Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49


Elections législatives à Vanuatu : dernière ligne droite de campagne



Elections législatives à Vanuatu : dernière ligne droite de campagne
PORT-VILA, vendredi 26 octobre 2012 (Flash d’Océanie) – La campagne électorale des législatives dans l’archipel de Vanuatu doit s’achever ce week-end, samedi à minuit (heure locale, GMT+11) avant le scrutin prévu mardi 30 octobre 2012, sur fond d’atomisation des grands blocs politiques et de thèmes dominants tels que le dossier foncier, la corruption, une récente crise ouverte au sein des forces de police et des inquiétudes persistantes concernant la tenue de ce scrutin.
Avec près de 350 candidats en lice pour les 52 sièges disponibles au sein du Parlement, représentant pas moins de 32 partis politiques différents et un nombre record (65) de sans étiquette, ces élections 2012 se présentent comme celles des records en matière de fragmentation du paysage politiqué, à des lieues d’un système de gouvernement à parti unique qui avait prévalu au cours des onze premières années postindépendance de Vanuatu, entre 1980 et 1991, sous la houlette du pasteur anglican Walter Lini (décédé en 1999).
Au sein des deux partis historiques de l’archipel, le Vanuaaku Pati et l’Union des Partis Modérés (UPM), l’éclatement demeurait de mise, ces deux grandes formations n’ayant pas réussi à aplanir leurs luttes intestines pour le pouvoir.
Le Parti Républicain de Vanuatu, fondé à la fin des années 1990 par l’ancien Premier ministre francophone Maxime Carlot, s’est encore scindé ces dernières semaines, forçant M. Carlot à créer une nouvelle formation, le Parti Démocratique de Vanuatu (Vanuatu Democratic Party, VDP).

Ces dernières semaines, précédant ces législatives, la vie politique de l’archipel a été marquée par plusieurs dossiers sensibles, parmi lesquels des soupçons de malversations au sein de la Caisse Nationale de Prévoyance (régime de collecte de contributions obligatoires de la part des employeurs et employés), une multiplication d’opérations foncières douteuses sur fond de spéculations, des affaires de vente de passeports et d’attribution de la citoyenneté à des ressortissants asiatiques proche du pouvoir, et le rocambolesque arraisonnement, mi-juillet 2012, du célèbre voilier de luxe « Phocéa » dans la baie de Port-Vila, avec à son bord, à un moment, plusieurs ministres du gouvernement actuel du Premier ministre Sato Kilman.

Les forces de l’ordre ont aussi connu, fin septembre 2012, une crise ouverte avec une lutte pour le pouvoir entre deux officiers supérieurs, l’un, Joshua Bong, ordonnant l’arrestation de plusieurs d’agents rivaux, avant que l’affaire ne prenne fin sur intervention directe du Président de Vanuatu, Iolu Abbil.

Le gouvernement a aussi nommé, début octobre 2012, un nouveau directeur des élections en la personne de Lionel Kalwat, ancien directeur de l’inspection du travail, remplaçant ainsi Lawson Samuel, subitement remercié.
M. Samuel s’était récemment attiré les foudres du pouvoir sortant en rejetant, dans un premier temps, la candidature du Premier ministre Kilman au motif qu’il n’avait pas réglé un certain nombre de dettes.
Pour ces scrutin et sa tenue, le gouvernement de Vanuatu déclare avoir budgétisé quelque 65 millions de Vatu (540.000 euros), au titre des frais d’organisation, d’impression de bulletin de vote et du coûteux exercice de transport des urnes vers des archipels parfois très éloignés et seulement accessibles par voie maritime.
Au cours des deux dernières semaines, les urnes ont été acheminées dans la plupart des quelque 80 îles de l’archipel.

En fin de semaine, alors qu’aucune annonce n’avait jusque là été faite dans ce sens, le bureau des élections annonçait finalement que certains observateurs extérieurs seraient autorités à scruter les opérations.
Il s’agira essentiellement de diplomates en poste à Port-Vila, et représentant les missions australienne, néo-zélandaise, européenne, chinoise et américaine accréditées à Vanuatu.
Ils seront autorisés à observer les opérations dans un certain nombre de bureaux de vote sélectionnés, sur l’île principale de Vaté, ainsi que sur les deux autres grandes îles de Tanna et d’Espiritu Santo, a annoncé jeudi M. Kalwat, qui invoque les principes de « transparence » et de « responsabilité ».
Toutefois, aucune mission de type multinational ou placée sous l’égide du Forum des Îles du Pacifique ou du Commonwealth ne figure dans les plans.
Le gouvernement australien entre autres, a aussi offert, début octobre 2012, du matériel de bureau (une photocopieuse et cinq ordinateurs portables) à l’office des élections

Rédigé par PAD le Vendredi 26 Octobre 2012 à 05:01 | Lu 773 fois




Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués