Tahiti Infos

Aérien : Vers un nouvel appel d’offres pour Ua Pou et Ua Huka


Aérien : Vers un nouvel appel d’offres pour Ua Pou et Ua Huka
Tahiti, le 23 mars 2022 – Un nouvel appel à candidatures pour la délégation de service public du transport interinsulaire vers Ua Pou et Ua Huka est à l’étude. La compagnie TAC n’a pas l’autorisation de la DGAC pour opérer sur ces deux îles.
 
En février dernier, l’option était présentée comme le "scénario du pire" par Tahiti Air Charter. Mais le scénario se confirme. Désignée délégataire de service public en charge, depuis juillet 2021, de la desserte des aérodromes de désenclavement de Ua Pou et Ua Huka, aux îles Marquises, TAC n’a toujours pas obtenu l’agrément de son manuel d’exploitation par la Direction générale de l’aviation civile (DGAC). Et si à la compagnie on assurait mercredi n’avoir "toujours pas reçu de refus formel", décrocher ce feu vert de la DGAC apparait aujourd’hui très illusoire. Lors de récentes déclarations, la directrice du service d’État de l’aviation civile en Polynésie française, Lucette Lasserre, expliquait mardi à Radio 1 que l’emploi du monomoteur Cessna 208 Grand Caravan pour la desserte de ces deux aérodromes présente des risques pour la sécurité des vols auxquels ne répond toujours pas le manuel d’exploitation fourni par la compagnie TAC. Reste que la date butoir est fixée au 31 mars par le gouvernement avant de lancer un nouvel appel public à candidatures pour cette délégation de service public (DSP) du transport interinsulaire vers Ua Pou et Ua Huka.
 
Des hélicoptères jusqu’en juillet
 
En réponse à une question de la députée Nicole Sanquer, mardi à l’assemblée, Jean-Christophe Bouissou s’est dit en "désillusion sur la solution TAC". Le ministre en charge des transports aériens interinsulaires annonce d’ailleurs une réunion de la commission de délégation de service public, vendredi 25 mars, pour statuer sur l’avenir de cette DSP. "Nous allons prendre une décision dans le cadre d’une relance de la délégation de service public", a-t-il dit en soulignant que "cette fois-ci" l’exigence sera faite au futur opérateur de soumissionner avec une "solution agrée par la DGAC".
 
Contacté, TAC affirme d’ores et déjà se préparer à cette option. La compagnie travaille sur un projet d’offre avec un bimoteurs Twin Otter. La nouvelle procédure d’appel public à candidatures pour cette délégation de service public de transport aérien pourrait prendre "trois mois supplémentaires", jusqu’à fin juin, selon le ministre. "Pendant ce temps-là, nous continueront par convention à solliciter TNH [Tahiti Nui Helicopters, ndlr] pour opérer sur Ua Pou et sur Ua Huka avec un nombre plus important de vols", assure-t-il aussi, pour répondre à la demande des hakaiki de ces deux îles des Marquises.
 
Deux hélicoptères de TNH sont en exploitation depuis juillet dernier pour Ua Pour et Ua Huka, aujourd’hui à raison de 40 heures de vols mensuels, sur la base d’un programme définit et de tarifs agréés. La filiale d’Air Tahiti Nui confirme avoir la possibilité de faire plus, "dans une certaine limite", et attend de prendre connaissance des conditions qui lui seront proposées. Une réunion au ministère est prévue en début de semaine prochaine.

Rédigé par Jean-Pierre Viatge le Mercredi 23 Mars 2022 à 16:03 | Lu 1028 fois