Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie française. Tel: 40 43 49 49



Bora Bora reprend vie



Bora Bora le 20 juillet 2020 – En léthargie économique et touristique depuis mars dernier, la Perle du Pacifique est l'une des principales îles impactées par la réouverture des vols commerciaux internationaux et le retour des touristes au fenua. Sur place, on attendait avec impatience cette reprise nécessaire.
 
Véritable poumon touristique de la Polynésie française, Bora Bora est la destination de référence au fenua. Pas moins de 80% des touristes qui arrivent en Polynésie visitent la Perle du Pacifique. Sur place, on dénombre onze établissements hôteliers, parmi lesquels de grands noms tels que Le Conrad, L’InterContinental, Le Méridien, Le Four Seasons, Le St Regis, Le Pearl Beach, Le Maitai Polynesia ou encore le Sofitel… Tout au long de l’année, c’est une centaine de jets privés qui se garent sur le tarmac de l’aérodrome après avoir transité par Tahiti. Et en dehors de la clientèle hôtelière, l’île accueille, tout au long de l’année, les dizaines de milliers de croisiéristes en escale pour quelques heures sur la place de Vaitape ou sur la magnifique et célèbre plage de sable blanc de Matira.
 
Mais en mars dernier, la Covid-19 a bouleversé la vie de l'île allant jusqu'à la priver de la totalité de ses touristes avec l'arrêt des rotations aériennes internationales et des escales de navires de croisière. Depuis, évidemment, de nombreux chefs d’entreprises de la Perle du Pacifique attendaient ardemment de pouvoir reprendre une activité. La reprise des vols commerciaux internationaux la semaine dernière a permis, même a minima, d'envisager une telle perspective. Depuis la fin de semaine dernière, les premiers touristes arrivent au compte-goutte. Bénédiction des hôteliers et du reste de la population de l'île.
 
"On ne vit que du tourisme"
 
Conseillère municipale de Bora Bora, Miriama Atiu est également retraitée de l’hôtel Intercontinental Moana Resort depuis un an. Elle connait donc bien le secteur mais demeure inquiète : "Economiquement, c’est bien. Sanitairement, au niveau sécurité, ce n’est pas évident mais il suffit de suivre les gestes barrières. Sur Bora Bora, on ne vit que du tourisme et la crise a été difficile. Des employés sont dans des maisons à louer et ils ne peuvent plus payer même avec les aides. Il faudrait que les propriétaires baissent les prix ou retardent les paiements comme fait la banque. Comment payer les factures et la nourriture pour les enfants ?"
 
Les prestataires sont prêts. Elise Desmet, directrice de Otamanu Tours qui promène les touristes en truck, prône l’ouverture pour recommencer à vivre normalement : "On est sur la bonne voie pour l’ouverture. Il faut bien qu’on reprenne le travail et qu’on commence à reprendre une vie normale et payer les factures. On ne peut pas toujours profiter des aides financières de l’état et du pays car, tôt ou tard, ce sera fini, il n’y en aura plus." Mais pour Elise aussi, l'aspect sanitaire est important. "Il faut bien maintenir les gestes barrières, les protocoles sanitaires, le masque obligatoire autant pour le chauffeur et ses clients ensuite se laver les mains très souvent avec du savon et de l’eau s’il y a un robinet ou du gel. Nous avons treize salariés et des patentés. Pour nous, c’est plus les paquebots que les hôtels, donc, ce n’est pas de sitôt qu’on aura beaucoup de travail. J’ai inscrit une partie de mes salariés à la prochaine formation car c’est une formation individuelle et une attestation sera remise à chaque personne formée pour indiquer aux clients ou à l’hôtel que nous avons suivi correctement cette formation de A à Z et que nous sommes parés à toute éventualité."
 
Vénérés mais craints
 
Chez certains entrepreneurs, l’inquiétude se porte sur les touristes qui seraient réfractaires aux mesures barrières. Godefroy de La Bourdonnaye, directeur de l’agence Avis, souhaite la reprise des activités, tout en suivant les protocoles sanitaires : "C’est compliqué de dire qu’il ne faut pas ouvrir. Je crois qu’on est obligé de vivre avec la Covid. (…) Nous avons peur aussi, de rencontrer des touristes américains qui refuseraient de porter le masque. Je ne sais pas comment on va réagir face à quelqu’un qui ne respectera pas. On ne pourra pas le refuser vu la conjoncture".
 

Haie d'honneur pour l'arrivée des touristes à l'InterContinental

Après près de quatre mois de fermeture, les hôtels de l’île ouvrent leurs portes. L’hôtel Intercontinental Moana Resort a accueilli ses premiers clients mercredi matin. La directrice de l’hôtel, Laurence Levy, avait bien préparé son personnel : "Nous venons d’accueillir nos premiers clients. On leur a fait une haie d’honneur. On a fait le maximum pour être prêt. Tous les services sont ouverts. On est ravis de recommencer comme dans le passé. Depuis le 1 juillet, on a commencé à faire revenir les employés avant la réouverture. On a étudié les protocoles sanitaires validés par une experte qui travaille avec les procédures Intercontinental et qui s’appuie sur les protocoles mise en place par l’organisation de la santé. On a fait faire des formations pour comprendre ce qu’est le covid, comment ça s’attrape, les gestes barrières à appliquer". Le personnel a été formé pour continuer  les gestes barrières à la maison ou au super marché. Ils sont formés après par leur chef de service pour connaitre les nouvelles procédures par département selon la spécificité de chaque métier, de chaque poste : "Ils ont reçu un livret suite à la formation. Ils connaissent les cinq étapes de surveillance leur montrant ce qu’avait mis le gouvernement en place avec le test, l’autotest. Ils savent que le risque zéro n’existe pas et que la meilleure façon de se protéger est de respecter les gestes barrières en portant les équipements de première intervention et de continuer à la maison pour protéger la famille."
 
Vivre avec la Covid implique un nouveau mode de fonctionnement : "Il faut perdre les habitudes. On devra appeler les employés, 48 heures à l’avance pour leur dire de venir ou pas. Nous n’avons pas beaucoup de chambres. C’est un peu l’inconnu,  avec l’assouplissement des modalités d’annulation prises en accord avec tous les partenaires du tourisme, aujourd’hui, certains clients vont garder leur réservation le plus tard possible et ça risque de s’annuler à la dernière minute. On demande beaucoup de flexibilité à nos employés, on essaie de les faire travailler tous de façon équitable."

Attestations "Covid-prepared"

Le Pays offre une formation sanitaire spéciale Covid-19 sur l'accueil du public. En tant que destination privilégiée, Bora Bora met en œuvre ce dispositif sur plusieurs sessions, toutes gérées par le comité du tourisme et Bora Bora activités. Mercredi, le maire, Gaston Tong Sang, fier de l'élan volontaire des professionnels de l'île, a remis les attestations de réussite aux transporteurs. Les prochaines sessions concerneront les prestataires d'activité, boutiques, restaurants et les mama du fare artisanat.
 

Rédigé par Nata le Lundi 20 Juillet 2020 à 08:38 | Lu 2570 fois





Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 2 Août 2020 - 18:34 Le groupe Major Lazer à Tahiti le 29 août

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués | Concours d'écriture - Salon du Livre 2019 | Coronavirus