Tahiti Infos
Tahiti Infos Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie française. Tel: 40 43 49 49



Des habitants de Mahaena manifestent contre les extractions en rivière



Des pancartes explicites brandies ce vendredi matin devant les portes du Palais de justice de Papeete.
Des pancartes explicites brandies ce vendredi matin devant les portes du Palais de justice de Papeete.
PAPEETE, le 19 septembre 2014. Des propriétaires terriens de la vallée de la Tevaifaara, une rivière de Mahaena sur la commune de Hitiaa O Te Ra (côte Est de Tahiti) se sont rendus, en nombre, au Palais de Justice de Papeete, ce vendredi matin, pour soutenir deux des leurs convoqués devant le juge des référés. Les deux hommes étaient cités au tribunal pour avoir bloqué le passage d’une servitude aux camions et aux engins d’une société effectuant des opérations d’extraction de matériaux dans le lit de la rivière Tevaifaara. A l’extérieur du tribunal des banderoles et des pancartes étaient déployées pour dénoncer ces extractions dans les rivières de Polynésie.

Lors de l’audience devant le juge des référés, l’avocat de la société autorisée par le Pays à procéder à ces extractions, a indiqué que ces blocages à répétition créaient un préjudice pour la société exploitante. Il réclamait une astreinte à payer suffisamment importante pour dissuader quiconque à l’avenir de tenter «de se faire justice soi-même». Ce n’est pas la première fois, en effet, que des propriétaires riverains gênent le passage des engins le long de cette rivière de Mahaena. Le 6 février 2014 déjà, la justice avait fait injonction à un riverain de retirer le dispositif qu’il avait mis en place empêchant l’accès jusqu’à la rivière. L’avocat sous-entendait par ailleurs que le mobile de la défense de l’environnement avancé par les meneurs de cette fronde contre les extractions était fallacieux. Qu’il y avait aussi des ambitions politiques cachées derrière ces enjeux. «Les gens doivent savoir dans quoi on les embarque. Beaucoup participent, pétitionnent pour la sauvegarde de la nature mais ils sont dirigés par ces deux messieurs».

De leur côté, les riverains qui se sont constitués depuis peu en Syndicat des propriétaires et des exploitants agricoles de Mahaena (Haamaitai ia Mahaena) ont exigé une remise en état de leur terre. Pour eux, les extractions sous prétexte de curage menés dans la rivière, ont largement dépassé les limites autorisées. «On est là pour défendre notre cadre de vie. Nous avons été de bonne foi, on a essayé de discuter avec la société, maintenant on nous attaque en justice» a expliqué Peter Heduschka. Ils mettent en avant qu’un chemin d’accès à la rivière a été réalisé sur leurs terres sans qu’aucune autorisation n’ait été délivrée et que des arbres fruitiers et d’autres plantations ont été détruites. «Nous sommes aujourd’hui face à la nécessité que l’entreprise arrête d’utiliser nos terres» poursuivait Peter Heduschka. La décision a été mise en délibéré au mardi 23 septembre.

Rédigé par Mireille Loubet le Vendredi 19 Septembre 2014 à 15:35 | Lu 1389 fois







1.Posté par POTI le 19/09/2014 17:02 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

La vallée de Tevaifaara à Mahaena était l'une des plus belles vallées de Tahiti, un paradis pour les randonneurs. Depuis trois ans l'association des habitants a créé dans cette vallée, avec l'aide de IJSPF (Institut Jeunesse et Sports) un parcours de raid, qu'ils ont ouverts en saccageant la vallée avec des bulldozers, un vrai massacre. Et aujourd'hui ils parlent de protection de la nature? C'est vraiment l'hôpital qui se fout de la charité.

2.Posté par Kaddour le 20/09/2014 07:14 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Pour en rajouter une couche à ce que dit @Poti (P1)...
Les "écolos" propriètaires sont les premiers à demander des routes pour accéder à leurs terrains alors qu'ils n'étaient accessibles qu'à pied ou à cheval. ET quand la route est faite, tous les moyens sont bons pour bloquer l'accés à tous les "étrangers" qui viennent troubler leur quiétude... Au nom de l'écologie of course !!!
Ces pistes, ou routes sont payées par la collectivité, Elles devraient donc rester à la disposition de la collectivité...

3.Posté par simone grand le 20/09/2014 08:20 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ce n'est pas parce qu'après avoir saccagé des personnes se sont rendues compte de leur erreur qu'il faut continuer à saccager. De toute manière ça suffit de détruire les rivières
Simone Grand

4.Posté par Vahineura le 22/09/2014 09:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Je suis tout à fait d'accord avec Simone Grand. Il faut arrêter de puiser sur les plages, dans les rivières... et même les montagnes. Il y a aussi les remblais côté mer.... Observer du côté de la plage de Maui à Vairao... ou du côté de Faaone.

5.Posté par Neo neo le 22/09/2014 13:37 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Que tous ceux qui sont contre les extractions arrête de faire des maison en béton et ne doivent plus circuler sur des route goudronné, comme sa ils auront la conscience tranquille.

Signaler un abus

Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 23 Septembre 2021 - 21:50 ​L'exception Makemo sur l'électricité

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués | Concours d'écriture - Salon du Livre 2019 | Concours d'écriture - Salon du Livre 2020 | Coronavirus | Divers