Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION, Fare Ute, immeuble SAT NUI BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49


Emploi : Peut-on sortir de la crise ?



PAPEETE, le 12 septembre 2016. Entre les départs à la retraite et les nouveaux arrivants sur le marché du travail, il faudrait créer 1300 emplois par an juste pour donner du travail aux nouveaux chercheurs d'emploi. Mais en 2015, on a créé seulement 270 postes salariés supplémentaires ! Pour réduire le chômage, le Service de l'emploi, de la formation et de l'insertion professionnelles met en place une série de mesures.







Evolution de l'emploi depuis 1995


Un chômage impossible à résorber

L'an dernier, "pour la première fois depuis 2009, l'emploi salarié augmente (+0.4%) de même que la masse salariale totale (+1.3%)", note la publication les Comptes économiques rapides de la Polynésie française en 2015.
Même si la courbe de création d'emplois est redevenue positive le nombre de chômeurs continue d'augmenter. Environ 2 500 nouveaux actifs arrivent chaque année sur le marché du travail. En même temps, il y a environ 1 100 à 1 200 salariés qui partent à la retraite.
Un rapide calcul permet de constater qu'il faudrait créer 1 300 emplois chaque année pour maintenir le taux de chômage actuel. Mais 270 postes salariés supplémentaires seulement ont créés en 2015.
Ce soubresaut de l'emploi est donc loin d'être suffisant pour diminuer le nombre de chômeurs. "Le taux de chômage, qui était de 21.8% (24 900 personnes) au recensement de la population de 2012, peut être estimé à 24 % en 2015, toutes choses restant égales par ailleurs", décrit la parution les Comptes économiques rapides de la Polynésie française en 2015.
Mais résorber le chômage est-il possible ou la Polynésie française est-elle condamnée à avoir un taux de chômage important ? Sachant qu’entre 2002 et 2005, la Polynésie a créé en moyenne 1 400 emplois par an, et que le taux de croissance réelle du PIB était de 2,4 %, on peut supposer que ce taux de croissance est celui qui correspondrait à la stabilité du chômage.
La réduction du nombre de chômeurs, qui peut être estimé à 26 000 personnes, passe par un rythme de créations d’emplois encore plus important. Ainsi, si l’on prend comme référence les années 1999 et 2000 qui correspondaient à des années de forte croissance économique (+5 %) avec un marché de l’emploi qui générait 3000 nouveaux emplois par an, on peut imaginer qu’il faudrait 17 années de croissance à plus de 5 % pour résorber le nombre de chômeurs.
Alors que sur les 20 dernières années, ce taux de croissance n’a été atteint que deux fois, ces chiffres permettent de comprendre que la Polynésie va vivre durablement avec un taux de chômage important à moins qu'une politique économique totalement nouvelle soit mise en place.



Le secteur public, principal employeur aux Marquises et aux Australes

En 1995, la part du secteur public représentait 33 % des emplois salariés au fenua. En 2015, le secteur public ne représente plus que 23,75% soit une baisse de 10 points de la part du secteur public (ces chiffres prennent en compte les fonctionnaires affiliés à la CPS). Le secteur privé pèse donc aujourd'hui plus dans la masse salariale mais ceci n'est pas forcément synonyme d'un meilleur dynamisme du privé.
La réduction de la part du secteur public est en effet liée à une baisse des dépenses de fonctionnement plutôt subie en raison d'une baisse des recettes fiscales.
Pour le secteur privé, la baisse des dépenses de fonctionnement serait intéressante si elle s'était produite par des investissements en hausse ou une baisse des impôts, ce qui n'a pas été le cas.
La relative embellie de l'emploi est en partie la conséquence de l'augmentation de 8.1 % en volume de l'investissement public en 2015. "Les travaux du tunnel de Punaauia, de la prison de Papeari et la préparation du site du Mahana Beach, auxquels s'ajoutent de nombreux travaux sur les réseaux routiers, et les investissements communaux constituent un apport majeur à l'activité économique polynésienne", analyse la publication des Comptes économiques rapides de la Polynésie française en 2015. "Le montant total investi par les administrations publiques (Etat, Pays et communes) dépasse 30 milliards de Fcfp."
Dans l'archipel de La Société et aux Tuamotu-Gambier, la part du secteur privé est plus importante que le secteur public dans l'emploi. En revanche, ce rapport est inversé aux Marquises et aux Australes, où la part du secteur est respectivement de 52.18 % et 73.41%. Ainsi, aux Australes, près de ¾ des salariés travaillent pour le public !
Mais ces chiffres sont à relativiser car une bonne partie des habitants de ces archipels travaillent mais ce sont des travailleurs à leur compte. Selon le dernier recensement de 2012, sur les 9 260 habitants des îles Marquises, seulement un tiers est en situation d’emploi. Parmi ces 2700 personnes ayant un emploi, 38% est à son compte, essentiellement des artisans, commerçants ou des personnes travaillant dans le secteur primaire.
Aux Australes, parmi la population des 15 ans ou plus, quatre personnes sur dix occupent un emploi contre
36,4% cinq ans auparavant. C’est le seul archipel où le taux d’emploi avait progressé entre 2007 et 2012.
Pour connaître, une nouvelle photographie détaillée de l'emploi dans archipels, il faudra attendre le prochain recensement en 2017.


Les îles du Vent concentrent l'emploi

Les îles du Vent concentrent 74.78 % de la population selon le recensement de 2012 mais rassemblent pas moins de 88.80 % de l'emploi salarié. La répartition de l'emploi salarié n'est pas équitablement répartie selon la population dans chaque archipel. Ainsi, aux îles Sous-le-Vent, la population représente 12.92 % de la population mais concentre seulement 6.96% de l'emploi. De même, 6.29 % de la population habite aux Tuamotu-Gambier mais regroupe seulement 2.80 % de la population.


Faut-il protéger l'emploi local ?

Vouloir protéger l'emploi local n'est pas une nouveauté mais les tentatives ont pour le moment été mises de côté. En 2009, l'assemblée avait adopté une loi du Pays allant dans ce sens mais elle avait été déclarée illégale par le Conseil d'Etat. Le gouvernement prépare une nouvelle loi du Pays dans ce sens.
Mais serait-ce une solution miracle pour faire disparaître le chômage ? Rien n'est moins sûr.
Regardons les chiffres pour parler de ce sujet qui enflamme vite les passions.
Selon le dernier recensement, au mois d’août 2012, à la date du recensement, 30 300 habitants sur 268 000 personnes étaient nés en dehors de la Polynésie, soit 11 % de la population totale. Parmi ces non natifs, 30 % ont une durée de résidence inférieure à 5 ans, soit 9 000 personnes.
Parmi ces 30 300 personnes non natives, 17 000 occupent un emploi, sur les 90 000 emplois occupés en Polynésie, soit 19 % des emplois occupés.
Sur ces 17 000 personnes non natives qui occupent un emploi en 2012, un tiers, soit 4 861 personnes sont venues s’installer en Polynésie entre 2007 et 2012 et affichent une durée de résidence inférieure à 5 ans.
Parmi les nouveaux arrivants qui ont trouvé un travail entre 2007 et 2012, il y a 779 natifs à être revenus s’installer et travailler en Polynésie

L'Institut de la statistique de la Polynésie française (ISPF) analysait après le recensement que "le chômage touche davantage les jeunes : un chômeur sur deux a moins de 25 ans et 45 % des chômeurs déclarent n’avoir jamais travaillé. Mais c’est surtout le niveau de diplôme qui est discriminant : 27,4 % des personnes ayant au plus le brevet des collèges sont au chômage contre 3,3 % des diplômés d'un second cycle universitaire. Par ailleurs, les femmes étant de plus en plus diplômées, l'écart de taux de chômage entre hommes et femmes a légèrement diminué : il est de 1,5 point en 2012 contre 2 points en 2007".
Pour donner du travail aux Polynésiens, la formation semble donc la priorité.

Une loi protégeant l'emploi local a été mise en place en 2012 en Nouvelle-Calédonie. Le patronat s'y félicite des réussites de cette loi symbolique tandis que les syndicats de salariés demandent une réforme d'un système qu'il juge « facilement contournable ».

Rédigé par Mélanie Thomas le Lundi 12 Septembre 2016 à 18:00 | Lu 2667 fois

Tags : EMPLOI






1.Posté par gaston le 13/09/2016 09:17 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Le problème il n'y a pas de Boulot ce sont toujours les mémés qui remportent les marchés .Toujours le gros copinage .Deux ans que Édouard est au pouvoir du jamais vu.Même pas au temps de oscar le boulot avait chuté comme ca ,Je comprend que ce n'ai pas facile de gérer un pays,Que les situations changent en fonction des années.Il faut déja faire des grosses réformes concernant le droit du travail .Le droit du travail coule les entreprises a petit feux .Les tribunaux et les syndicalistes a la poubelle .c'est a l'inspection du travail de gerer les crises.Pas d'engraisser des avocats .Quand il n'y a pas de boulot ont ne peut pas faire du syndicalisme .Cela va faire comme en france il vont couler le bateau a petit feux jusqu'au jour il y aura une révolution . Édouard est plein de bonne volonté ,Je pense que nos hommes politique ne sont pas compétant dans le domaine du fonctionnent d'un pays ,ce sont plutôt des gestionnaires de Mairie .Regarder en ville il n'y a plus personne la ville est vide et en période scolaire encore mieux plus d'embouteillages

2.Posté par Ariitaia le 13/09/2016 10:23 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

C'est bien, continuez à manifester contre les projets parce qu'ils vont empiéter sur les coutumes.
Les coutumes ne donneront pas de travail à nos enfants.
Ou alors, il faudrait tous ensemble revenir dans le passé.
Abandonner les gros 4x4, les écrans de 40 pouces et les mac Do? Chiche ?

3.Posté par fiudecesmenteurs le 13/09/2016 10:26 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Comme par hasard,il y a des élections qui approchent alors on parle de l'emploi mais de quel emploi ???? Des CAE????? PFFFF, les CDD et CDI pour la famille des Politiciens verreux???
Et j'en passe,même le diplômé ne trouve pas d'emploi,voyez voir à la Poste,c'est la nièce du Président qui recrute et pourtant on voit nulle part son nom inscrit dans le C.A,par contre son ex et son actuel mari y travaille,ils n'ont pas fait l'enfeu
C direct le CDI,alors arrêtez de nous chanter les mêmes refrains,il y en a marre!!! Allez la population,votons pour une Présidente ,je vois bien Nicole Sanquer Fareata,au moins C une personne honnête et directe .

4.Posté par Popol le 13/09/2016 10:27 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

IL EST INTERDIT D'EFFECTUER UNE DISCRIMINATION EN RAISON DU LIEU DE NAISSANCE : Article 14 de la convention européenne des droits de l'Homme.

5.Posté par Luc le 13/09/2016 16:49 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

L'ile de Pâques = 6500 habitants et 95000 touristes/an ..soit 14, 6 touristes /an et par habitant
Polynesie = 270 000 habitants et 200 000 touristes/an...soit 0,74 touriste/an et par habitant
Y A RIEN QUI VOUS CHOQUE ?????

Il est + que temps de ramener des touristes en Polynésie et pour contredire Monvoisin (ATN) en faisant du LOW COST nous pourrions créer beaucoup d'emplois....(dont les pensions entre autres....les prestataires de services..nouvelles activités etc...) EN AVANT LA POLYNESIE.

6.Posté par luc le 13/09/2016 17:11 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Si M.Monvoisin a une stratégie pour sa compagnie avec un positionnement Non low cost...alors que l on accepte qu une compagnie low cost puisse venir a Tahiti. Bien évidemment ATN ne ferait pas de coups bas a cette dernière...!

Signaler un abus

Dans la même rubrique :
< >

Lundi 24 Septembre 2018 - 19:17 Angélo Frébault exclu du Tahoera'a Huiraatira

Lundi 24 Septembre 2018 - 18:30 Un cas de tuberculose au lycée Gauguin

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués