Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49



Banque Publique d'Investissement: La question de Tuaiva sans réponse



PARIS, le 9 février 2015- La question paraissait simple, mais elle n’a pas eu de réponse. Mardi soir, le député Jean-Paul Tuaiva a interrogé le ministre du Budget, Christian Eckert, lors d’une séance de questions relatives à la politique budgétaire de la France pour savoir quand les trois collectivités françaises du Pacifique pourraient bénéficier des services de la Banque publique d’investissement (BPI) mise en place en 2013 par le gouvernement central afin d'aider les entreprises en difficulté.

Le ministre a contourné la question et n’a pas apporté de réponse. Dans la salle des Quatre colonnes, le député s’agace : « Il ne s’est pas préparé. Il connaît très mal les collectivités d’outremer. A ce niveau, c’est un scandale. »
Pourtant, le directeur exécutif de la BPI s’est rendu il y a un an en Polynésie pour voir comment y adapter ses services aux besoins des entreprises polynésiennes. « Il y a une déclinaison dans les départements d’outremer mais il reste les collectivités. C’était déjà acté, explique le député. Mais apparemment, il y a des problèmes techniques. Cela fait un an que ça dure. A un moment donné, faut arrêter! » Jean-Paul Tuaiva compte demander une audience au ministre de l’Economie pour éclaircir cette question restée sans réponse.

Le retard dans la mise en route des services de la Banque publique d'investissement (BPI) en Polynésie française n'est pas du seul fait de l'Etat, si depuis un an rien n'est encore disponible, les torts sont partagés. En l'occurrence et compte tenu des compétences du Pays, il est nécessaire de trouver un relais adéquat sur le territoire. Le Pays avait pensé à l'une de ses sociétés d'économie mixte, la Sofidep, qui assure déjà un soutien aux petites entreprises pour s'en charger, mais ce n'est pas un établissement bancaire. Il faut soit faire évoluer cette société, soit changer de mode opératoire. Des réunions entre représentants de l'Etat et du Pays pour avancer sur le sujet se poursuivent, sur un rythme soutenu depuis quelques semaines. Aussi, les solutions définitives pourraient émerger d'ici la fin du second semestre 2015.

Rédigé par De notre correspondant à Paris, Serge Massau avec M.L le Mardi 10 Février 2015 à 14:17 | Lu 1015 fois







1.Posté par Kaddour le 11/02/2015 08:28 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Comme le signale l'article, la responsabilité des lacunes incombent aux deux partenaires. Et si le ministre n'a pas répondu, c'est peut-être tout simplement parce qu'il ne voulait pas froisser certaines susceptibilités locales ???
Quand à trouver du financement pour nos entreprises , je suis sûr que la Chine ou le Quatar seraient très heureux d'investir localement.... LOL

2.Posté par Ariitaia le 11/02/2015 10:08 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Amateurisme, quand tu nous tiens !

Signaler un abus

Dans la même rubrique :
< >

Mardi 18 Juin 2019 - 01:00 Les élèves de terminale à l’épreuve

Lundi 17 Juin 2019 - 17:49 Miss Tahiti 2019 : Grand oral, gros stress

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués


















ranktrackr.net