Tahiti Infos
Tahiti Infos Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie française. Tel: 40 43 49 49


Catalogne: l'UE soutient Madrid mais appelle au dialogue



Strasbourg, France | AFP | mercredi 04/10/2017 - Madrid et Barcelone doivent renouer le "dialogue" pour sortir d'une crise née d'un référendum "illégal", a plaidé jeudi la Commission européenne, lors d'un débat au Parlement européen où les principales forces politiques ont exhorté le gouvernement catalan à ne pas proclamer l'indépendance.

"Il est grand temps de dialoguer, de parler, de trouver une voie en dehors de l'impasse et de travailler conformément à l'ordre constitutionnel espagnol", a insisté le vice-président de l'exécutif européen, Frans Timmermans.
Dans son intervention devant les eurodéputés - à l'occasion d'un bref débat "d'urgence", rajouté au dernier moment à l'ordre du jour de la session plénière à Strasbourg -, M. Timmermans a rappelé que l'UE considérait comme "illégal" le référendum d'autodétermination de dimanche, tout en déplorant les violences policières.
"Le gouvernement régional de Catalogne a décidé d'ignorer la loi en organisant le référendum", a relevé le représentant de la Commission, qui avait été critiquée ces derniers jours pour être restée trop longtemps silencieuse face à cette crise.
Or, "si la loi, le droit, ne vous offre pas ce que vous souhaitez, vous pouvez vous opposer à la loi, vous pouvez travailler pour modifier la loi, mais vous n’êtes pas en droit de l'ignorer", a lancé M. Timmermans à l'adresse des autorités séparatistes de Barcelone.
Concernant les violences policières de dimanche pour tenter d'empêcher les Catalans de prendre part au vote, il a observé que "la tâche de respecter et défendre l'Etat de droit" pouvait "parfois nécessiter un usage proportionné de la force". Pour autant, les images des violences de dimanche "nous ont beaucoup attristés", car "la violence ne résout rien en politique". 
 

- Plus grave que le Brexit -

 
Chez les eurodéputés, les chefs de file de trois des principaux groupes politiques du Parlement européen se sont montrés particulièrement critiques vis-à-vis des velléités d'indépendance catalanes.
Une déclaration unilatérale d'indépendance "constituerait une provocation de plus, cela ne ferait que jeter de l'huile sur le feu après le référendum inutile de dimanche", a ainsi jugé le leader des élus socialistes, Gianni Pittella.
"Je ne pense pas qu'il soit dans l'intérêt de vos concitoyens de poursuivre dans ce séparatisme à tout prix", a renchéri le libéral Guy Verhofstadt, à l'attention des dirigeants catalans. "Déclarer l'indépendance sur la base d'un référendum défaillant, c'est totalement irresponsable".
"Qui quitte l'Espagne, quitte l'Union européenne, la zone Schengen, la zone euro. Est-ce là vraiment dans l'intérêt des Catalans?" a interrogé de son côté Manfred Weber, le chef de file des élus conservateurs.
Le président indépendantiste catalan, Carles Puigdemont, doit prononcer un discours mercredi à 21H00 (19H00 GMT). M. Puigdemont a déjà dit que son gouvernement s'apprêtait à déclarer l'indépendance "à la fin de la semaine ou au début de la semaine prochaine".
Sur les bancs des Verts et de l'extrême gauche, le ton était beaucoup plus critique vis-à-vis de Madrid.  
Pour le chef de file des élus écologistes Philippe Lamberts, Madrid "a choisi le déni" face à "l'insatisfaction manifeste d'une majorité de citoyens de Catalogne quant au statut de leur région". "Au fil des ans, ce refus obstiné de tout dialogue a mené à des actions unilatérales, certes, mais pacifiques, dont rien, absolument rien, ne peut justifier la répression violente à laquelle nous avons assisté", a-t-il martelé.
Pour autant cette crise, "bien plus que le Brexit, peut mettre à mal l'esprit même de l'intégration européenne", a encore mis en garde l'élu belge. 
Le gouvernement espagnol doit "cesser son escalade", a renchéri le communiste français Patrick Le Hyaric. "Oui, ce référendum est illégal, mais on ne peut pas ignorer l'aspiration démocratique des Catalans!".

le Mercredi 4 Octobre 2017 à 06:19 | Lu 252 fois




Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués | Concours d'écriture - Salon du Livre 2019 | Concours d'écriture - Salon du Livre 2020 | Coronavirus