Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie française. Tel: 40 43 49 49



Épidémie de dengue aux îles Salomon : 588 cas confirmés



Épidémie de dengue aux îles Salomon : 588 cas confirmés
HONIARA, lundi 8 avril 2013 (Flash d’Océanie) – L’épidémie de dengue qui sévit dans la capitale salomonaise Honiara et ses environs aurait déjà touché, au cours des trois derniers mois, près de six cent personnes, selon le ministère de la santé.
Selon le ministère salomonais, sur un total de 2.226 échantillons analysés, 588 des personnes infectées sont officiels et ont été confirmés, rapporte le quotidien Solomon Star.
La grande majorité des cas concerne les habitants de la capitale Honiara et sa proche banlieue, avec aussi, outre l’île province principale de Guadalcanal, des cas signalés dans d’autres provinces de l’archipel.
Le sérotype dominant pour cette épidémie est le 3 (il en existe quatre), a précisé de son côté l’Organisation Mondiale de la Santé via sa représentation locale et régionale.
L’épidémie a aussi fait jusqu’ici trois victimes.
Le gouvernement australien participe aussi à une opération d’appui technique et logistique à la lutte contre cette épidémie.
Ce week-end, Bob Carr, ministre australien des affaires étrangères, annonçait la composition et le déploiement d’une équipe médicale d’une dizaine de personnes (médecins, infirmiers, experts en santé publique), dont la mission aux îles Salomon sera spécifiquement d’épauler les autorités sanitaires locales, à leur demande.
La Nouvelle-Zélande participe aussi à l’effort en déployant une équipe médicale de taille similaire.

Les responsables sanitaires ont une nouvelle fois demandé aux populations de se protéger des piqûres des moustiques vecteurs, mais aussi de nettoyer scrupuleusement les zones broussailleuses pouvant recéler des gîtes larvaires potentiels.
Une campagne de nettoyage est aussi en cours avec des moyens gouvernementaux.

Mi-mars 2013, les autorités sanitaires salomonaises ont déclaré une situation d’urgence pour cette fièvre hémorragique transmise par les moustiques.
La pression la plus importante concerne l’hôpital de la capitale Honiara, confronté à un afflux incessant de malades.

Renforts de l’OMS

La recrudescence du nombre de cas détectés a suscité la mise en place et le renforcement d’un plan de surveillance, en collaboration avec les expertes régionaux de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS).
Dans ce cadre, un accent fort a été placé sur la dissémination de messages destinés à la population, pour que les habitants de la capitale Honiara et ses environs nettoient l’extérieur de leurs maisons, où peuvent se trouver des eaux stagnantes (dans des pots, des soucoupes, des vieux pneus ou des broussailles), foyers idéaux de prolifération des larves des moustiques, vecteurs de cette maladie proche du paludisme.
Outre la capitale et l’île principale, des équipes ont aussi été dépêchées dans les îles de Malaïta et en d’autres endroits de l’archipel afin de vérifier la situation.


Inquiétude à Fidji

À Fidji, le ministère de la santé a exprimé ce week-end son inquiétude concernant le nombre grandissant de cas de dengue recensés au cours des trois premiers mois de 2013 : 141 cas, a annoncé dimanche Shalvin Deo, porte-parole du ministère.

Deux morts aussi en Nouvelle-Calédonie

En Nouvelle-Calédonie, où une épidémie de dengue de sérotype 1 sévit, le bilan mortel s’est alourdi début mars, avec une seconde victime, une femme de 36 ans habitant Nouméa.
La première victime, en décembre 2012, était une femme de 55 ans.
Selon les autorités sanitaires, entre 150 et 200 personnes supplémentaires sont infectées chaque jour avec, en chiffres cumulés, depuis le début 2013, plus de 3.500 cas connus.

Les cas dépistés concernent aussi bien la capitale Nouméa et sa grande banlieue, ainsi que la partie Nord de l’île principale (Grande Terre) ou encore l’île de Maré (îles Loyauté).
L’un des principaux foyers identifiés de cette épidémie a été localisé sur Nouméa et ses environs.
Les autorités ont appelé à la vigilance de la part du public, en encourageant, dès l’apparition de symptômes (tels que les douleurs articulaires, musculaires, maux de tête, nausées), de consulter un médecin.
« Le médecin pourra, s’il le juge nécessaire, prescrire un test de dépistage pris en charge gratuitement par le gouvernement de la Nouvelle-Calédonie. Il déclarera le cas de dengue dès sa suspicion, ce qui permettra la mise en place, au plus tôt, de la lutte anti vectorielle par la municipalité concernée », précise le gouvernement.
Les conseils concernant aussi, au plan de la lutte conte le vecteur de la maladie, le moustique Aedes Aegypti, de se protéger en utilisant des produits répulsifs cutanés, mais aussi de nettoyer toute zone susceptible de constituer un gîte larvaire en abritant des eaux dormantes (vieux pneus, pots, broussailles).
Cette déclaration coïncide avec l’arrivée de la saison chaude et humide dans cette partie de l’hémisphère Sud.
La dengue est une fièvre hémorragique dont les symptômes vont des douleurs musculaires et articulaires aux maux de têtes, aux nausées, à la fièvre, et pouvant aller jusqu'à l'hémorragie interne dans les stades les plus avancés de la maladie, qui peut dans certains cas se révéler mortelle.
Il existe quatre sérotypes connus (1 à 4) de la dengue.
Pour le sérotype 1 de la dengue, les épidémies précédentes en Nouvelle-Calédonie remontent à 2008.

pad

Rédigé par PAD le Lundi 8 Avril 2013 à 06:17 | Lu 775 fois





Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 21 Octobre 2020 - 05:40 Double hommage à Samuel Paty en Nouvelle-Calédonie

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués | Concours d'écriture - Salon du Livre 2019 | Concours d'écriture - Salon du Livre 2020 | Coronavirus