Tahiti Infos
Tahiti Infos Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie française. Tel: 40 43 49 49


Alibaba sous enquête en Chine, ses actions dévissent



Pékin, Chine | AFP | jeudi 23/12/2020 - Coup de tonnerre dans le monde des affaires en Chine: Alibaba, symbole de la réussite du pays dans l'économie numérique, est dans le collimateur du régime communiste pour "suspicion de pratiques monopolistiques".

L'annonce de l'ouverture d'une enquête par l'Administration d'Etat pour la régulation des marchés contre le groupe fondé par le charismatique Jack Ma a provoqué un plongeon des actions du champion du commerce en ligne, qui perdaient plus de 8% en fin de matinée à la Bourse de Hong Kong.

"Il y a manifestement une escalade des efforts coordonnés visant à entraver l'empire de Jack Ma, qui symbolisait les nouvelles entités chinoises trop grosses pour faire faillite", a observé pour l'agence Bloomberg l'analyste Dong Ximiao, de l'Institut de la finance sur internet de Zhongguancun, la "Silicon Valley" de Pékin.

Les autorités n'ont guère fourni de détails sur ce qui est reproché à Alibaba, mis à part "un accord d'exclusivité" non précisé.

Alibaba coopérera "activement"

Le géant du e-commerce a "promis de coopérer activement à l'enquête avec les régulateurs".

Outre l'enquête contre la maison-mère, les régulateurs ont annoncé avoir contacté Ant Group, leader mondial du paiement en ligne, pour des questions de "supervision", moins de deux mois après que Pékin eut annulé à la dernière minute l'introduction en Bourse de cette filiale d'Alibaba.

Cette entrée en Bourse s'annonçait comme un record du monde, avec un butin de 34,4 milliards de dollars (27,4 mds EUR).

Dans un communiqué, Ant Group a fait savoir qu'il allait "rapidement étudier les demandes des autorités de régulation et s'y conformer strictement".

La suspension de son entrée en Bourse d'Ant Group début novembre avait déjà provoqué la stupeur. Elle survenait quelques jours après un discours à Shanghai de Jack Ma, lors duquel le multi-milliardaire avait critiqué l'action des régulateurs financiers.

Ces propos lui avaient valu une convocation par les autorités et Jack Ma n'a pas été vu en public depuis le fiasco boursier d'Ant Group.

"Le message politique subliminal, c'est qu'aucune entreprise ni individu n'a le droit de défier le Parti communiste quelle que soit sa taille", a commenté pour l'AFP Richard McGregor, de l'Institut Lowy à Sydney.

Peur des prêts en ligne

A 56 ans, il n'est officiellement plus à la tête de son groupe depuis son départ à la retraite l'an dernier. Mais il conserve une influence prépondérante sur Alibaba comme sur Ant Group, via les actions qu'il détient.

Les pouvoirs publics s'inquiètent de la puissance des groupes technologiques et plus particulièrement de leurs incursions dans le secteur des prêts en ligne, où ils s'affranchissent des règles prudentielles imposées aux banques publiques.

Les médias chinois ont relayé ces inquiétudes en mettant en garde contre les risques de turbulences financières en ce qui concerne Alibaba mais aussi son grand rival Tencent.

L'enquête contre Alibaba "est une mesure importante pour notre pays afin de renforcer la supervision antimonopolistique dans le secteur de l'internet et promouvoir un développement sain à long terme de l'économie numérique", écrit jeudi le Quotidien du peuple, organe du Parti communiste au pouvoir. 

Une réunion des plus hauts dirigeants du régime la semaine dernière autour du président Xi Jinping a appelé à "s'opposer fermement aux monopoles".

Signe de l'impatience des pouvoirs publics à l'encontre d'Alibaba, le groupe venait déjà d'écoper la semaine dernière d'une amende de 500.000 yuans (62.000 euros) pour n'avoir pas fait état d'une acquisition.

Alibaba n'avait pas répondu aux questions de l'AFP jeudi en milieu de journée.

le Jeudi 24 Décembre 2020 à 00:49 | Lu 382 fois





Nouveau commentaire :
Twitter

800 caractères maxi autorisés.
Les dispositifs mis en œuvre pour lutter contre les contenus illicites, s'agissant des contenus publiés sur les espaces de contribution personnelle des internautes , exposés par le 10° de l'article 1er du décret du 29 octobre 2009 , autorisent toute personne à signaler la présence de tels contenus et à l'éditeur de les retirer promptement ou d'en rendre l'accès impossible". Merci de nous signaler tout contenu illicites à [email protected] D'autre part, l'équipe de Tahiti-infos ne peut être tenue pour responsable de la valeur des propos qui seront entretenus dans les commentaires. Elle attire cependant votre attention sur le fait qu'elle ne pourra tolérer aucun commentaire à caractère insultant,diffamatoire, raciste, discriminatoire, infamant, pornographique ou ne respectant pas l'éthique de la personne ou les bonnes mœurs de quelque manière qu'il soit. Tahiti Infos se réserve le droit de supprimer immédiatement ce type de message s'il devait se présenter. Tahiti Infos se réserve le droit de supprimer l'adresse d'un site internet dans un message s'il est estimé qu'il dissimule un caractère publicitaire ou s'il a été "emprunté" de manière malveillante. Merci de votre compréhension.

Signaler un abus

Culture et Patrimoine | carnets de voyage | Journal des enfants | Les recettes | People | Actualité Santé | Environnement | Technologies