Tahiti Infos

Delta Air Lines s'annonce trois fois par semaine en décembre à Tahiti


(Joe Scarnici / AFP)
(Joe Scarnici / AFP)
Tahiti, le 29 juillet 2022 – Alors qu'elle ne dispose pas encore d'autorisation d'exploitation ou d'approbation de son programme de vols, la compagnie Delta Air Lines vient déjà d'annoncer les horaires de ses trois vols par semaine entre Los Angeles et Tahiti-Faa'a à partir du 17 décembre 2022.
 
Delta Air Lines n'aura pas perdu de temps. Alors que nous annoncions dans notre édition de vendredi que la compagnie aérienne américaine avait récemment sollicité le Pays pour desservir la Polynésie française, celle-ci a communiqué dans la même journée ses premières offres en vols directs entre Los Angeles et Tahiti-Faa'a. Même si la compagnie est encore soumise à la délivrance d'une approbation de ses programmes d'exploitation par la Polynésie française, Delta s'annonce d'ores et déjà au fenua à compter du 17 décembre 2022.
 
La quatrième plus importante compagnie au monde annonce donc déjà trois vols par semaine les mardis, jeudis et samedis à 11h10 au départ de Los Angeles pour une arrivée à 18h10 à Tahiti-Faa'a, et à 20h10 au départ de Tahiti-Faa'a pour une arrivée à 6h40 le lendemain à Los Angeles. Delta Air Lines annonce également vouloir utiliser un Boeing 767-300ER sur ce vol, d'une capacité de 226 sièges répartis en 26 sièges Delta One (en classe affaires), 35 sièges Comfort+ (économie d'espace supplémentaire pour les jambes) et 165 sièges en cabine principale (économie). Les différents sites spécialisés relayant l'information insistent néanmoins sur "l'obsolescence" des sièges de classe affaire Delta One, précisant que si certains 767 de la compagnie ont fait peau neuve, Delta Air Lines n'avait pas annoncé si elle prévoyait d'exploiter ses avions modernisés sur la ligne Los Angeles-Tahiti.
 
En attente d'autorisation du Pays
 
"Nous devons l'admettre : nous ne l'avons pas vu venir", commentait vendredi l'un des sites spécialisés publiant l'information. Et pour cause, la compagnie américaine n'a toujours pas obtenu à l'heure actuelle d'autorisation d'exploitation du Pays. Sur ce point, l'accord de "ciel ouvert" conclu en 1998 entre la France et les États-Unis permet a priori à une compagnie américaine de s'implanter facilement et sans restriction en Polynésie française. À ceci près que cet accord prévoit des conditions de "justes et égales concurrences" et porte un intérêt particulier sur le contrôle de "l'existence de pratiques de concurrence déloyale par une ou plusieurs entreprises de transport aérien (américaine) affectant négativement une ou plusieurs entreprises de transport aérien (française)".
 
Plus près de nous, les compétences de la Polynésie française sont "très limitées en matière d'octroi d'autorisations d'exploitation des vols internationaux", dixit l'avis de l'autorité polynésienne de la concurrence sur le transport aérien publié en 2018. Et elles le sont encore moins avec des compagnies américaines, en raison de cet accord de ciel ouvert avec les États-Unis. En revanche, c'est bien au Pays qu'il revient d'approuver les programmes d'exploitation des vols internationaux. Et sur ce point, une délibération de 2002 dispose que "l’autorisation d’exploitation est délivrée (...) au regard de l’opportunité des services aériens projetés compte tenu du réseau existant et de ses apports à l’offre de transport aérien". Or, comme nous l'indiquions dans notre édition de vendredi, la possible arrivée de cette nouvelle compagnie n'est pas sans poser certaines difficultés pour le gouvernement : nouvelle concurrence pour Air Tahiti Nui, saturation des capacités de l'aéroport de Tahiti-Faa'a et de l'offre hôtelière… La délibération de 2002 donnerait donc potentiellement au Pays la capacité de restreindre l'accès au marché polynésien. Même si l'autorité polynésienne de la concurrence relevait, toujours dans son avis de 2018, que ces critères d’octroi des autorisations d’exploitations n'étaient pas assez précis et recommandait d'ailleurs d'en limiter la notion…
 

Rédigé par Antoine Samoyeau le Vendredi 29 Juillet 2022 à 13:07 | Lu 6050 fois