Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49


Carnet de voyage - Marion-Dufresne tué et mangé par les Maoris



Un monument à la mémoire du navigateur français tué par les Maoris a été édifié à Bay of Islands, à l’endroit où il aurait été tué.
Un monument à la mémoire du navigateur français tué par les Maoris a été édifié à Bay of Islands, à l’endroit où il aurait été tué.
NOUVELLE-ZELANDE, le 29 décembre 2016. Histoire - 12 juin 1772, côtes de la Nouvelle-Zélande : le navigateur français maloin Marc-Joseph Marion-Dufresne (47 ans), un autre officier de son expédition et onze hommes d'équipage se rendent à terre sans méfiance… Voilà plusieurs semaines que le navigateur sympathise avec les Maoris. Il est en confiance, loin de se douter qu’un comité d’accueil l’attend…

Depuis le 4 mai, deux bateaux, le “Mascarin” (commandé par Dufresne) et le “Marquis de Castries” (commandant : Ambroise du Clesmeur, 22 ans) mouillent dans Bay of Islands où les hommes d'équipage se refont une santé et où les navires font l'objet de grosses réparations.
Malgré la méfiance initiale des Maoris, tout se passe très bien entre les visiteurs et les indigènes, au point que ceux-ci leur indiquent même quels arbres, des kauris, ils peuvent abattre pour changer certains de leurs mâts. Ces arbres sont sacrés, mais ceux qui sont désignés ne sont pas frappés de "tapu". A terre, l'expédition française établit trois camps, l'un à Waipao (île de Moturoa) pour les malades et l'infirmerie, le second dans les terres, à trois kilomètres du rivage, pour couper des arbres et fabriquer des mâts et des vergues, et un troisième, simple relais sur la côte entre les deux premiers camps.

Marion-Dufresne intronisé “chef maori”

L'entente est plus que cordiale entre les étrangers et les locaux, puisque les chroniques d'alors font état du fait que les chefs Maoris couchaient volontiers à bord des navires, tandis que Marion¬-Dufresne et ses officiers aimaient se reposer à terre. On travaillait ensemble, on s'amusait ensemble, on festoyait ensemble et tout le monde circulait dans la plus grande des libertés, sous le contrôle des chefs Tacouri (ou Takuri) et Pikiore. Le 8 juin, Takuri alla même jusqu'à introniser Marion-Dufresne au sein de sa tribu : une grande cérémonie maorie fut organisée, au terme de laquelle le navigateur français devint un membre à part entière de la tribu de Takuri ; il se vit alors, reconnaissance suprême, coiffé des quatre plumes blanches de chef.

Si le commandant de l'expédition française vivait sur un petit nuage, ayant ici rencontré les bons sauvages décrits par Jean-Jacques Rousseau, les visiteurs ne voyaient pas que, malgré tout ces bons sentiments et même cette reconnaissance de Dufresne comme Maori à part (presque) entière, leur présence s'éternisait, alors que l'hiver battait son plein et que les ressources des clans s'amenuisaient.

Ils ne pouvaient pas non plus comprendre qu'une multitude de “tapu” régulait la vie des hommes et des femmes de la “Terre du long nuage blanc” (Aotearoa) et que marcher ici, pêcher là, rire ici, dormir là, pouvait, en réalité, être des gestes sacrilèges.

Querelles, frictions, humiliations…

Des tensions s'étaient fait jour comme la fois où des Français attachèrent un chef pour récupérer un mousquet. Dufresne rétablit l'ordre, mais l'humiliation avait été vécue et ressentie comme telle. L’officier Du Clesmeur, malgré son très jeune âge, avait gardé les pieds sur terre, et ne cessait de mettre son commandant en garde et de lui demander de lever les ancres.

De querelles, on en vint très vite à des faits plus graves, au point que même Dufresne l'utopiste fit arrêter un Maori. Pire, des Français, sans autorisation, utilisèrent une grande pirogue d'une quarantaine de mètres qu'ils jugèrent pratique pour leurs travaux. L'embarcation avait, sans doute, des usages précis (la guerre ou des cérémonies) et l'irrespect des Français suscita une telle colère que ces derniers ne purent utiliser le bateau que sous la menace de leurs mousquets.

La période de grâce était terminée, les marins le comprirent, mais ils n'avaient pas été assez vite dans leurs travaux de réparation ; il leur manquait encore quelques arbres, et les camps, face aux menaces, durent être gardés et même fortifiés. De territoire ami, on était passé en territoire ennemi.

Prévenu qu’il allait être tué

Malgré ces signes avant-coureurs d'un désastre, Marion¬-Dufresne continuait à se rendre à terre, ce qu'il fit le 12 juin avec un groupe de ses hommes pour chasser et pêcher. Il n'avait pas pris de gardes armés avec lui et personne ne s'inquiéta à bord de son absence au soir, puisque le commandant dormait souvent à terre dans l'un des camps.

Prévenu avant de parvenir sur le rivage par un indigène que Takuri allait le tuer s'il posait le pied à terre, Dufresne balaya la menace et débarqua donc le 12 juin, confiant en sa bonne étoile et en son statut de chef maori. Il n'eut sans doute que le temps de comprendre qu'il était tombé dans une embuscade. Les Maoris étaient armés et leurs casse-tête firent merveille face à des hommes totalement surpris, qui furent soit enlevés et tués au village, soit massacrés sur place.

Le lendemain, d'autres marins débarquèrent pour faire du bois et de l'eau. Ils étaient onze à bord d'une chaloupe du “Marquis de Castries” et aucun ne revint ; plus exactement un homme parvint à s'échapper et à nager en direction des navires au mouillage ; repéré, il fut sauvé, gravement blessé à la cuisse, les autres étant sauvagement tués. Les explications du rescapé ouvrirent enfin les yeux des équipages et de leurs officiers. Marion Dufresne avait été tué, comme ceux de la chaloupe.

Sauver les hommes encore à terre

Les jours suivant, pour les narguer, les Maoris exhibèrent leur butin : des armes et des vêtements ayant appartenu aux hommes des deux chaloupes, dont les vêtements de Marion¬-Dufresne et ses armes.

Il ne fut plus alors question que l'aller sauver les équipages encore à terre dans les camps, et donc très vulnérables face à une attaque possible de plusieurs centaines de Maoris.

Un officier prit la tête d'une petite expédition ; ils dégagèrent Julien Crozet, coincé au camp des mâts et le même Crozet organisa le repli de cette colonne, qui se fit sans incident.

Malgré tout, lorsqu'ils embarquèrent pour regagner les navires, ils subirent une attaque massive des Maoris à laquelle ils répliquèrent avec leurs mousquets, tuant un certain nombre de leurs agresseurs. Profitant du répit provoqué par l'efficacité de leurs armes à feu, les Français repartirent immédiatement sur l'île pour évacuer le camp des malades.

Vengeance : plus de 60 Maoris tués

Le 14 juin, une opération commando fut montée contre un village fortifié, le “pa” de Pikiore. Le village fut rasé et brûlé, plus de 60 Maoris tués. Un autre groupe armé débarqua sans crier gare chez Takuri. Mais il n'y avait plus personne. Les marins se résolurent à brûler le village après l'avoir pillé et c'est là qu'ils firent l'atroce découverte des restes humains cuits et partiellement mangés. Takuri avait eu le temps de s'enfuir, mais pas de cacher les preuves du sort qu'il avait réservé à ses ennemis. D'ailleurs voulait-il les cacher, sachant que ce spectacle contribuerait à les effrayer et à les faire peut-être partir au plus vite ? C'est ce que les Français avaient de mieux à faire, mais ils étaient dans l'incapacité de mettre les voiles, les réparations sur les navires étant loin d'être terminées. Dès lors, s'engagea une course contre la montre, les Français travaillant nuit et jour à la préparation des deux bateaux et les Maoris les guettant pour les tuer.

Prise de possession de la France australe

Finalement, Du Clesmeur, le commandant du “Marquis de Castries”, fit lever les ancres le 12 juillet 1772, soit un mois après le massacre du chef de l'expédition et un peu plus de deux mois après l'arrivée des navires à Bay of Islands. Moturoa fut rebaptisée (bien vainement et inutilement) “île de Marion”, une bouteille fut enterrée à terre pour prendre possession du pays baptisé “France australe” (là encore, de manière bien dérisoire) et les deux bateaux firent voile vers Guam sans plus perdre de temps, pour arriver dans le courant du second trimestre à l'île de La Réunion, avec 27 hommes perdus en Nouvelle-Zélande, dont le chef de l'expédition.

Cette mort tragique détourna durablement la France de la Nouvelle-Zélande, pays jugé dangereux et ne méritant pas de s’y établir, compte tenu de la cruauté et de la sauvagerie des Maoris…

Daniel Pardon

Sur la plaque commémorative, en Nouvelle-Zélande, le nom du Français est orthographié à l’ancienne, Marion du Fresne.
Sur la plaque commémorative, en Nouvelle-Zélande, le nom du Français est orthographié à l’ancienne, Marion du Fresne.

On ne connaît guère de portraits de Marion-Dufresne, et celui de la poste française est très stylisé.
On ne connaît guère de portraits de Marion-Dufresne, et celui de la poste française est très stylisé.

Grandes dates d’une courte vie

1724 : naissance à Saint Malo de Marc-Joseph Marion du Fresne (qui sera orthographié, plus tard, Marion-Dufresne, ou Marion Dufresne)
1735 : âgé de 11 ans, Marc-Joseph effectue son premier embarquement sur “Le Duc de Bourbon”, navire de la Compagnie des Indes, voguant pour Pondichéry.
1725 : Marion du Fresne décroche son brevet de capitaine. Il commande alors le navire corsaire “La Catin” et capture un navire anglais dans la Caraïbe.
21 octobre 1746 : obtention du brevet de lieutenant de frégate dans la Royale après avoir réussi à exfiltrer Charles Edouard Stuart d’Ecosse.
1760 : entrée dans la Compagnie des Indes comme premier lieutenant.
1756 : devient capitaine au sein de la Compagnie des Indes
1761 : fait chevalier de Saint-Louis. Part pour l’île Rodrigues, puis aux Seychelles avant de s’établir à l’île Maurice (ex Isle de France).
1771 : dissolution de la Compagnie des Indes, Marion du Fresne reste à Maurice où Pierre Poivre, intendant de la colonie, le charge de ramener Aoutourou à Tahiti.
18 octobre 1771 : l’expédition de Marion du Fresne quitte Port-Louis à Maurice.
13 janvier 1772 : le navigateur découvre les îles Marion et Prince-Edouard par 46° de latitude sud.
24 janvier 1772 : découverte de l’archipel de Crozet.

Durant sa navigation vers le sud, Marion-Dufresne découvrit plusieurs îles, dont Crozet, toujours française.
Durant sa navigation vers le sud, Marion-Dufresne découvrit plusieurs îles, dont Crozet, toujours française.

Ces deux timbres émis en hommage au navigateur montrent que l’orthographe de son nom demeure, aujourd’hui encore, imprécise : Marion Dufresne sur une vignette et Marion-Dufresne sur l’autre.
Ces deux timbres émis en hommage au navigateur montrent que l’orthographe de son nom demeure, aujourd’hui encore, imprécise : Marion Dufresne sur une vignette et Marion-Dufresne sur l’autre.

Un adepte de Jean-Jacques Rousseau

Marc-Joseph Marion du Fresne, né le 22 mai 1724 à Saint-Malo, et fervent adepte des théories du "bon sauvage" émises par Jean-Jacques Rousseau, a, sans l'ombre d'un doute, fini dévoré par ceux qu'il prenait pour ses amis.

Il n'avait que 47 ans, et une probable carrière exceptionnelle devant lui ; il avait déjà découvert les îles Crozet, l'île du Prince Edouard et le périple qu'il avait entrepris dans le Pacifique Sud, en venant de l'est (depuis l'océan Indien) et en allant vers l'ouest, s'annonçait riche en nouvelles découvertes, d'autant qu'esprit éclairé s'il en est, Marion du Fresne avait une approche très humaniste des peuples qu'il pouvait rencontrer. Mal lui en a pris.


Un village maori tel que ceux que fréquenta l’explorateur français ; les ressources étaient maigres et les partager avec les Français n’était pas simple.
Un village maori tel que ceux que fréquenta l’explorateur français ; les ressources étaient maigres et les partager avec les Français n’était pas simple.

Des “poissons ancêtres” cannibalisés ?

Pour expliquer le drame, l'hypothèse de l'abattage de kauris "tapu" ne tient pas, puisque les Maoris avaient eux-mêmes choisi les arbres que les Français pouvaient couper. Le navigateur a-t-il, sans le savoir, brisé un implacable autre “tapu” ? A-t-il commis une faute irréparable sans même s'en rendre compte ? Personne ne le saura jamais, même si certains affirment que des récoltes sur des bancs d'huîtres (Marion-Dufresne en était friand) peut-être “tapu” pourraient expliquer ce changement d'attitude des Maoris. D'autres hypothèses font état de pêches fructueuses dans une baie où, jadis, des Maoris auraient fait naufrage ; les poissons consommés par les Français auraient alors été, en quelque sorte, les ancêtres des Maoris, qui auraient vengé cet acte de cannibalisme envers leurs anciens par le massacre et la consommation des visiteurs sacrilèges.

Après la mort du chef de l’expédition, les équipages attaquèrent les Maoris pour venger les 27 hommes tués et dévorés.
Après la mort du chef de l’expédition, les équipages attaquèrent les Maoris pour venger les 27 hommes tués et dévorés.

Le retour manqué de Aoutourou

L'ancien capitaine de la Compagnie des Indes, jusqu'à sa dissolution en 1769, s'était établi à l'Isle de France. En 1770, Pierre Poivre, l'intendant de la colonie, qui a récupéré des membres de l'expédition de Louis-Antoine de Bougainville, souhaite renvoyer chez lui le Tahitien Aoutourou (Ahutoru de son vrai nom) que Bougainville avait amené jusqu'à Paris. Marion-Dufresne se propose de financer ce long voyage et pour cela, il arme deux bateaux, le "Marquis de Castries" (qu’il avait acheté sur ses fonds propres) et le "Mascarin", une flûte de la royale. Marion-Dufresne avait de l'argent et l'on sait qu'il se livrait aussi au lucratif commerce d'esclaves importés d'Afrique. Poivre lui donna son feu vert et lui fixa aussi pour mission d'explorer diverses terres, dont les terres australes découvertes prétendument par Gonneville, un marin de Honfleur plus d'un siècle auparavant.

L'expédition appareilla le 18 octobre 1771 de Port-Louis sur l'île de France (actuelle île Maurice). Mais Aoutourou mourra de la petite vérole (la variole) à Madagascar (le 7 novembre 1771 à 2 heures du matin) sans jamais revoir Tahiti, ce qui n'empêcha pas les deux bâtiments d'explorer le sud de l'océan Indien où ils découvrirent un certain nombre d'îles alors inconnues. En mars 1772, ils jettent leurs ancres en Tasmanie, mais faute de bois et d'eau, ils repartent vers leur destination fatale, la Nouvelle-Zélande où ils accostent quelques jours plus tard, prenant le temps d'explorer les côtes avant de choisir de s'installer à Bay of Islands pour réparer leurs navires, faire le plein de vivres frais et surtout guérir les malades du scorbut.

On doit une découverte spectaculaire à Marion-Dufresne, en 1768, celle de l’origine précise de la coco fesse, ou coco de mer, originaire des Seychelles (de l’île de Praslin très exactement), produite par un palmier (et non pas une plante sous-marine comme on le pensait à l’époque !). C’est la plus grosse graine du monde.
On doit une découverte spectaculaire à Marion-Dufresne, en 1768, celle de l’origine précise de la coco fesse, ou coco de mer, originaire des Seychelles (de l’île de Praslin très exactement), produite par un palmier (et non pas une plante sous-marine comme on le pensait à l’époque !). C’est la plus grosse graine du monde.

Le “Marion-Dufresne” au large de Port-aux-Français, aux Kerguelen. Le navire des Terres australes et antarctiques françaises porte le nom du découvreur de plusieurs îles du sud de l’océan indien, proches de l’Antarctique.
Le “Marion-Dufresne” au large de Port-aux-Français, aux Kerguelen. Le navire des Terres australes et antarctiques françaises porte le nom du découvreur de plusieurs îles du sud de l’océan indien, proches de l’Antarctique.

Rédigé par Daniel PARDON le Jeudi 29 Décembre 2016 à 08:48 | Lu 1976 fois





Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 13 Décembre 2018 - 12:20 Carnet de voyage - Dans les cimetières de Rimatara

Culture et Patrimoine | carnets de voyage | Journal des enfants | Les recettes | People | Actualité Santé | Environnement | Technologies