Tahiti Infos
Tahiti Infos Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie française. Tel: 40 43 49 49


Australie: les enfants aborigènes volés attaquent le gouvernement en justice



Sydney, Australie | AFP | mercredi 27/04/2021 - Des centaines d'Aborigènes de la "génération volée" d'Australie, ces enfants enlevés de force à leur famille au nom de l'assimilation, ont attaqué mercredi le gouvernement en justice pour exiger des dédommagements pour le préjudice subi.

Le terme "génération volée" désigne des milliers d'enfants autochtones retirés de force à leurs proches, de 1910 jusqu'aux années 1970, pour être placés dans des institutions ou des familles blanches à des fins d'assimilation. 

Nombre d'entre eux n'ont plus jamais revu leurs parents ou leurs frères et soeurs.

Tristan Gaven, du cabinet d'avocats Shine Lawyers, a annoncé que celui-ci avait engagé mercredi un recours collectif (class action) au nom de près de 800 habitants du Territoire du Nord, estimant que des milliers d'autres seraient légitimes pour rejoindre ce combat.

Dans d'autres Etats d'Australie, des mécanismes d'indemnisations ont été mis en place. Mais le gouvernement fédéral, qui administrait le Territoire du Nord au moment où ces enlèvements ont eu lieu, n'a jamais fait de même.

"Il est responsable d'avoir déchiré des familles aborigènes du Territoire et c'est à lui de faire amende honorable", a dit M. Gaven.

"On ne peut améliorer l'avenir si on ne reconnaît pas le passé."

C'est le premier recours collectif du genre dans le Territoire du Nord, où vivent 250,000 personnes, dont un tiers d'Aborigènes.

Heather Alley, 84 ans, avait neuf ans quand elle fut enlevée à sa mère. Elle affirme que ce traumatisme l'a poursuivi de nombreuses années.

"Ils ont effacé des générations entières, comme si elles n'avaient jamais existé", dit-elle.

"Je participe à ce recours car je crois que notre histoire doit être racontée."

En 1997, un rapport intitulé "Ramenez les à la maison" et résultant d'une enquête nationale, avait reconnu que les droits de ces enfants avaient été violés et préconisait une série de mesures de soutien.

Une des propositions clé de ce rapport - que l'Australie présente des excuses nationales - fut réalisée en 2008. 

Mais un quart de siècle plus tard, les victimes dénoncent le racisme institutionnel toujours d'actualité et l'échec des autorités à affronter les problèmes de santé mentale des personnes touchées, même si des financements ont bien été attribués à ses programmes de conseils et au soutien des familles.

Il n'existe pas de chiffres précis sur le nombre de personnes concernées. Le rapport de 1997 estimait qu'au minimum un Aborigène et un indigène du détroit de Torrès sur dix avaient été enlevés à sa famille.

Les Aborigènes et indigènes du détroit de Torrès vivent en Australie depuis plus de 40.000 ans et forment la population la plus pauvre et la plus marginalisée du pays.

Lors de l'arrivée des colons européens en Australie en 1788, les Aborigènes étaient environ un million. Ils ne représentent plus aujourd'hui que 3% des 25 millions d'Australiens.

le Mercredi 28 Avril 2021 à 03:16 | Lu 685 fois





Nouveau commentaire :
Twitter

800 caractères maxi autorisés.
Les dispositifs mis en œuvre pour lutter contre les contenus illicites, s'agissant des contenus publiés sur les espaces de contribution personnelle des internautes , exposés par le 10° de l'article 1er du décret du 29 octobre 2009 , autorisent toute personne à signaler la présence de tels contenus et à l'éditeur de les retirer promptement ou d'en rendre l'accès impossible". Merci de nous signaler tout contenu illicites à [email protected] D'autre part, l'équipe de Tahiti-infos ne peut être tenue pour responsable de la valeur des propos qui seront entretenus dans les commentaires. Elle attire cependant votre attention sur le fait qu'elle ne pourra tolérer aucun commentaire à caractère insultant,diffamatoire, raciste, discriminatoire, infamant, pornographique ou ne respectant pas l'éthique de la personne ou les bonnes mœurs de quelque manière qu'il soit. Tahiti Infos se réserve le droit de supprimer immédiatement ce type de message s'il devait se présenter. Tahiti Infos se réserve le droit de supprimer l'adresse d'un site internet dans un message s'il est estimé qu'il dissimule un caractère publicitaire ou s'il a été "emprunté" de manière malveillante. Merci de votre compréhension.

Signaler un abus

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués | Concours d'écriture - Salon du Livre 2019 | Concours d'écriture - Salon du Livre 2020 | Coronavirus