Tahiti Infos

Confinement : une circulation controlée


Tahiti, le 15 août 2021 - Messes ou achats de première nécessité, il était possible de circuler aujourd’hui pour la première journée de confinement au fenua depuis quinze mois. De leur côté, les mutoi ont verbalisé chaque personne contrôlée sans attestation de déplacement. Les hôpitaux étant toujours en grande difficulté, le haut-commissaire n'exclut pas la possibilité d'un confinement renforcé. 
 
Ce dimanche 15 août, les catholiques célébraient la fête de l'Assomption. Il s'agissait aussi de la première journée de confinement depuis le 21 mai 2020. L'évolution épidémique foudroyante des dernières semaines avait poussé l'État et le Pays à annoncer mercredi un couvre-feu appliqué sur l'ensemble du fenua ainsi qu'un confinement le dimanche pour les îles de Tahiti et Moorea. À travers un arrêté, le haut-commissariat était venu apporter samedi des précisions relatives aux annonces énoncées trois jours plus tôt.

Samedi, le haut-commissaire précisait ainsi que l'attestation de déplacement dérogatoire pour la journée de confinement du dimanche permettait de se déplacer pour effectuer des achats de première nécessité, notamment dans les commerces alimentaires ou pour le retrait de commandes au plus proche de son domicile. L'accès aux marchés alimentaires était également autorisé, sous réserve de respecter les protocoles sanitaires prévus par la réglementation : limiter la capacité d'accueil permettant de réserver 4 m2 par personne, dans la limite de 500 personnes maximum. 

Éviter les rassemblements
 
Des gens peuvent se demander pourquoi on a maintenu le marché aujourd'hui en période de confinement. Mais il faut aussi que les gens puissent vivre, s'acheter des produits et que les producteurs puissent écouler leurs stocks. Ça a été fait sérieusement”, a indiqué le haut-commissaire, Dominique Sorain, en visite au marché de Papeete ce matin. Estimant que le protocole mis en place permettait d'éviter une trop grande promiscuité, le représentant de l'État a tenu a rappeler les comportements à adopter : “Il faut éviter les regroupements, porter le masque, respecter les gestes barrières. Je me répète, c'est quand on se regroupe que le virus se transmet”.

Le haut-commissaire a d'ailleurs justifié le choix d'interdire l'accès aux plages par ce souci de rassemblement. “Je sais que c'est un problème, mais c'est l'une des mesures fortes. Il ne faut pas se le cacher, il y a des regroupements sur les plages, surtout le dimanche. Je sais que c'est embêtant et que l'on demande encore des sacrifices à la population, mais c'est nécessaire pour sortir de cette crise”.

Amende à 16 100 Fcfp
 
Pour sortir de la crise sanitaire, la consigne apportée aux unités de police déployées était simple : contrôler et verbaliser tous ceux n'ayant pas d’attestation dérogatoire de déplacement. En une demi-heure ce matin, la brigadier-cheffe Laina Opuu et ses hommes ont contrôlé plus d'une centaine de véhicules le long du boulevard Pomare IV. Parmi les véhicules arrêtés, une dizaine d'automobilistes se sont fait verbaliser, recevant une amende de 16 100 Fcfp. “Les personnes que l'on a verbalisé sont celles qui n'avaient pas d'attestation ou qui n'étaient pas prévues dans le cadre de l'arrêté du haut-commissaire” a expliqué Laina Opuu. “Dès aujourd'hui, c'est tolérance zéro. Le service de réanimation est saturé, il y a des décès par dizaines et des malades par centaines. On ne peut pas se permettre de laisser les personnes se promener librement”.
 
Vers un confinement étendu ? 
 
Je n'exclus pas d'avoir recours à un confinement renforcé, qui ne soit plus uniquement le dimanche” a signalé Dominique Sorain. Pour le représentant de l'État, les mesures de restrictions de circulation dépendront de l'évolution des hospitalisations. “C’est pour ça qu'on a interdit l'accès aux plages, et il faut respecter ces mesures. C'est ça qui va nous donner la possibilité de surmonter cette crise. Et puis je lance encore un appel à la vaccination. Le nombre de vaccinés augmente, mais il faut encore aller au-delà”.

“Une espérance au cœur du désespoir”

Hasard du calendrier, ce premier dimanche 2021 confiné est tombé un 15 août, jour de fête religieuse catholique de l'Assomption. Si les fidèles n'ont pas pu réaliser de procession, ils ont pu célébrer les eucharisties. “Je crois que c'est essentiel. Il faut absolument que nos églises restent ouvertes. C'est une espérance au cœur du désespoir. Les fidèles sont respectueux des consignes, au moins, voire plus que nos responsables. Je ne vois pas pourquoi on les priverait de l'église”, a déclaré hier Père Christophe devant la cathédrale Notre-Dame de Papeete. 
 
Soyez prudents et sages, mais n'ayez pas peur. Certes, il y a des morts et des personnes en réanimation parmi nos proches. C'est une vraie maladie dangereuse. Mais arrêtons de compter les morts et comptons les vivants. Ça sera beaucoup plus positif. L'espérance garde debout, c'est ça notre fête du jour”, a positivé l'homme d'église avant d'appeler lui aussi à la vaccination.

Rédigé par Etienne Dorin le Dimanche 15 Août 2021 à 21:26 | Lu 2797 fois