Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION, Fare Ute, immeuble SAT NUI BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49


571 travailleurs étrangers admis en Polynésie l’an dernier



(Photo d'illustration) En 2015 le Pays a délivré 419 autorisations de travail en faveur d’étrangers pour une durée supérieure à un an.
(Photo d'illustration) En 2015 le Pays a délivré 419 autorisations de travail en faveur d’étrangers pour une durée supérieure à un an.
PAPEETE, 30 mars 2016 - En 2015, le nombre de demandes d’autorisation de travail pour étrangers a baissé de 4,9 % en Polynésie française par rapport à 2014, tandis que les autorisations délivrées sont de 571 en légère augmentation.

Les autorisations de travail effectivement délivrées par le Pays en faveur de travailleurs étrangers sont au nombre de 571 en Polynésie française en 2015, en augmentation de + 1,8 % par rapport à 2014, selon les chiffres communiqués mercredi par le gouvernement. Il s’agit de 152 autorisation pour une mission temporaire d’une durée inférieure à 6 mois à la demande d’employeurs situés à l’étranger ; de 409 autorisations d’une durée maximale d’un an pour ressortissants étrangers employés par des employeurs situés en Polynésie française ; et de 10 autorisations d’une durée de 5 ans pour des ressortissants étrangers durablement établis en Polynésie française et qui y possèdent des liens familiaux, professionnels ou économiques.
Sur les 419 autorisations d’une durée égale ou supérieure à un an délivrées l’année dernière, plus de 68 % (287) concernent des renouvellements.
Cinq refus d’autorisation ont en outre été prononcés en 2015 contre vingt-et-un l’année précédente.

Avec 331 autorisations de travail en cours de validité pour un effectif salarié déclaré à la Caisse de prévoyance sociale (CPS) de 61 024, le ratio de travailleurs étrangers est actuellement de 0,54 % dans la collectivité. Il est en comparaison de 6% en France métropolitaine.

Pour exercer une activité salariée en Polynésie française, toute personne n'ayant pas la nationalité française, y compris le ressortissant d'un pays membre de l'Union européenne, doit solliciter une autorisation de travail. La détention de cette autorisation de travail est préalable à l’obtention d’un titre de séjour délivré par l'Etat.
Photo : En 2015 le Pays a délivré 419 autorisations de travail en faveur d’étrangers pour une durée supérieure à un an.

Rédigé par JPV le Mercredi 30 Mars 2016 à 17:37 | Lu 1467 fois

Tags : EMPLOI






1.Posté par VAVAHI le 30/03/2016 19:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

IL serait bon de savoir dans quelles branches ces autorisations sont délivrées, cela aiderai peut être nos jeunes dans leurs choix d'orientations d'étudiants.

2.Posté par emere cunning le 30/03/2016 21:20 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Curieuse de savoir dans quels secteurs ces travailleurs étrangers ont été sollicités.

3.Posté par coyote le 31/03/2016 07:25 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

facile, tous les postes qui nécessitent des compétences linguistiques particulières comme le chinois et le japonais.....rien de nouveau, depuis des années dans les rapports annuels du SEFI

4.Posté par LEPETANT le 31/03/2016 07:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Bon ! Résumons ! Pour avoir un titre de séjour, il faut d'abord obtenir une autorisation de travail. Et pour avoir une autorisation de travail, il faut d'abord obtenir un titre de séjour. Simple, non ?

5.Posté par Attention ! le 31/03/2016 11:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

"Madame" emere, vous me surprenez !

Avons-nous une école de maintenance aéronautique pour les jolis joujous de votre mentor ?

Vous adorez nous vendre votre logorrhée nauséabonde dans la langue de Shakespeare, mais en local qu'offrons de plus dans le domaine de la linguistique que le classique ultra classique !

Vous adorez également les "média numérique" mais semblez ignorer toutes les compétences nécessaires pour les mettre en œuvre !

Et la finance, les télécom, l'ingénierie structure BTP, les auditeurs,.......

Avoir eux les commandes et les cordons de la bourse pendant tant d'années et ne rien avoir fait pour former nos jeunes !

(D'ailleurs, le peu d'entre eux qui sont parvenus à se former par leur propre moyens ne reviennent pas, les copains(ines) squattent......)

"Madame", oser faire un post comme le vôtre sur ce sujet démontre votre total manque de réalisme sur le fonctionnement et les besoins du secteur économique de notre pays.

Heureusement que le ridicule ne tue pas, vous allez encore pouvoir nous faire sourire longtemps, c'est déjà ça !

6.Posté par Teiva 33 le 31/03/2016 14:37 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Mais Emere poste 2, c'est surtout en perliculture !!! Vous avez au moins 300 greffeurs chinois sur le marché local !!! Et d'aucun diront que les greffeurs japonais étaient trop chers et les greffeurs polynésiens trop nuls et qu'il fallait absolument faire venir des greffeurs chinois !!! Si la perliculture est dans la situation dans laquelle elle est aujourd'hui, ce n'est certainement pas à cause des greffeurs locaux qui aujourd'hui sont à peine une trentaine ni des greffeurs japonais qui au maximum de leur présence ne dépassaient pas 70 greffeurs, contre 300 greffeurs chinois aujourd'hui... Les perliculteurs qui ont dénigré les greffeurs japonais et locaux au profit des greffeurs chinois, vous êtes les seuls à l'origine de la merde dans la quelle vous êtes aujourd'hui... C'est bien fait pour vous !!!

7.Posté par ninamu le 31/03/2016 16:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Emere ne fait pas l'innocente tu le sais très bien. En effet comme le dit Teiva33, ces sont des greffeurs chinois. Pour aller plus loin: Mes amis sont perliculteurs et je peux te dire que jamais ils n'ont embauché de chinois, par contre oui des japonais (11) et des locaux. Mais certains fermiers bien avec le gouvernement de l'époque (Flosse) ont demandé à faire entrer les chinois pour payer des greffeurs moins chers: au début il fallait un nombre d'employé minimum puis de de moins en moins. Et ce putain de gvt a dit oui bien sûr en échanges de dons politiques. Et c'est le début de la merde en perliculture, les chinois c'est: patia patia patia (greffe greffe greffe) au détriment de la qualité, sans parler bien sûr de toutes les dérives connues dans le milieu (le chinois qu'on sous-loue au fermier d'à coté, vol de perles...). Teiva33, ces fermiers dont tu parles eh bien ce sont ceux dont on entend le plus parler (RW, Yip...). Flosse a tout détruit point barre.

8.Posté par emere cunning le 31/03/2016 23:20 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@ Teiva 33,
Je savais pour la perliculture, mais je ne pensais pas que nous faisions venir autant de greffeurs étrangers.
Effectivement, c’est bien dommage que nous ne faisons pas confiance à nos greffeurs qui bénéficiaient pourtant de différentes formations dans le centre mis en place à cet effet (à Rangiroa, je crois), s'il existe toujours. Je ne serais pas étonnée qu'il ait été entre temps supprimé, comme tout le reste.

9.Posté par emere cunning le 31/03/2016 23:31 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Madame (monsieur ?) Attention !, vous ne me surprenez pas
Figurez-vous que nous n’avons pas d’école de maintenance en aéronautique car ce pays avait, alors, d’autres priorités. G Flosse a donc commencé par faire construire ici ET dans nos îles des écoles, collèges, lycées, CETAD, GOD ainsi qu’une université pour nos enfants, par y faire enseigner le tahitien/mandarin, par leur payer des bourses de formation ici et en France ... Bref, j’arrête là la liste de tout ce qu’il a fait autrement nous serions encore là demain, d'autant qu'il est inutile d’insister avec les malhonnêtes comme vous qui ne veulent pas voir et ne pensent qu’à leur pito. Vous auriez du vous faire élire et nous montrer ce que vous savez faire.

10.Posté par Teiva 33 le 01/04/2016 09:47 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Je vois que ninamu poste 7 a l'air d'être bien au courant de ce qui c'est passé. J'ai moi aussi un ami du service de la perle qui m'avait expliqué le problème qui a commencé vers le milieu des années 90... C'est en effet à cette époque qu'un politicien perliculteur de Hao a fait venir les premier greffeurs chinois afin de palier l'insuffisance et la cherté des greffeurs japonais et l'incompétence des greffeurs locaux. Il y avait jusqu'à lors une soixantaine de greffeurs japonais et une vingtaine de greffeur locaux... En 2000, il y avait plus de 400 greffeurs chinois qui "patia patia patia" tous les jours... c'était le commencement de la fin !!! De plus en plus de perles, de plus en plus de moins bonne qualité !!! Voilà le résultat de cet apport de greffeurs chinois... Il se dit même que l'Empereur a renvoyé tous ces greffeurs japonais, et qu'il a fait venir des greffeurs chinois, de la région d'où venait ces ancêtres, et qui n'avaient jamais vu la mer avant de venir en Polynésie... Bref !!! les perliculteurs se sont eux-mêmes tirés une balle en pleine tête !!!

11.Posté par ninamu le 01/04/2016 12:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@Teiva 33 post 10, mince ton post a été coupé j'aurais bien voulu lire le reste...

12.Posté par ninamu le 01/04/2016 12:49 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@post 9: oui il en a fait des choses mais il les a tellement détruites que le bilan aujourd'hui est à O, alors arrêtez de nous saouler avec vos sempiternelles "il a fait tellement de choses pour la PF". L'heure est au changement. D'ailleurs votre école de greffe à Rangiroa: de la merde! mal gérée et vous croyez qu'en greffant 6 mois ils deviennent greffeurs? Sachant que le résultat de greffe ne se voit que 18 mois après? Que du vent, de l'image mais derrière que dalle! Combien de greffeur locaux en activité par rapport à l'investissement, il revient cher là. L'écloserie de Rangiroa existant depuis plus de 15 ans: résultat aujourd'hui? que dalle nada par contre des millions engloutis en frais de fonctionnement pour le bien de qui? certainement pas pour celui des fermiers. D'ailleurs elle n'est m^me pas fichue de produire de la nacre pour les élèves de l'école (le comble! ) Alors oui y en a marre!!!

13.Posté par emere cunning le 01/04/2016 22:29 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@ ninamu, Teiva 33,
"les chinois c'est: patia patia patia (...) AU DETRIMENT DE LA QUALITE"
Vous connaissez des gens assez débiles pour claquer un fric monstre à monter et entretenir une ferme avec tout ce que ça suppose de charges et, à côté de cela, faire venir des greffeurs chinois qui soient NULS (comme vous dites) et qui leur greffent des perles de mauvaise qualité qu'ils vendront trois sous ??? De plus, souvenez-vous, le gvt exigeait à l'époque que les rebuts de l'année soient restitués à la mer. Résultat, nous ne vendions que les perles de qualité à l'étranger et aux prix que vous savez, d'ailleurs jamais retrouvés quand certains perliculteurs ont voulu faire à leur tête. Fallait pourtant pas être savant pour comprendre que c'était le bon chemin.

14.Posté par emere cunning le 01/04/2016 22:51 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@ ninamu, Teiva 33,
Vous pouvez toujours critiquer, mais LA PERLE EST PARTIE DE ZERO pour être, à l'époque de G Flosse, le secteur qui a rapporté le plus, qui a permis à nos gens des îles de retourner sur leurs terres au lieu de végéter à Papeete, d'y vivre plus que décemment, et même de s'enrichir pour certains. Grâce à l'école/écloserie de Rangiroa, ces familles de conditions modestes ont pu s'y mettre et faire former leurs enfants à la greffe, au collectage etc. Il a fallu pour cela avoir le courage d'imposer des règles dont AUCUN perliculteur ne voulait. Et pourtant, ça a marché.
Faaea atu ninamu, vous les bleus, vous n'êtes là que pour critiquer, défaire et casser tout ce qui s'est fait. PAR JALOUSIE.

15.Posté par Le président de "la Polynésie française", des françaises et des français René, Georges, HOFFER le 04/04/2016 19:28 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

"Pour exercer une activité salariée en Polynésie française, toute personne n'ayant pas la nationalité française, y compris le ressortissant d'un pays membre de l'Union européenne, doit solliciter une autorisation de travail. La détention de cette autorisation de travail est préalable à l’obtention d’un titre de séjour délivré par l'Etat."

Euh, drôle d'Etat membre fondateur de la "Communauté européenne" qui impose aux euro-européens de conditions spécifiques pour travailler en XPFffffffffffffffff hohohohohohohoho
Et en plus ces "ressortissants d'un pay membre" de l'UE sont proscrits du DROIT AU RSA comme les colonisés français de "la Polynésie française" et les étrangers hihihihihihi rollstahiti@gmail.com

Signaler un abus

Dans la même rubrique :
< >

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués