Tahiti Infos
Tahiti Infos Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie française. Tel: 40 43 49 49


Chikunguyna : 194 cas confirmés, 420 suspectés, 154 prélèvements en attente



PAPEETE, le 22 octobre 2014. Un communiqué de presse émanant de la Présidence de Polynésie fait état, ce mardi, des derniers chiffres officiels sur l'épidémie de chikungunya qui frappe la Polynésie française depuis une dizaine de jours : les 15 premiers cas confirmés ont été déclarés le 11 octobre dernier à Papeari. Au 21 octobre, il y avait 194 cas positifs de chikungunya, confirmés biologiquement, en Polynésie, sur 420 cas suspects testés, avec également des résultats d’analyse attendus pour 154 personnes. Aucun cas sévère de la maladie n’a été déclaré jusqu'à présent, en dépit de trois hospitalisations rapportées la semaine dernière par les autorités sanitaires.

Sur les 194 cas confirmés, 175 sont recensés sur l’île de Tahiti, principalement à Papeari (50 cas confirmés), mais aussi dans des communes de la zone urbaine (20 cas confirmés à Punaauia, 14 à Faa’a). L’épidémie ne concerne, pour l’heure, que très faiblement les archipels : un cas confirmé ayant été recensé à Bora Bora, aux îles Sous-le-Vent, tout comme à Raivavae, aux Australes. Sur l’île d’Apataki, toutefois, dans l’archipel des Tuamotu, le nombre de cas suspects est important (82), avec notamment 13 cas confirmés sur cette île : près d'un quart de la population de l'atoll aurait déjà été atteinte par le virus du chikungunya. Les services de santé à Papeete restent en contact permanent avec leurs antennes dans les îles pour détecter d’éventuelles apparitions de la maladie dans de nouvelles zones géographiques et pour aider au mieux les populations dans ce cas de figure, précise encore le communiqué de la Présidence de Polynésie.

Les principaux responsables des services et établissements de santé du Pays ont fait le point, ce mardi après-midi, sur l’évolution du chikungunya en Polynésie française. Réunis autour du Dr Patrick Howell et de la directrice de cabinet du Haut-commissaire, Marie Baville, il a été rappelé l’importance de la protection individuelle (usage de produits répulsifs, diffuseurs électriques, moustiquaires) et des actions de dégitage (supprimer les eaux stagnantes dans son jardin, vider les sous-pots et changer l’eau des vases, nettoyer les gouttières) que chacun, dans la population, doit mener pour évoluer dans un environnement sain. Ces gestes citoyens sont d’une importance capitale pour enrayer l’évolution de cette pathologie en Polynésie.

Rédigé par Mireille Loubet le Mercredi 22 Octobre 2014 à 17:08 | Lu 1123 fois







1.Posté par Maté le 22/10/2014 17:51 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

comment vont les patients atteints? et à quand les répulsifs en ppn car actuellement les prix flambent, les commerçants profitent du chikungunya pour se faire du blé sans se soucier de la population!!! Moi je conseille d'allumer des petits feux avec de la bourre de coco(répulsifs gratuits) autour de leur maison sans cramer la maison bien sûr!!!!

2.Posté par Mausy le 22/10/2014 19:14 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

194 cas 2 semaines après la découverte des 15 premiers (soit 13 fois plus), 154 cas encore en évaluation ; un constat s'impose : l'épidémie est bien installée.

C'était une évidence quand on a l'habitude de suivre les épidémie, celle du chikungunya en particulier. Ce virus a la particularité de se répandre très rapidement, d’où l'importance de bloquer les premier cas, ce qui, visiblement, a été entrepris tardivement à Tahiti.

Parce que "découvrir" 15 cas d'un seul coup dans une île déjà sous pression épidémique, le moins que l'on puisse dire, c'est qu'il n'y avait pas que les écoliers qui étaient en vacances cet été en Polynésie ...

Dernier bilan aux Caraibes/Amérique et enEurope : www.chikungunya.net

3.Posté par John Deuff le 23/10/2014 05:12 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Oui en effet, retard à identification de ce virus et retard dans le rendu de résultats. On est pas très performants... Et on est qu'on début...
Donc on est parti pour une nouvelle épidémie massive. Protégez vous, mais y passerez aussi...

4.Posté par Tehei le 23/10/2014 20:55 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

j'ai fais une petite dingogunya un peu zikée que j'ai soignée avec un peu de para c'est pas molle et de puis je me sens mieumieumieux ,je cours toute la journée , quand il fait nuit , et je dors tous les jours quand il fait nuit , ah oui , j'ai aussi subit trois gazages ,en règle , par des zombis venus d'ailleurs , tout de blanc vêtus ,avec des gros nez bizarres et ds pattes de canard , des ET , peut-être , et maintenant mon chien miaule et attrape les souris .... vertes §

Signaler un abus

Dans la même rubrique :
< >

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués | Concours d'écriture - Salon du Livre 2019 | Concours d'écriture - Salon du Livre 2020 | Coronavirus