Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION, Fare Ute, immeuble SAT NUI BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49


Elevage porcin : une rencontre entre les porteurs du projet et le collectif



Une rencontre s'est tenue le 13 juillet à la mairie de Taravao entre les représentants du collectif opposés au projet et les maires de Taiarapu Est et Taiarapu Ouest.
Une rencontre s'est tenue le 13 juillet à la mairie de Taravao entre les représentants du collectif opposés au projet et les maires de Taiarapu Est et Taiarapu Ouest.
TARAVAO, le 23 juillet 2018. Une rencontre est prévue ce vendredi entre la SCEA Polycultures, qui prévoit d'installer un élevage de 1844 cochons sur le plateau de Taravao, le collectif hostile à ce projet et des représentants des communes de Taiarapu Est et Taiarapu Ouest.

Une rencontre et un débat contradictoire seront organisés ce vendredi matin à 10 heures à la mairie de Taravao. Le but est de "compléter toutes les informations concernant le projet de construction d'un élevage porcin à Taravao", précise un courrier signé par la SCEA Polycultures.

Ce courrier indique que "le collectif (contre l'élevage porcin) et le promoteur pourront chacun être représentés par cinq à huit personnes maximum. Les communes de Taiarapu Est et de Taiarapu Ouest seront elles représentées par trois à cinq peronnes".

Depuis deux semaines, un collectif contre l'élevage porcin, constitué de riverains du futur projet, s'est constitué. Mercredi dernier, après avoir rencontré la semaine précédente le maire de Taiarapu Est, il avait organisé une manifestation à la mairie de Taravao.

Le collectif et les maires de Taiarapu Est et Ouest ont fait part de leur souhait que la consultation de l'étude d'impact sur l’environnement sur la réalisation d'un élevage porcin sur le domaine Hiupe soit prolongée et aussi étendue à la commune de Taiarapu Ouest. Mais celle-ci a pris fin le jeudi 19 juillet comme prévu. Il n'est désormais plus possible de commenter cette étude à la mairie ou au service de l'urbanisme comme cela était le cas du 19 juin au 19 juillet.
La procédure va donc suivre son cours. Mais tant qu'aucune décision n'est prise, il est encore possible de donner son avis. La Direction de l'environnement précise en effet sur son site internet que l'étude d’impact sur l'environnement "reste consultable auprès du service instructeur tant que la décision d’autorisation n’est pas prise. Les avis et remarques peuvent dès lors être transmis au service instructeur ou à la Direction de l’Environnement par courrier recommandé. Ils pourront ainsi être joints au registre."

Pendant la phase d'instruction, les services du Pays pourront demander s'ils le jugent nécessaire la réalisation d’études complémentaires ou une contre-expertise de l’étude d'impact sur l'environnement. Celles-ci seront effectuées à la charge du maitre de l’ouvrage ou du pétitionnaire, par tout organisme ou expert désigné conjointement par les ministres concernés. "Une fois que le service instructeur dispose de l’ensemble des documents et avis dont il a besoin, il peut rendre son avis définitif sur le projet", précise la Direction de l'environnement. Les cartes sont donc entre les mains du Pays.


Une lettre à Edouard Fritch
La semaine dernière, le maire de Taiarapu Est a adressé un courrier au président du Pays demandant notamment que "l'enquête publique soit étendue au territoire de la commune limitrophe de Taiarapu Ouest" et que "tout ou partie du produit de la défiscalisation de l'opération soit réservée au traitement du lisier et à la suppression des nuisances que l'élevage causerait". Dans cette même lettre, Anthony Jamet précise qu'il lui "paraît approprié qu'une seconde enquête soit menée afin d'apporter un autre avis d'experts en la matière et que le conseil municipal de Taiarapu Est puisse par la suite donner un avis éclairé sur le sujet".
Le conseil municipal de Taiarapu Ouest, lui, n'a pas attendu pour se positionner contre le projet d'élevage. Trois élus se sont abstenus. "La commune de Taiarapu Ouest sera la première concernée par cet élevage porcin", souligne Wilfred Tavaearii.


1844 cochons sur le plateau
Le projet prévoit d'installer l'élevage porcin sur le plateau de Taravao, sur le domaine Hiupe.
La société civile d'exploitation agricole SCEA Polycultures, dirigée par Bruno Wan, qui a déjà un élevage de bovins notamment, a pour projet de réaliser des travaux de terrassement et de viabilisation de deux plates-formes avec un volume de terrassement supérieur à 10 000 m³.

L'élevage comptera à terme 1844 animaux. « La production de viande porcine visée est d'environ 170 tonnes par an, soit environ 2000 carcasses par an », indiquait l'étude d'impact.
La mise en place d'un élevage sur Taravao s'inscrit dans le cadre du développement de la production locale de viande porcine, en baisse depuis ces dernières années.
Au premier semestre 2018, 1230 tonnes de viande de porc et 250 porcelets congelés de moins de 15 kg sont ainsi autorisés à l’importation. Les importations de viande de porc représentent en moyenne autour du double de la production locale en équivalent carcasse. Le taux de couverture de la consommation locale oscille autour de 40 %.
Le cheptel polynésien était évalué à 20.600 porcs pour l’ensemble de la Polynésie française en 2010. L'élevage de Taravao comptera à terme 1844 animaux, ce qui le placera parmi les gros élevages porcins de la Polynésie française. « La production de viande porcine visée est d'environ 170 tonnes par an, soit environ 2000 carcasses chaque année ».

Rédigé par Mélanie Thomas le Lundi 23 Juillet 2018 à 14:36 | Lu 1442 fois

Tags : ELEVAGE, PORC





Signaler un abus

Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 19 Septembre 2018 - 16:41 Une grève pas comme les autres

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués