Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49


Délimitation maritime d'exploitation minière: la Communauté du Pacifique Sud prête son concours à Fidji



Délimitation maritime d'exploitation minière: la Communauté du Pacifique Sud prête son concours à Fidji
La CPS prête son concours aux pays de la région sur les dossiers de la délimitation maritime et de l’exploitation des ressources minérales des fonds marins

Mme Retata Nikuata-Rimon, Haut-Commissaire de Kiribati aux Fidji, a remercié le Secrétariat général de la Communauté du Pacifique pour l’assistance qui a été offerte à son pays atoll sur les dossiers de la délimitation maritime, de l’hydrographie, de la cartographie marine et de l’exploitation minière des grands fonds marins.

Mme Nikuata-Rimon a déclaré que l’exploitation minière des grands fonds marins « suscite un intérêt croissant dans la région, car elle ouvre de nouvelles perspectives de développement social et économique, mais nous devons rester attentifs aux éventuels impacts écologiques ».

Mme Nikuata-Rimon a formulé ces observations à l’occasion de la quarante-deuxième session du Comité des représentants des gouvernements et administrations (CRGA), qui se tient du 12 au 16 novembre, au siège de la Communauté du Pacifique Sud (CPS) , à Nouméa.

Le CRGA est le comité plénier de l’organe directeur de la CPS, la Conférence de la Communauté du Pacifique, qui se réunit tous les deux ans.

Sept États et Territoires insulaires océaniens (Îles Cook, Kiribati, Nauru, Niue, Tokelau, Tuvalu et Îles Marshall) ont signé un total de huit traités de délimitation maritime lors du Sommet du Forum des Îles du Pacifique, qui s’est tenu cette année à Rarotonga, aux Îles Cook.

En outre, Kiribati, les Îles Marshall et Nauru ont conclu un traité trilatéral sur un point de tri jonction, où convergent les zones économiques exclusives (ZEE) des trois pays signataires. La Division géosciences et technologies appliquées (SOPAC) a aidé les pays à fixer ensemble leurs limites maritimes communes, en travaillant à leurs côtés, ainsi qu’avec le concours de la Division pêche, aquaculture et écosystèmes marins de la CPS et de l’Agence des pêches du Forum (FFA). Fruit de nombreuses années d’effort, la conclusion des traités a nécessité des négociations parfois très délicates entre les membres. La signature de ces huit traités porte à un peu moins de 30 le nombre total de traités de délimitation maritime, pour un total de 48 limites maritimes.

La reconnaissance de ces accords sur les limites et les zones maritimes dans le droit national et le droit international, comme le prévoit la Convention des Nations Unies de 1982 sur le droit de la mer (UNCLOS), jette les bases d’une meilleure gouvernance, protection, conservation et gestion des ressources relevant de la juridiction de l’ensemble des pays signataires.

En levant des zones d’ombre, ces traités précisent le tableau juridique et les compétences applicables à chaque zone et offrent un cadre plus précis et sûr pour la gestion de l’espace maritime du Pacifique, notamment pour l’activité halieutique, la protection du milieu marin, la recherche en mer et la gestion et l’exploration des ressources naturelles, telles que les ressources minérales marines profondes.

Avec le concours financier de l’Union européenne, la Communauté du Pacifique Sud ( CPS) a mis au point cette année un Cadre législatif et réglementaire sur les ressources minérales marines profondes. Cette initiative ne pouvait mieux tomber puisque les États et Territoires insulaires océaniens portent un intérêt croissant à l’exploration minière des grands fonds marins. Ce Cadre constitue un guide sur lequel les pays peuvent s’appuyer pour légiférer à l’échelon national et mettre à l’étude les questions de politique générale et de développement associées à l’exploration des ressources minérales marines profondes se trouvant dans leur ZEE. De nombreux pays ne se sont pas encore dotés d’une législation nationale sur l’exploration minière des grands fonds marins, un vide que le Cadre vient combler.


Rédigé par Secrétariat général de la Communauté du Pacifique le Mercredi 14 Novembre 2012 à 04:32 | Lu 549 fois





Dans la même rubrique :
< >

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués