Tahiti Infos
Tahiti Infos Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie française. Tel: 40 43 49 49



A Hao, les expropriations pour le projet de ferme aquacole ne se feront qu'en "ultime recours"



Le président Gaston Flosse répond aux questions de la population de Hao, samedi en fin d'après-midi sur le projet de ferme aquacole qui sera mis en place par des investisseurs chinois.
Le président Gaston Flosse répond aux questions de la population de Hao, samedi en fin d'après-midi sur le projet de ferme aquacole qui sera mis en place par des investisseurs chinois.
HAO, le 1er juin 2014. Le président polynésien Gaston Flosse en personne, accompagné de plusieurs ministres de son gouvernement : Tearii Alpha, en charge des ressources marines, Marcel Tuihani des affaires foncières, Albert Solia le ministre de l'Equipement et encore Geffry Salmon en charge du tourisme se sont rendus au cours du week-end à Hao. Cette visite qui n'était pas inscrite dans l'agenda public du gouvernement, à la rencontre à la fois du conseil municipal de la commune et de la population de l'île, avait pour but de présenter et convaincre les habitants du bien fondé de projet de ferme aquacole qui sera porté par les investisseurs chinois du groupe Tian Rui Investment, selon ce qui ressort d'un communiqué de presse publié ce dimanche après-midi par la Présidence de la Polynésie.

Visiblement, les élus de l'île et la population de Hao, avaient besoin d'être informés au plus près et de préférence en direct des aménagements prévus pour faire fonctionner cette ferme aquacole sur leur atoll. Et ce, alors que leur île initialement choisie en 2012 pour ce projet, démarré sous le gouvernement Temaru avait été délaissée pour Makemo. Ce n'est que tout récemment, il y a moins d'un mois, que la localisation du projet est revenu vers Hao. Mise à part une visite éclair sur l'île par les investisseurs chinois dont Cheng Wang, le P-dg de Tian Rui Investment, au début du mois de mai dernier, rien n'avait été officiellement présenté sur place.

C'est désormais chose faite. Samedi en fin de matinée, une réunion extraordinaire du Conseil municipal de Hao a été organisée. En 4 heures de temps, le projet de ferme aquacole a été présenté dans le détail. "Le Président a pu expliquer les tenants et les aboutissants du projet. A l’issue de la rencontre, le conseil municipal unanime s’est déclaré favorable au projet" précise le communiqué de presse de la Présidence. Samedi en fin d'après-midi nouvelle grand-messe avec la population de l'île et une réunion publique au cours de laquelle "le Président a rassuré la population de l‘île. Chacun a pu poser ses questions, exposer ses craintes". Le projet a été décortiqué entièrement entre utilisation des infrastructures existantes (quai, aéroport) et celles qui devront être construites et pour lesquelles des parcelles de terre devront être cédées. "Les personnes propriétaires concernées par l’emprise foncière se sont déclarées favorables à des échanges de terres (...) Le Président a rassuré tout le monde en indiquant que l’achat où les échanges de terres seraient privilégiés, et que l’expropriation pour utilité publique ne serait utilisée que comme ultime solution".

Sur ce vaste projet de ferme aquacole, porté par des investisseurs chinois impliquant des milliards de francs d'investissement et la promesse de milliers d'emplois, le gouvernement polynésien et le président lui-même sont décidés à mouiller la chemise. Et à éteindre les incendies naissants, à savoir des oppositions au projet, après les manifestations de rejet de la part de certains habitants inquiets de devoir céder des terres, au moins 25 hectares sont nécessaires. L'arrivée des investisseurs chinois est donc l'objet de toutes les attentions de la part du gouvernement. Le communiqué de presse précise en effet que "le Président a prévu de retourner prochainement à Hao". En attendant, les premières opérations visibles de préparation du site vont démarrer dans les prochains jours. Un navire de la flottille administrative le Tahiti Nui 9 doit appareiller à Hao d'ici la fin de la semaine avec des plongeurs. "Il ira renforcer les équipes militaires qui ont entrepris le nettoyage du lagon pour en extraire les débris laissés par le CEP qui s'y trouvent encore". Hao est en effet l'ancienne base arrière de Moruroa où se sont déroulés les essais nucléaires militaires en Polynésie via le CEP (centre d'expérimentation polynésien). A ce titre l'atoll a été pollué durant une trentaine d'années par différentes matières notamment PCB (polychlorobiphényles ou pyralènes), hydrocarbures et métaux et des carcasses de véhicules immergées dans le lagon. Même si l'Etat et l'armée ont entrepris depuis 2009 une réhabilitation avec dépollution des anciens sites militaires, les travaux en cours devraient durer au moins jusqu'en 2016. C'est en raison de ce délai d'ailleurs que le projet s'était déplacé dans le courant de l'année 2013, de Hao à Makemo.

Pour lire le communiqué de presse officiel sur ce déplacement à Hao, CLIQUER ICI

Le président polynésien en personne et quatre de ses ministres se sont déplacés jusqu'à Hao durant le week-end, signe de l'importance stratégique de ce projet de ferme aquacole.
Le président polynésien en personne et quatre de ses ministres se sont déplacés jusqu'à Hao durant le week-end, signe de l'importance stratégique de ce projet de ferme aquacole.

Rédigé par Mireille Loubet le Dimanche 1 Juin 2014 à 21:46 | Lu 2487 fois







1.Posté par Dr Maboul le 01/06/2014 22:34 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Et à Punauia, elles seront l'ultime recours ou c'est déjà prévu ?

2.Posté par tetuanui monil le 02/06/2014 06:12 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Après le passage du ministre porte parole Marcel Tuihani hier soir à TNTV où il a confirmé ce qui est écrit ci dessus, les représentants des terres assiettes du projet qui étaient présents à la réunion m'ont appelé:"c'est archifaux le gouvernement confond les habitants aux centaines d'ayants droits des terres à échanger ou à acheter au prix de 1000 francs le m2. Les représentants des ayants droits habitants à Hao avec les représentants des ayants droits n'habitant pas Hao m'ont demandé de participer à une réunion très prochainement . En ce qui me concerne "C'est oui pour le développement contrôlé de l'élevage du poisson à Hao. C'est important pour les milliers d'emploi qui seront créés. c'est oui également pour le Mahana Beach de Outumaoro, mais"respecter des propriétaires et les occupations devenues "légales" à cause du cc. Il y a des solutions "les propriétaires sont décidés à être acteurs et non plus spectateurs de tout développement ......Maina mà, Nena mà, Déborah mà.... le foncier.... Eaha ta outou solution???????

3.Posté par xxl le 02/06/2014 08:44 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Le vieux a une façon bien à lui de présenter les choses, si l'on considère qu'il avait annoncé il y a peu que les expropriations étaient ce que son gouvernement envisageait, qu'il fasse marche arrière face à la détermination des gens de l'atoll est une bonne chose, même si il se réserve un ultime recours en cas ou.
Précédemment, on pouvait imaginer que les Chinois devenaient propriétaires d'un partie de l'atoll.

4.Posté par Le président de "la Polynésie française", des françaises et des français René, Georges, HOFFER le 02/06/2014 09:16 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

(Post 2 Monil Tetuanui):" le gouvernement confond les habitants aux centaines d'ayants droits des terres à échanger ou à acheter au prix de 1000 francs le m2.".

Mais bon sang c'est bien sûr! Déjà que le "président polynésien" oublie que les habitants de Hao sont français et que les plus démunis ont DROIT au RSA, il ne va tout de même pas la distinction entre habitants et ayant-droit hohohohohoh [email protected]

5.Posté par grand Simone le 02/06/2014 14:19 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

En toute logique, un projet de cette ampleur mérite une étude d'impact
Nous savons tous que le bouleversement du milieu corallien ne se répare pas avec un simple nettoyage d'objets polluants.
Bizarre, c'est comme si on ne tenait aucun compte de l'expérience peu reluisante de l'Armée dans cet atoll. On devrait y faire le point des erreurs avant de se lancer dans une aquaculture alimentaire.
Quand on sait comment le capitalisme chinois fait peu cas de l'environnement ou de la santé de sa propre population, il nous appartient d'être vigilant et responsable.
Comment évaluer l'impact si aucun état des lieux n'est réalisé sur l'ensemble de l'écosystème?
Simone

6.Posté par Kaddour le 02/06/2014 14:38 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

"La promesse de milliers d'emploi".... Hum ! Avec des entreprises chinoises ? Au tarif du SMIC polynésien ? Permettez moi de me référer aux dires des africains qui ont des entreprises chinoises chez eux, pour douter de ces promesses...
Mais ma foi, si ça arrivait vraiment, alors merci GF ! Sinon, tant pis pour le nunaa !

7.Posté par Manai le 03/06/2014 14:15 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Est-ce le COMMERCE de poissons élevés en captivité JUSTIFIE l’expropriation pour UTILITE PUBLIQUE ? A qui profite ce projet lorsqu’on sait :
Qu’en expropriant le Pays devient propriétaire du foncier
Que le Pays passera un accord d’occupation de son foncier (a quel prix ?)
Que l’investisseur ne voit que le profit qui pourrait se dégager de cette activité
Je pose la question: Est ce que le COMMERCE est une UTILITE PUBLIQUE ;

8.Posté par julia le 04/06/2014 01:00 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

des milliers d'emplois? l'aquaculture demande très peu d'emplois (les distributions de croquettes d'alimentation sont automatiques), avec 2 personnes vous sortez deja pas mal de milliers de tonnes de poisson (cf la Nouvelle -caledonie, l'experience du Chili , de la Chine, de la Norvege). les chiffres: la norvege avec ses centaines de fermes sur un immense littoral produit 600000 tonnes de poisson par an (et c'est en Norvege qu'on produit le plus) . et on voudrait nous faire croire qu'une seule ferme à hao produirait 50000 t par an? decidement les promesses n'engagent que ceux qui y croient
une très grande ferme = 3 à 4000 t par an . et 30 à 40 emplois (tout compris: elevage et transformation) .a lors les milliers d'emplois pour un lagon definitivement devasté..encore un truc pour ruiner l'économie polynesienne , avec ses produits miracles ..

Signaler un abus

Dans la même rubrique :
< >

Samedi 18 Septembre 2021 - 22:21 Fiches de paie dématérialisées à l'UPF

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués | Concours d'écriture - Salon du Livre 2019 | Concours d'écriture - Salon du Livre 2020 | Coronavirus