Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION, Fare Ute, immeuble SAT NUI BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49

Espagne: un petit village hérite d'un site controversé de stockage nucléaire



Espagne: un petit village hérite d'un site controversé de stockage nucléaire
MADRID, 30 décembre 2011 (AFP) - Des habitants d'un petit village espagnol ont fêté vendredi l'annonce de la construction d'un site de stockage nucléaire qui va créer au moins 300 emplois, une décision controversée, les détracteurs dénonçant un "cimetière nucléaire".

Dans le seul bar de Villar de Canas, en Castille-La-Manche, des cris de joie ont accueilli la décision du nouveau gouvernement de Mariano Rajoy de sélectionner cette commune de moins de 500 habitants parmi huit candidats, selon des images de la télévision publique.

"Cette décision accusait un retard de sept ans et depuis un an, ce retard engendrait un coût très élevé", a souligné vendredi le porte-parole du gouvernement, Soraya Saenz de Santamaria.

En 2004, une commission parlementaire avait enjoint le gouvernement à construire un tel site, qui stockera les déchets pendant 60 ans.

Les capacités de stockage en Espagne sont actuellement proches de leurs limites, les déchets étant repartis entre les centrales elles-mêmes, un site à El Cabril (sud) et un centre en France.

Depuis janvier 2011, ce dernier facture 60.000 euros par jour à l'Espagne pour les conserver, a indiqué Mme Saenz de Santamaria.

"La municipalité choisie réunit toutes les caractéristiques techniques requises pour ce type d'installation", assure un communiqué du ministère de l'Industrie.

La construction du centre, qui nécessite un investissement de 700 millions d'euros, permettra aussi la création d'environ 300 emplois pendant les cinq premières années dans une province touchée par un "taux de chômage élevé", souligne-t-il.

"Un gaspillage économique et un risque inutile", rétorque Greenpeace dans un communiqué qualifiant le site de "cimetière nucléaire".

"Villar de Canas est situé sur une zone à risque sismique", affirment sur leur site certains des habitants de la région associés sous la "Plateforme contre le cimetière nucléaire à Cuenca".

En réaction à l'annonce de l'attribution du site, ces derniers ont appelé à un premier rassemblement de protestation vendredi soir à Cuenca.

elc/djw/ib/sym

Rédigé par AFP le Samedi 31 Décembre 2011 à 07:32 | Lu 365 fois






Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 13 Décembre 2017 - 07:33 La mer vengeresse dévore l'Albanie

Culture et Patrimoine | carnets de voyage | Journal des enfants | Les recettes | People | Actualité Santé | Environnement | Technologies