Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49


Coopération éducative : renforcement de l’intégration régionale des collectivités françaises en Océanie



Coopération éducative : renforcement de l’intégration régionale des collectivités françaises en Océanie
SUVA, jeudi 5 juillet 2012 – Le gouvernement français a signé mercredi une convention avec l’une des universités fidjiennes, la Fiji National University (FNU) en vue de favoriser l’intégration régionale et l’établissement de passerelles pour les étudiants des collectivités françaises du Pacifique (Nouvelle-Calédonie, Polynésie française, Wallis-et-Futuna).
Cette signature entre l’ambassadeur de France à Suva, Gilles Montagnier et le Vice-chancelier (Président) par intérim de la FNU, le professeur Paras Nath, porte en particulier sur le secteur technique, avec à la clé la fourniture d’aides financières, techniques et de matériel pédagogique.
À cette occasion deux véhicules Peugeot 307 (fournis grâce aux dispositions françaises en matière d’enseignement professionnel et technique) ont été livrés à cet établissement, à des fins d’apprentissage.
Un autre volet de cette coopération croissante concerne aussi la mise en place d’échanges réguliers d’étudiants et d’enseignants entre la FNU et divers établissements français de la zone.
L’objectif affiché de ces opérations est de « promouvoir l’intégration régionale », a souligné l’ambassadeur Montagnier mercredi.
« Le but c’est bien de promouvoir l’intégration régionale. Je pense que nos territoires ne peuvent pas éternellement vivre repliés sur eux-mêmes. Pour la (Nouvelle-) Calédonie, c’es très très bien engagé, il y a une coopération étroite et intense. Avec Wallis-et-Futuna, il y a des questions d’échelle qui se posent : d’un côté, vous avez 850 ou 900.000 habitants et de l’autre vous en avez 13.000. Mais quand on regarde bien une carte, il y a nécessairement une proximité culturelle, un mouvement naturel… Les Wallisiens passent forcément par Nadi », a-t-il indiqué en soulignant l’importance de la réciprocité de ces échanges.

Bernard Zier, Vice-recteur de Wallis-et-Futuna, se trouvait aussi cette semaine dans la capitale fidjienne, à la tête d’une délégation comprenant notamment Jean-Luc Balaarin (inspecteur de l’éducation nationale) et Joseph Makutu (proviseur du Lycée d’État de Wallis-et-Futuna.
Le groupe a, au cours de ce séjour d’une semaine, rencontré des interlocuteurs dans le milieu de l’enseignement, mais aussi effectué une visite de courtoisie au ministère fidjien des affaires étrangères, où les missionnaires, accompagné du diplomate français basé à Suva, ont été reçus par Mme Litia Mawi, ambassadrice itinérante pour le Pacifique.
« Je suis très heureuse que, malgré la barrière de la langue, les habitants de Wallis-et-Futuna tendent la main à travers le Pacifique à leurs voisins anglophones », a déclaré la diplomate.
Plusieurs établissements scolaires en Nouvelle-Calédonie et plus récemment à Wallis-et-Futuna, ont multiplié, ces dernières années, des séjours exploratoires et d’études à Fidji.
Ce fut notamment le cas, depuis l’an dernier, d’élèves du lycée d’État de Wallis-et-Futuna et de la section BTS Assistant de Manager du lycée La Pérouse de Nouméa, qui ont effectué une série de stages au sein de plusieurs entreprises locales, dans des domaines techniques comme la vente, dans des secteurs de l’agroalimentaire (sièges régionaux de Coca Cola et Goodman Fielder, entreprises Punjas) ou du matériel de quincaillerie et de construction (Vinod Patel).
Du point de vue français, l’avantage de ces stages à Fidji est tout- aussi bien l’acquisition d’expériences professionnelles que l’immersion dans un environnement anglophone, mais à la fois proche culturellement.
L’expérience wallisienne à Fidji et les premiers séjours d’élèves du second degré devrait être renouvelée et étendue : de 17 élèves, le contingent devrait passer au cours des mois à venir à 35, a confié M. Zier, qui parle de « conforter la coopération » avec des « partenariats forts », aussi bien au niveau des échanges d’élèves que d’enseignants.

D’autres accords dans les tuyaux

Ces échanges entre établissements de la région devraient se poursuivre au cours des mois à venir : une série d’accords entre la France et l’Université du Pacifique Sud (USP, à vocation régionale basée à Suva) est actuellement en préparation.
Ces accords concernent notamment un programme de surveillance des effets des changements climatiques sur les coraux des récifs fidjiens, ainsi que l’élaboration de modules d’enseignement de l’histoire prenant en compte « le patrimoine commun » précolonial des insulaires de cette région du Pacifique.
« Nous souhaitons collaborer tout autant avec l’Université du Pacifique Sud qu’avec l’Université Nationale de Fidji », confiait mercredi M. Montagnier.

Rédigé par PAD le Mercredi 4 Juillet 2012 à 23:48 | Lu 619 fois




Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués