Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie française. Tel: 40 43 49 49



Festival Ono'u : Papeete, toile blanche pour graffeurs



PAPEETE, le 3 mai 2015. Sept nouvelles fresques murales grands formats doivent être peintes par des artistes graffeurs de renom dans le courant de la semaine dans différents lieux du centre ville de la capitale polynésienne. Quant au concours "Ono'u Battle" 2015 il met au défi, 30 talents polynésiens et internationaux en devenir.

Les bombes de peinture pour cette 2e édition du Festival Ono'u sont bien arrivées à destination la semaine dernière. Le stock doit permettre aux 42 artistes graffeurs de composer leurs œuvres. 12 artistes mondiaux déjà reconnus comme des créateurs majeurs de "street art" interviendront dès ce lundi sur sept espaces vierges de la capitale polynésienne.
Ce parcours urbain d'immenses fresques murales entamé l'an dernier va s'enrichir de sept nouvelles compositions. Le public pourra suivre en direct "live" la création de ces œuvres murales gigantesques de 100 à 300 m2 qui devrait s'achever en fin de semaine. Ces murs se situent rue des Remparts, rue Edouard Ahnne, rue Dumont d'Urville, rue Louis Martin, avenue des Poilus Tahitiens, rue Francis Puara Cowan.

Même s'ils sont parfois juchés en haut d'échafaudages ou de camions-grues, ces artistes qui viennent d'Australie, de Nouvelle-Zélande, du Brésil, des Etats-Unis, de France, de Chine, du Brésil ou d'Afrique du Sud sont toujours prêts à échanger quelques mots avec les curieux au pied de leurs œuvres en gestation. C'est aussi l'avantage de ce festival de rue c'est qu'il met en relation immédiate l'art avec l'homme de la rue et l'auteur de l'œuvre, en lien direct.

Même exposition en live pour le public pour les quatre journées des épreuves éliminatoires de l'Ono'u Battle 2015. Mardi, mercredi, jeudi et vendredi, les 30 artistes (dont cinq polynésiens) retenus pour ce concours disputeront en ville différents types de défis : épreuve de lettrage sur un support de 4x3 mardi, épreuve de décor et de personnage mercredi, enfin réalisation d'un mur en binôme de deux artistes pour la 3e épreuve jeudi et vendredi. Ces épreuves sont à suivre en ville de 11h à 17heures mardi et mercredi et de 9h à 17 heures jeudi et vendredi. La finale avec les graffeurs sélectionnés se déroulera samedi 9 mai dans les jardins de la mairie de Papeete, cette fois dans une enceinte fermée avec entrée payante pour le public.


Trois prix pour la Ono'u Battle

La journée de la grande finale du 9 mai doit permettre de désigner les trois gagnants parmi les dix finalistes retenus après quatre jours d'épreuves éliminatoires. Le jury est présidé par la photographe-reporter de New York, Martha Cooper, personnalité emblématique des cultures urbaines et du graffiti. Trois prix seront remis : 10 000 dollars (1,12 million de Fcfp) pour le vainqueur, 5 000 dollars (561 000 Fcfp) pour le deuxième prix et 2 500 dollars (280 516 Fcfp) pour le troisième prix. Un prix spécial "Club Tiare" remis par Air Tahiti Nui est également prévu pour le meilleur artiste polynésien.

Rédigé par Mireille Loubet le Dimanche 3 Mai 2015 à 21:34 | Lu 1660 fois







1.Posté par Geminipf54 le 04/05/2015 11:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Si le TAG pouvait enfin être synonyme d'élégance et d'art de vivre plutôt que de crasse et de pollution visuelle (comme c'est la plupart du temps le cas dans nos quartiers) ce serait parfait. Alors là, oui! Je dirais "Vive le Graff!"

2.Posté par Honu DEMER le 05/05/2015 09:37 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

DEMER
Savoir différencier le Tag du Graff serait déjà un premier pas! Connaître et se renseigner sur la culture underground également! Le Graff est un "art de vivre" et un ART tout court! Les plus connus, médiatisés et contemporains restent BANKSY en Angleterre ou encore le Français Mr BRAINWASH à L.A dont les œuvres s'arrachent aux enchères. La culture urbaine et ses codes ont été dénaturés par l'effet de mode. Vous souhaitez vous débarrasser de la crasse et de la pollution visuelle??? Soutenez les associations qui essayent désespérément d'encadrer cette pratique et qui ne cesse de demander des locaux à cet effet. Bon courage à tous ces artistes qui savent mieux que personne mixer art de la rue et art Polynésien pour cette grande occasion.

Signaler un abus

Dans la même rubrique :
< >

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués | Concours d'écriture - Salon du Livre 2019 | Coronavirus