Tahiti Infos

En mer Egée, des pneus, des chaises, des téléphones extirpés des fonds marins


Aris Messinis / AFP
Aris Messinis / AFP
Náxos, Grèce | AFP | mercredi 15/11/2022 - Sur l'île grecque de Naxos, la pêche de cette matinée de novembre a été abondante. Et pourtant, dans les filets, ni encornets, ni dorades destinés aux tavernes qui s'alignent en bord de mer.

Sur le quai inondé de soleil de cette île de l'archipel des Cyclades s'étale le drame environnemental de la mer Égée: des pneus, des chaises, de vieux téléphones portables, des fourchettes et des cuillères, des CD, des semelles, des tapis de bain, un balai. 

A côté, des dizaines de canettes en métal, des morceaux de plastique épars, des bouteilles à foison, souillés de vase. 

Soudain, entre les bateaux de pêcheurs qui se dandinent dans le port, émergent deux plongeuses qui tentent avec peine de remonter un écheveau de câbles, de filins, de pans de filets de pêche et même de vieux vêtements.

En deux jours, "nous avons extrait plus d'une tonne de déchets marins du port", grimace George Sarelakos, cofondateur et dirigeant de l'ONG grecque Aegean Rebreath.

"Et dans l'autre partie du port, c'est carrément une véritable décharge", poursuit ce plongeur technique de 44 ans. 

Depuis cinq ans, l'organisation sillonne les côtes grecques pour extraire les déchets qui jonchent les fonds de cette mer aux eaux cristallines qui attire chaque été des millions de vacanciers.

1.700 pneus 

Après Zakynthos (ou Zante) et la Crète, la palanquée a fait escale à Naxos pour le week-end. Dans deux semaines, elle effectuera une ultime mission à Corfou, autre île touristique grecque en mer Ionienne (ouest), avant de ranger bouteilles d'oxygène et palmes pour l'hiver.

En 75 opérations de "nettoyage", les quelque 300 plongeurs bénévoles d'Aegean Rebreath ont remonté plus de 1.700 pneus, 21 tonnes de filets abandonnés ou perdus, 90.000 bouteilles de plastique, sans compter des centaines de milliers de sacs en plastique, l'un des principaux fléaux subaquatiques.  

A l'entrée du port, une petite chapelle blanche veille sur les imposants bateaux qui, l'été, baladent les touristes dans le chapelet d'îles environnantes. Sur une embarcation en bois, un pêcheur, la peau griffée de rides, nettoie avec minutie son filet qu'il maintient entre ses doigts de pied.

"Les pêcheurs rejettent les déchets dans la mer. Il leur manque le plus souvent la conscience des enjeux environnementaux, ils ne sont pas sensibilisés à ça", se désole l'une des plongeuses d'Aegean Rebreath, Theodora Francis, 29 ans, ergothérapeute près d'Athènes.

Le maire de Naxos, Dimitrios Lianos, déplore aussi l'attitude de certains insulaires. Les pêcheurs "vivent de la mer alors ils doivent protéger l'environnement marin, c'est leur richesse!"

Cri d'alarme 

Depuis plusieurs années, l'ONG de protection de l'environnement WWF lance un cri d'alarme alors que le secteur du tourisme représente un quart du PIB grec. "Quelque 25% de la production de déchets plastiques (en Grèce) est due à l'afflux de touristes durant l'été", souligne Achilleas Plitharas, responsable du programme de réduction des déchets plastiques au sein de WWF Grèce.

La Grèce, qui compte une population d'environ un sixième de celle de la France ou de l'Italie, produit quelque 700.000 tonnes de déchets plastiques par an, soit 2,5% des déchets plastiques produits par les pays du pourtour méditerranéen, contre 21,1% pour l'Italie ou 15,1% pour la France, selon une étude de l'ONG. 

"Beaucoup de mesures prises dans des directives européennes ne sont malheureusement pas appliquées en Grèce", déplore l'expert environnemental. Sur les marchés ou dans les boulangeries, les sacs en plastique continuent d'être distribués. Et les pailles en plastique ne sont pas rares, bien que l'UE interdise leur mise sur le marché depuis plus d'un an. 

La Grèce impose pourtant depuis 2018 une taxe de 9 cents sur les sacs en plastique.

Ampleur du problème

A Naxos, Theodora Francis se tortille pour retirer sa combinaison de plongée après deux heures à racler le fond du port. "Nous étalons à dessein tout ce que nous remontons sur le quai. C'est seulement ainsi que les gens peuvent mesurer l'ampleur du problème", selon elle.

Et de fait, les promeneurs s'arrêtent pour contempler l'étendue des dégâts. François (un prénom d'emprunt) et sa compagne Salomé, un couple de Français installés sur l'île, sont venus prêter main forte à l'ONG.

"Ca fait un choc de voir toutes ces canettes", se désole la jeune femme de 32 ans, qui a enfilé une paire de gants pour trier morceaux de plastique et bouts de métal, soigneusement répertoriés par l'ONG qui tient une base de données sur les déchets.

"Il y a une nature très diversifiée en Grèce", insiste François. "Il faut en prendre soin".

le Mercredi 16 Novembre 2022 à 02:50 | Lu 396 fois