Tahiti Infos

Brésil: au moins 10 morts dans l'incendie d'un hôtel ou vivaient des sans-abris


SILVIO AVILA / AFP
SILVIO AVILA / AFP
Rio de Janeiro, Brésil | AFP | vendredi 26/04/2024 - Au moins dix personnes sont mortes dans un incendie qui s'est déclaré dans la nuit de jeudi à vendredi dans un hôtel où vivaient des sans-abris à Porto Alegre, dans le sud du Brésil, ont annoncé les pompiers.

"Dix victimes ont été confirmées", ont annoncé les pompiers de l'État de Rio Grande do Sul dans un communiqué, précisant que l'hôtel fonctionnait de manière "illégale". Des médecins légistes sont sur place pour identifier les victimes et enquêter sur les causes de l'incendie, ont-ils ajouté.

Neuf personnes secourues ont été conduites dans deux hôpitaux de la région, a indiqué Barbara Barbieri, coordinatrice de la protection civile de Porto Alegre.

"Ca s'est passé très vite, ils ont crié +au feu+ et le feu était déjà dans deux chambres à côté de la mienne, je me suis enfui parce qu'il y avait déjà beaucoup de fumée", a témoigné auprès du site d'informations G1 un résident du foyer, qui a requis l'anonymat. 

Les images diffusées par les médias locaux ont montré un bâtiment de trois étages en feu, des pompiers s'efforçant de l'éteindre. Ces derniers sont arrivés sur les lieux vers 02H00 (05H00 GMT) et ont maîtrisé l'incendie environ trois heures plus tard.

"irrégularité"

"C'est avec tristesse et inquiétude que j'ai appris la mort d'au moins dix personnes dans l'incendie", a écrit le président brésilien Luiz Inacio Lula da Silva sur X, exprimant sa solidarité avec les proches des victimes.

Le gouverneur de l'État, Eduardo Leite, s'est dit lui aussi "profondément choqué" par le drame, également sur X.

Le directeur de la protection civile de Porto Alegre, Evaldo Rodrigues de Oliveira, a expliqué qu'une équipe était en train d'évaluer les dégâts subis par la structure du bâtiment, qui fait partie d'un réseau d'hôtels bon marché de la ville de Porto Alegre. 

Selon les pompiers, l'établissement n'avait pas de permis d'exploitation ni de plan de prévention des incendies.

Matheus Gomes, membre de l'Assemblée législative de l’État, a dénoncé le fait que l'hôtel recevait des fonds de la mairie malgré des allégations d'"irrégularités" depuis "des années". "Il est nécessaire d'enquêter non seulement sur l'incendie, mais aussi sur ce qui a conduit à cette tragédie annoncée", a-t-il ajouté sur X.

En 2013, dans le même État de Rio Grande do Sul, un incendie dans une discothèque de la la ville de Santa Marta avait fait 242 morts. 

La plupart des victimes avaient péri asphyxiées par le nuage toxique dégagé par le matériau inflammable présent dans la toiture de la salle, qui n'avait pas d'extincteurs en état de marche et comportait seulement deux portes pour évacuer, en outre mal signalisées, selon l'enquête. 

le Vendredi 26 Avril 2024 à 07:41 | Lu 266 fois