Tahiti Infos

Accord signé, la grève des pompiers des aérodromes levée


Tahiti, le 29 septembre 2022 – La grève de 50% des pompiers de la direction de l'aviation civile a perturbé le programme de vols d'Air Tahiti de vendredi matin à dimanche après-midi, lorsqu'un protocole d'accord a été signé.
 
Vendredi matin, la quasi-totalité des préavis de grève déposés par la Fédération de rassemblement des agents des administrations de Polynésie (Fraap) ont été levés grâce à la signature de protocoles d'accords notamment à la DGEE, la DGAE, au Service des moyens généraux, au SAS ou encore au Service parcs et jardins… Un seul préavis, déposé à la Direction de l'aviation civile (DAC) du Pays en charge des pompiers des aérodromes, n'a fait l'objet d'aucun accord et a débouché sur un début de débrayage vendredi matin à minuit.
 
50% de grévistes
 
Résultat, vendredi matin 70 des 136 pompiers implantés sur 42 aérodromes des îles s'étaient mis en grève. Seuls les quatre aérodromes de Tahiti-Faa'a, Bora Bora, Rangiroa et Raiatea n'ont pas été impactés. Leurs pompiers relevant d'Aéroport de Tahiti et non de la DAC. De fortes perturbations ont ainsi conduit Air Tahiti à revoir ses programmes de vols et procéder à certaines annulations. “Les pompiers devraient normalement assurer un service restreint, donc on devrait avoir des vols qui vont s'annuler au fur et à mesure”, constatait vendredi matin Vairani Tetaria, la directrice marketing et commerciale d'Air Tahiti. “Nous invitons la population à regarder sur le site d'Air Tahiti les horaires d'arrivée et de départ du jour, pour connaître l'état des vols qui sont annulés ou maintenus.”
 
S'agissant d'une grève externe à Air Tahiti, la compagnie ne prenait pas en charge les passagers lésés. “Par contre, compte-tenu de la situation exceptionnelle, tous les frais de remboursement ou de modification seront levés”, précisait Vairani Tetaria. La vente des billets d'avion a été fermée jusqu'à lundi par manque de visibilité. Elle a rouvert avec la signature du protocole dimanche.
 
Réquisitions
 
Le vice-président a expliqué vendredi la position du gouvernement et détaillé les raisons du blocage des négociations. Jean-Christophe Bouissou. A fait savoir que le point bloquant portait sur une demande d'augmentation des “indemnités de sujétions spéciales” (ISS) des pompiers de 20%, mais surtout que cette revendication n'était apparue qu'après les premières négociations qui ne portaient que sur 10% de revalorisations de ces indemnités. Des demandes qui n'étaient de toute façon pas acceptables pour le gouvernement, a expliqué Jean-Christophe Bouissou, puisque les ISS des pompiers ont déjà été revalorisés de 10% suite à une grève de 2017 et qu'elles dépassent aujourd'hui déjà le niveau des indemnités de sujétion des autres agents du Pays.
 
Pour le vice-président du Pays, la porte des négociations restait ouverte mais pas pour “céder au chantage et aux intérêts particuliers”. Jean-Christophe Bouissou qui n'a pas hésité à annoncer qu'il avait sensibilisé le représentant de l'État sur la possibilité de prendre des mesures de réquisitions pour permettre au trafic aérien interinsulaire d'être assuré. A quelle échéance ? “C'est entre les mains du haut-commissaire”, a conclu le vice-président.
 
Accord du dimanche
 
Finalement, une réunion de négociations s'est tenue dimanche après-midi à la vice-présidence en présence de Jean-Christophe Bouissou, du secrétaire général de la Fraap, Jean-Paul Urima, du pompier syndicaliste, Gérard Barff, ou encore du directeur de l'aviation civile, Georges Puchon. Rapidement, les protagonistes de cette réunion ont annoncé avoir trouvé un accord. Sur le principal point bloquant, le principe de la création d'une “commission” chargée de veiller à la bonne application des ISS a été acté. L'un des autres points, concernant la demande de reclassement d'une adjointe, a également fait l'objet d'un compromis pour permettre à l'agent de passer les formations nécessaires à son évolution de carrière.
 
Le vice-président, le secrétaire général de la Fraap et le syndicaliste Gérard Barff se sont globalement félicités de cet accord. Jean-Paul Urima présentant au passage “ses excuses à la population” pour ce mouvement de grève.
 
 


Rédigé par Vaite Urarii Pambrun et Antoine Samoyeau le Vendredi 30 Septembre 2022 à 19:34 | Lu 4386 fois