Tahiti Infos

Élections Européennes : Teva Rohfritsch soutient Moerani Frébault et la liste macroniste


Teva Rohfritsch, à gauche, a apporté son soutien ce vendredi matin à Moerani Frébault, à droite, directeur général des services de Hiva Oa, qui se présente sur la liste macroniste de Valérie Hayer aux élections européennes du 8 juin prochain. Crédit photo : Thibault Segalard.
Teva Rohfritsch, à gauche, a apporté son soutien ce vendredi matin à Moerani Frébault, à droite, directeur général des services de Hiva Oa, qui se présente sur la liste macroniste de Valérie Hayer aux élections européennes du 8 juin prochain. Crédit photo : Thibault Segalard.
Tahiti, le 24 mai 2024 – Teva Rohfritsch a annoncé publiquement ce vendredi matin son soutien à Moerani Frebault, candidat aux élections européennes sur la liste macroniste de Valérie Hayer. Le sénateur a également profité de la conférence de presse organisée pour, à son tour, tirer le bilan de la première année de Moetai Brotherson et de son gouvernement.
 
Deux candidats polynésiens sont présents sur une des 38 listes pour les élections européennes qui se tiendront le 8 juin prochain : Moerani Frébault, qui se présente sur la liste “Besoin d'Europe”, d’obédience macroniste, avec en tête de liste Valérie Hayer, et Éric Minardi, qui soutient la liste du Rassemblement National, “La France revient”, de Jordan Bardella.
 
Ce vendredi matin, le parti de Teva Rohfritsch avait convoqué la presse dans les locaux de son parti, Ia Ora Te Nunaa, fondé en décembre 2022 avec Nicole Bouteau, pour annoncer son soutien au candidat marquisien. “Tout d'abord, c'est l'occasion de rappeler que le parti est toujours en vie et qu'il continue à s'installer, contrairement à ce que certains avaient prédit”, s'est-il amusé en préambule, avant d’aborder le sujet de la campagne des élections européennes. Conscient que cet appel aux urnes n'a jamais soulevé les foules au Fenua, il a tenu à rappeler l'importance de l'élection et son envie d'inciter les jeunes à voter pour la liste macroniste, dont le curseur politique s'étire, selon lui, “du centre gauche au centre droit”.C'est vrai que les Polynésiens ne se déplacent pas beaucoup pour ces élections, mais soutenir notre liste permettra à un Polynésien [Moerani Frébault, NDLR] de porter nos couleurs au sein de l'Europe, ainsi que nos attentes et nos besoins”, a défendu l'ancien vice-président du gouvernement Fritch et actuel sénateur affilié RDPI. “Nous avons beaucoup d'ambition avec cette liste, d'autant que si nous appelons à se mobiliser, c'est pour montrer que les Polynésiens sont autonomistes.”
 
“Augmenter les fonds disponibles pour la Polynésie
 
À ses côtés, son poulain, Moerani Frébault, qui occupe le poste de directeur général des services à la mairie de Hiva Oa depuis quatre ans. “J'ai tenu à m'engager pour pouvoir défendre les problématiques de la Polynésie, qui sont complexes et spécifiques", a-t-il annoncé après avoir été introduit par l'un de ses principaux soutiens et avant de se lancer dans l'énumération des nombreux investissements européens faits en Polynésie depuis 1959 : “Le Fonds européen de développement (FED) a investi plus de 18 milliards de francs, la Banque européenne d'investissement, c'est plus de 15 milliards. Et c'est sans compter les différents programmes thématiques régionaux qui sont menés sur le territoire, les actions concrètes de soutien à des associations locales, le programme Erasmus. Le bilan est très concret.”
 
Ainsi, le candidat à l'Europe espère pouvoir faire grimper l'enveloppe du FED, de 3,7 milliards pour la période 2021-2027 à 5,5 milliards pour la prochaine période 2027-2031. “Nous souhaitons augmenter les fonds disponibles pour la Polynésie”, confirme-t-il. “Tout comme nous souhaitons élargir le dispositif de financement d'Erasmus pour les déplacements d'étudiants dans le bassin Pacifique.”
 
Quant à Teva Rohfritsch, pour lui, il ne fait aucun doute qu'en Polynésie, les élections européennes se joueront entre Frébault et Minardi. Par ailleurs, le sénateur a confirmé qu'à l'heure actuelle, aucun accord n'était à prévoir quant à la création d'une plateforme autonomiste au Fenua.
 

Le bilan d'un an : "Tout ça pour ça"

Teva Rohfritsch a également profité de l'occasion pour donner à son tour son avis sur le bilan d'un an de Moetai Brotherson et de son gouvernement. Pour le sénateur, tout se résume en une phrase : "Tout ça pour ça". "Je suis stupéfait, autant par le fond que par la forme. Il a voulu communiquer, pour finalement nous dire que tout prend du temps et que c'est normal que son bilan soit vide. Mais dans ce cas, pourquoi faire un bilan, si ce n'est pour occuper la scène médiatique et se mettre en avant ?"

Ce qui préoccupe notamment l'ancien vice-président, c'est la "cohérence" des actions et des volontés du gouvernement. "On veut tout tripler : pêche, tourisme, perle... Mais derrière, comment on fait ? Pour avoir rencontré beaucoup d'acteurs de l'administration, qui sont le bras armé du gouvernement, ils n'ont aucune idée de l'arsenal administratif que le Pays souhaite développer, beaucoup s'interrogent." D'autant que, d'après lui, les caisses de l'exécutif sont pleines à craquer. "Jamais il n'y a eu autant d'argent sur les comptes". Une situation à mettre au crédit de l'inaction du gouvernement, selon lui. "La TVA rentre tous les mois, ça se compte en dizaines de milliards de francs. Si on continue à ne rien faire, on prend l'argent de la poche des Polynésiens pour rien".
 

Rédigé par Thibault Segalard le Vendredi 24 Mai 2024 à 16:37 | Lu 2141 fois