Tahiti Infos

​Une cérémonie pour “protéger” Moorea le 23 octobre


Une cérémonie sera organisée sur la plage de Temae, le samedi 23 octobre à 8 heures afin de sensibiliser la population et les pouvoirs publics aux projets immobiliers à Moorea.
Une cérémonie sera organisée sur la plage de Temae, le samedi 23 octobre à 8 heures afin de sensibiliser la population et les pouvoirs publics aux projets immobiliers à Moorea.
Moorea, le 12 octobre 2021- Le CASCEM, collectif d'associations de Moorea, et l’église protestante Mā’ohi organisent le 23 octobre à Temae un événement nommé Tāhei auti ia Moorea. Il a pour objectif de sensibiliser la population aux projets immobiliers sur l’île sœur et de pousser les autorités politiques à prendre des mesures.
 
Le collectif des associations sportives, collectives, culturelles et environnementales de Moorea (CASCEM), en partenariat avec l’Eglise protestante Mā’ohi, organisent l’événement Tāhei Auti ia Moorea, le samedi 23 octobre. À cette occasion, les habitants de Moorea sont invités à venir sur place à 8 heures, avec une corde tressée en 'autī vert  de 2 mètres minimum, celle-ci sera ensuite attachée aux autres afin de créer une grande couronne qui sera ensuite déposée lors d'une cérémonie pour la “protection de Moorea”. Cette couronne représentera le lien entre le ciel, la terre et la mer. Une équipe d’une dizaine de personnes sera présente sur la colline au-dessus de la poste de Temae pour faire un rituel, tandis que des surfeurs de Aimeho Surf Association, des pêcheurs ainsi que des rameurs de l’île seront présents dans le lagon.
 
Convaincre la population et les autorités politiques
 
À travers cette cérémonie, les organisateurs souhaitent que la population s’unisse pour la lutte contre la montée des projets immobiliers de Moorea. Ils veulent également convaincre les autorités politiques de “cesser d’approuver ces projets”. L’attitude de ces dernières à travers notamment les récentes modifications du PGA et du PGEM de Moorea ne passent toujours pas auprès du CASCEM.
 
“Nos anciens tāvana étaient des visionnaires. Le droit de préemption de la plage de Temae par exemple a été mis en place pour empêcher  les grands projets qui allaient bloquer la population de cette zone. Mais nos tāvana d’aujourd’hui font complètement l’inverse sans se préoccuper de l’effort qui a été fait pour préserver cette zone. Ils s’en moquent complètement. Ils ont la pression du gouvernement central appuyé par les demandes du plus gros groupe polynésien qui est le groupe Wane. Ils lui déballent le tapis rouge”, déplore Jody Grosmaire, un membre du CASCEM.
 
“C’est un manque de respect par rapport au peuple et à tout le travail accompli par les associations”
 
“On veut sensibiliser la population et en même temps les autorités politiques pour dire que ça suffit. Ils ont mis à la disposition de la population des outils démocratiques (PGA, PGEM) pour qu’elle puisse apporter ses propositions. Mais on entend aujourd’hui le ministre de l’Aménagement dire dans un simple discours que ce n’est pas aux associations ou aux comités de venir dicter quoi que ce soit. On pense que c’est grave. C’est un manque de respect par rapport au peuple et à tout le travail accompli par les associations”, réagit Hinano Murphy, une autre membre du collectif.

Le Cascem, collectif d'associations de Moorea a organisé une conférence de presse lundi soir.
Le Cascem, collectif d'associations de Moorea a organisé une conférence de presse lundi soir.
À l'occasion d'une conférence de presse organisée lundi, les intervenants du CASCEM ont tour à tour rappelé les conséquences “dramatiques” que pourraient causer la mise en place de projets immobiliers notamment au niveau de l’écosystème naturel, sociétal et de la spéculation foncière si les autorités politiques ne réagissent pas.
 
À noter que l’église évangélique s’est jointe au CASCEM dans sa lutte contre les projets immobiliers et que des interventions de sensibilisation se font actuellement dans toutes les paroisses de Moorea. Le pasteur Rai René a invité tous les membres de l’église évangélique à participer à l’événement du Tāhei ra'a. “Je pense qu’il y a du mensonge dans la mise en place de ces grands projets. On ne peut pas rester sans rien faire. D’où l’adhésion de l’église évangélique à ce mouvement. On demande au gouvernement et à la commune de Moorea-Maiao de prendre en considération le peuple. Celle-ci est ignorée dans la mise en place de ces grands projets et ne reçoit en fait que des miettes”, conclut-il.

Rédigé par Toatane Rurua le Mardi 12 Octobre 2021 à 17:43 | Lu 1987 fois