France c’est très grand, même si j’ai déjà un peu voyagé, là ça va être une tout autre expérience."
 
Quel souvenir garderas-tu de Hao ?
 
"Je vais garder un très bon souvenir de cet atoll car j’y ai trouvé tout d’abord la perle rare (rires) et aussi parce que j’ai pu tisser des liens forts avec des habitants d’ici. Tout ceci fait que j’y reviendrai forcément de temps en temps."
 
Un message pour la jeunesse ?
 
"S'ils sont vraiment motivés, il faut tenter sa chance. Il n'y a rien d’insurmontable, il faut se préparer mentalement. J’ai participé au forum des métiers organisé par le collège et les jeunes sont venus se renseigner et m’ont dit que le sport et l’éloignement leur faisaient peur. Ils n’ont pas hésité à venir se renseigner auprès de moi même si je suis encore jeune. C’est le message que je souhaiterais faire passer : Se renseigner et tenter sa chance."
 
Penses-tu revenir au fenua en tant que gendarme ?
 
"Comme tout Polynésien, j’aimerais bien évidemment revenir un jour au fenua, mais comme je suis jeune et j’ai le sang chaud, j’ai d’abord envie de découvrir le métier de gendarme à travers la métropole et aussi pourquoi pas les autres territoires d’outre-mer. Pouvoir voyager, c’est aussi une grande chance pour acquérir de l’expérience."
 
Un dernier mot ?
 
"J’aimerais remercier tous les habitants de Hao, les collègues que j’ai pu rencontrer ici, leur accueil et leur chaleur humaine m’ont beaucoup apporté."
 
L’exemple de Vave à fait boule de neige dans son entourage puisque deux de ses amis, anciens camarades de lycée, l’ont contacté. L'une intègre la prochaine session de formation de GAV en août prochain à Tahiti et le second va également tenter l’aventure gendarmerie.

Rédigé par Teraumihi tane le Dimanche 12 Juin 2022 à 18:29 | Lu 3267 fois