Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie française. Tel: 40 43 49 49



Brexit: l'UE tourne la page et met le cap sur les négociations avec Londres



Bruxelles, Belgique | AFP | vendredi 31/01/2020 - Malgré les regrets, les dirigeants de l'UE sont résolus à tourner la page du Brexit pour passer à l'étape suivante, celle des négociations sur la future relation avec Londres qui s'annoncent épineuses.

A quelques heures du départ historique du Royaume-Uni, premier pays à quitter l'Union après 47 ans d'adhésion, les chefs de l'UE ont exprimé leurs "émotions mélangées" vendredi et réaffirmé la "force de l'union", à "l'aube d'une ère nouvelle".
"Nous voulons avoir le meilleur partenariat possible avec le Royaume-Uni", a assuré la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen. 
"Mais il est clair qu'il y aura toujours une différence. Appartenir à l'Union européenne c'est quelque chose qui compte", a-t-elle aussi averti lors d'une conférence de presse, aux côtés des présidents du Conseil Charles Michel et du Parlement David Sassoli, le drapeau européen en arrière-fond.
Le drapeau britannique, lui, va flotter pour une dernière journée vendredi sur les institutions européennes jusqu'au départ du Royaume-Uni à minuit (23H00 GMT). Après ce Brexit "politique" s'ouvre une période de transition jusqu'à fin 2020 au cours de laquelle Londres et Bruxelles vont négocier leur future relation, notamment commerciale.
Chargé de mener ces discussions côté européen, Michel Barnier doit présenter lundi les priorités de son mandat et le modus operandi de cette seconde phase. Il doit rencontrer Emmanuel Macron vendredi en fin d'après-midi.
Boris Johnson doit également annoncer la semaine prochaine, peut-être dès lundi, son programme de négociation, qu'il entend boucler avant la fin de l'année.
 

- Pêche difficile -

 
Côté européen, le mandat de négociation doit être avalisé par le Parlement et les 27 Etats membres, avant que ne commencent officiellement les discussions début mars. Il portera sur le partenariat économique, en particulier l'accord de libre-échange, les questions de sécurité et l'encadrement juridique de cette nouvelle relation, en particulier en cas de litige.
L'entreprise s'annonce ardue: outre le court délai imparti, le gouvernement britannique affiche son droit à s'écarter des règles et normes européennes notamment en matière sociale et environnementale.
Or - les dirigeants européens n'ont de cesse de le répéter - l'accès au marché unique de l'UE et ses quelque 440 millions de consommateurs sera proportionnel au degré de respect de ces règles.
L'un des premiers sujets éminemment sensibles à régler sera celui de la pêche, et l'accès aux eaux britanniques pour lequel Londres entend bien faire monter les enchères, en particulier face aux inquiétudes des pêcheurs français et danois.   
En amont de ces discussions, les chefs de l'UE ont voulu afficher la "force de l'union". Le président du Parlement européen, l'Italien David Sassoli, a fustigé ceux "qui essayent d'affaiblir l'Union européenne" et de la "diviser", souhaitant que le Brexit soit l'occasion de réaffirmer les valeurs et les règles de l'Europe.
Ursula von der Leyen a cité Jean Monnet, père fondateur de l'Europe: "Je ne suis pas optimiste, je ne suis pas pessimiste : je suis déterminé".
Elle a souligné "l'élan politique" connu depuis le début de son histoire par l'UE et sa "puissance économique". "L'expérience nous a montré que la force ne réside pas dans un splendide isolement mais dans notre union unique" au monde, a-t-elle poursuivi, en référence à l'attitude des Britanniques.
Elle a dit "regretter" mais "respecter la décision du peuple britannique", soulignant qu'une nouvelle page" de l'histoire européenne s'ouvrait après le Brexit.
Alors que la journée de vendredi marque la fin de la participation du Royaume-Uni à toutes les institutions européennes, les derniers eurodéputés du Brexit Party ont quitté le Parlement européen au son de la cornemuse, brandissant un Union Jack.
"Si vous croyez dans la démocratie, suivez notre exemple", a exhorté l'un de ces élus, Rupert Lowe. "Nous ramenons notre souveraineté à la maison". "Goodbye! Nous ne reviendrons pas", a lancé une autre, Ann Widdecombe.

le Vendredi 31 Janvier 2020 à 05:20 | Lu 261 fois





Nouveau commentaire :
Twitter

800 caractères maxi autorisés.
Les dispositifs mis en œuvre pour lutter contre les contenus illicites, s'agissant des contenus publiés sur les espaces de contribution personnelle des internautes , exposés par le 10° de l'article 1er du décret du 29 octobre 2009 , autorisent toute personne à signaler la présence de tels contenus et à l'éditeur de les retirer promptement ou d'en rendre l'accès impossible". Merci de nous signaler tout contenu illicites à [email protected] D'autre part, l'équipe de Tahiti-infos ne peut être tenue pour responsable de la valeur des propos qui seront entretenus dans les commentaires. Elle attire cependant votre attention sur le fait qu'elle ne pourra tolérer aucun commentaire à caractère insultant,diffamatoire, raciste, discriminatoire, infamant, pornographique ou ne respectant pas l'éthique de la personne ou les bonnes mœurs de quelque manière qu'il soit. Tahiti Infos se réserve le droit de supprimer immédiatement ce type de message s'il devait se présenter. Tahiti Infos se réserve le droit de supprimer l'adresse d'un site internet dans un message s'il est estimé qu'il dissimule un caractère publicitaire ou s'il a été "emprunté" de manière malveillante. Merci de votre compréhension.

Signaler un abus

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués | Concours d'écriture - Salon du Livre 2019 | Coronavirus